C’est possible, le papillon Monarque menacé?

Ce bloque représente non seulement l’occasion pour des réflexions sur les enjeux du développement, mais également l’occasion pour quelques témoignanges en relation avec une vie où une certaine intimité avec la nature était recherchée et souvent obtenue, mais cela à travers un déclin mondial de biodiversité que j’ai dû et que je dois constater. Je me sentais presque endurci face à cette énorme perte, mais une nouvelle cet été m’a quand même bouleversé. Chaque été, nous recevons dans le jardin et le long de la voie ferrée la visite des papillons Monarque, cet insecte impressionnant Monarch_In_Mayqui a traversé des milliers de kilomètres par des étapes qui comportent la parution de plusieurs générations. Lorsque nos enfants étaient jeunes, nous avons même eu le plaisir d’assister au spectable de la chenille se mettant en pupe où il se transforme en adulte pour finalement sortir de sa chrysalide. Cet été, nous n’en avons pas eu de visite.

En 2006, lors d’un retour au Mexique après une absence de plusieurs décennies, nous avons pu visiter le site d’hibernation du Monarque, près de Morelia dans le Michoacan. Les papillons à cet endroit dans les montagnes, probablement par millions quand nous avons visité le site, avaient effectué un « vol » de migration d’une seule génération pour venir d’endroits aussi lointains que le Québec. C’est à la limite de ce que font les oiseaux, mais effectué par un petit papillon!

Monarque MoreliaC’est vrai, mon voyage, en contradistinction au sien, comportait un vol en avion et l’émission de tonnes de GES, même s’il a permis non seulement la visite des papillons, mais, à travers le reste, une semaine au Chiapas pour essayer de tâter le pouls de la révolution paysanne qui a débuté le jour de la mise en application de l’Entente de livre échange de l’Amérique du Nord (ALÉNA). Les paysans du Chiapas avaient une bonne idée de ce qui les attendait avec cette entente à l’image de notre économie néolibérale. Je cherche à justifier ce vol, ce voyage, tout comme les trois faits en Chine pour essayer de mieux saisir les enjeux associés au pays qui va déterminer, fort probablement, l’avenir de l’humanité : il faut aller sur place, il faut voir les gens, il faut être saisi par les contrastes entre les modes de vie des uns et des autres.

Reste que la disparition du Monarque – je ne puis croire que c’est en passe de se réaliser, même si j’ai vu disparaître les hirondelles dans seulement une vingtaine d’années, tout comme l’ensemble des oiseaux insectivores, et maintenant les chauve-souris – a non seulement quelque chose d’incongru, d’inacceptable, d’à peine croyable. Elle comporte une illustration presque parfaite de la contradiction que ma vie et celle des populations de l’ensemble des pays riches comportent. Ces vies – voir ma réflexion faite en fonction d’un autre voyage, cette fois-là en Australie   – ont été possibles seulement en fonction d’une atteinte directe et insoutenable au fonctionnement des écosystèmes de la planète.

MISE À JOUR: Le 2 janvier 2014 David Suzuki anime une émission de The Nature of Things, où il est question du film IMAX The Flight of the Butterflies et de l’histoire de la découverte de la migration de ce papillon, la plus longue du monde par un insecte. C’était une occasion pour me remettre dans la réflexion, tout en me ramenant à mon voyage au sanctuaire du papillon dans le Michoacan du Mexique, en 2005.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »