À la recherche d’objectifs énergétiques qui manquent la cible

L’économie verte est devenue le cri de ralliement de tous les intervenants préoccupés par les crises environnementales (entre autres), cela depuis au moins le sommet Rio+20 tenu en 2012. Il est assez rare de voir des travaux s’insérant dans l’économie verte montrer leur potentiel de réalisation face aux énormes défis qui les mettent en cause. Récemment, en réponse à une politique énergétique du gouvernement du Québec qui reste dans un flou presque total, l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) a publié le dernier d’une série de rapports [1] sur «la transition énergétique» (voir la note 3, page 2). Presque sans le vouloir, les auteurs du rapport y montrent, dans une approche de l’économie verte qui se montre presque désespérée, non seulement que les objectifs visés sont insuffisants mais que les chances d’atteindre même ces objectifs sont plutôt minces. On y voit quelques éléments de l’échec de la COP21 à Paris, jamais décrit comme tel par les groupes de la société civile ici. Mon texte est plutôt long, comme le rapport de l’IRÉC.

Comme d’habitude, la lecture du rapport «Transition du secteur énergétique : Amorcer une rupture» nous met en contact avec des chercheurs de grande qualité, dans l’occurrence Robert Laplante, Gilles Bourque, François L’Italien et Noël Fagoaga. Le tout début des Faits saillants souligne le défi posé par la politique énergétique de 2016, dont ils prétendent que les objectifs avaient été accueillis unanimement «comme ambitieux» (à noter que je n’étais pas impressionné par la politique, pour plusieurs raisons). La deuxième phrase souligne en même temps que «rien dans cette politique n’est posé concrètement pour véritablement obtenir des résultats» (iii).

Lecture dans une bulle intellectuelle

Pour le rapport de l’IRÉC, la politique énergétique est la référence, et il n’y a aucune mention du cadre fourni par l’Accord de Paris, qui se veut en lien avec les calculs du GIÉC. L’IRÉC ne cherche pas à placer les propositions de la politique énergétique dans ce cadre ni à quantifier ses propres propositions dans ce même cadre (cf. viii). Pourtant, leur Introduction débute en soulignant que le plus récent rapport du GIÉC confirme qu’«aucune inflexion décisive n’a été donné au modèle de croissance productiviste» pendant 20 ans d’efforts (1).

/Users/mead/Pictures/iPhoto Library/Previews/2015/12/06/20151206-121203/aM3dPXxaSICBCH+M3tZ4Gg/Tableau CEÉQ -25%.jpg

Le rapport de l’IRÉC adopte l’approche de la CEÉQ à l’encadrement du développement                                       énergétique, mais ne semble pas réussir à relever les défis que le CEÉQ a posés.

L’énergie est au cœur de ce modèle, disent-ils, mais dès le deuxième paragraphe, ils suggèrent que c’est seulement l’énergie fossile qui est en cause et que «la prochaine révolution industrielle exige donc le passage du paradigme des énergies fossiles vers un paradigme énergétique sans émission carbone. … [Cette révolution] devra passer par des innovations de rupture» (1). Et il y a urgence.

La table est ainsi mise pour une lecture, assez intéressante, mais qui doit se faire quand même dans une sorte de bulle intellectuelle: le lecteur est obligé de mettre en suspens plusieurs problématiques, dont le cadre fourni par le GIÉC, qui met en question tout le travail. Le premier chapitre fournit un «état des lieux de l’énergie au Québec» et termine avec les cibles de l’IRÉC pour son travail. À cet égard, les auteurs fournissent le portrait des engagements des pays européens, «inspirant» et en contraste frappant avec les cibles du gouvernement du Québec. Non seulement celles-ci ne sont pas soutenues par des mesures proposées pour les atteindre, elles sont tout simplement impossibles à atteindre dans l’état actuel des choses, notent-ils, situation empirée par des engagements du gouvernement pour des projets qui vont augmenter les émissions plutôt que les diminuer (16). Les auteurs ne le disent pas, mais ces cibles, comme les leurs, sans la moindre précision, sans la moindre proposition de mise en oeuvre, ne cherchent pas à respecter l’Accord de Paris, voulant tout simplement être «ambitieux» (la seule mention dans le rapport de l’Accord se trouve à la page 35, note 39). Les auteurs semblent abandonner devant la tâche, proposant dans les quatre chapitres suivants une série de mesures qui pourraient permettre de les atteindre (18) tout en reconnaissant que celles-ci seraient insuffisantes pour les besoins (de l’Accord de Paris et de notre survie face aux changements climatiques).

L’Introduction du rapport rend explicite l’orientation de l’IRÉC pour l’ensemble, soit «d’intégrer ces mesures dans des stratégies de développement industriel pour chacune des filières abordées. Elles doivent en effet être en phase avec des choix de politique industrielle conséquente. … [C]es stratégies sont d’autant plus importantes qu’elles doivent en même temps permettre à l’économie québécoise de rester compétitive, ce qui implique que les énergies propres de remplacement doivent s’inscrire dans les exigences du marché et que les filières impliquées se positionnent toutes dans des stratégies concurrentielles continentales.» (2).

Les propositions – l’économie verte dans la suite des revendications environnementales de longue date

Le chapitre 1 est un effort de fournir le portrait d’un découplage (ou non) entre la croissance économique et la consommation énergétique, dont ils voient une amorce. «[C]’est la croissance de la consommation de carburants fossiles dans le secteur du transport qui est le principal obstacle à la transition énergétique de l’économie québécoise» (10). Peu importe le découplage possible, les auteurs soulignent qu’«en l’absence de nouvelles mesures plus ambitieuses de lutte aux changements climatiques, on devrait s’attendre à ce que cette croissance des émissions se poursuive dans les prochaines années» (7) et que «si un ensemble de mesures complémentaires ne sont pas prises au Québec pour accompagner ces nouvelles normes (loi sur les véhicules zéro émission, bonus-malus, taxes plus élevées sur les carburants fossiles, péages et taxes sur les stationnements), on risque de passer à côté des impacts les plus décisifs pour une véritable transition dans les transports» (12).

Pour les émissions de GES, le texte est très honnête, signalant pour une partie des réductions les fermetures d’usines, la Grande Récession et d’autres facteurs dont la délocalisation pour les produits manufacturiers et ensuite importés; comme ils notent, selon le calcul du Protocole de Kyoto, les émissions de ces manufactures sont attribuées au pays de production, alors que selon l’empreinte écologique et un suivi des responsabilités liées à la consommation, ces émissions reviennent à l’ultime consommateur (voir la page 14). Pour le secteur des transports, ils soulignent la tendance des consommateurs vers des véhicules plus énergivores, et émettant plus de GES (15-16). Plus généralement:

Avant de présenter nos propres cibles pour la transition énergétique dans la prochaine section de ce chapitre, il faut dire un mot sur les cibles du gouvernement du Québec. Avec des cibles de réduction de 20 % pour 2020 (par rapport à 1990) et de 37,5 % pour 2030, on devrait s’attendre à une diminution de 10,8 Mt éq CO2 d’ici 2020 et de 15,7 Mt éq CO2 supplémentaires d’ici 2030. Au vu des mesures mises en place, nombre d’experts doutent que le Québec puisse atteindre ces cibles. Le scepticisme est d’autant plus grand que plusieurs nouvelles activités, soutenues par le gouvernement, devraient ajouter des millions de tonnes de GES au cours des prochaines années à l’inventaire québécois (dont la cimenterie de Port-Daniel et l’importation de pétrole issu des sables bitumineux). Contrairement à ce qu’ont fait quelques uns des grands leaders internationaux de la lutte aux changements climatiques, le gouvernement n’a fait connaître aucune cible précise pour mener à bien et évaluer son action.

Sous la rubrique de l’efficacité et la sobriété énergétiques, le chapitre 2 aborde de façon distincte les secteurs industriel, de l’habitation et des transports, proposant d’importants changements dans le mandat de Transition énergétique Québec (TÉQ), l’agence récemment créée. Ils soulignent un énorme potentiel, connu depuis des décennies et toujours à l’état de potentiel.

En ce qui concerne les deux autres grands secteurs illustrés dans le graphique, celui du bâtiment commercial-institutionnel montre qu’il y a encore un énorme potentiel de baisse d’intensité carbone dans le domaine de la chauffe ou dans celui de l’efficacité énergétique, puisque sa consommation repose encore en bonne partie sur le gaz naturel. Quant au secteur industriel, il est beaucoup plus compliqué à analyser, étant donné la grande diversité des cas d’usage, mais il a aussi un énorme potentiel de baisse d’intensité carbone. (8-9)

Les chapitres 3 et 4 sont bien présentés et offrent de perspectives intéressantes, mais n’influent que marginalement sur le bilan global de la consommation d’énergie et de l’émission des GES au Québec. Le chapitre 3 aborde la filière éolienne, qui joue un rôle plutôt minime dans les propositions; ils insistent surtout sur la reprise de contrôle de la filière par l’État (par Hydro-Québec, en fait). Suivant l’objectif de la politique énergétique d’augmenter la contribution de la biomasse forestière de 50%, le chapitre 4 insiste sur l’importance que l’État joue «un rôle primordial» dans les propositions: fournir l’exemple, coordonner la structuration de la filière, développer les dispositifs de financement.

Le chapitre 5 aborde les biocarburants, soulignant la priorité absolue que le rapport veut donner aux carburants alternatifs dans les transports; une grappe bio-industrielle y joue un rôle important, incluant le développement d’une filière hydrogène. C’est ici où on voit l’orientation traditionnelle de l’IRÉC à l’oeuvre, avec une série de propositions non seulement pour produire des biocarburants pour les transports mais pour intégrer cette production dans un ensemble d’initiatives bio-industrielles à caractère vert, vert, on comprend, parce que bio.La section sur les Faits saillants avait terminé sur cette question:

[N]ous sommes bien conscients que l’ampleur des innovations de rupture qui sont en cours est susceptible de remettre en question plusieurs de nos estimations. Il se pourrait bien, et nous en avons l’intuition, que ces dernières finissent par s’avérer ex post plutôt conservatrices. D’ores et déjà, il ressort de la démonstration que nous avons faite que les scénarios proposés ne pourront remplacer qu’une partie de la consommation de carburants fossiles par des carburants alternatifs. Il s’agit cependant d’une réduction signicative qui contribuera à améliorer le bilan carbone et à amorcer le changement des circuits et structures de l’économie du Québec. Il s’agit, à notre avis, de propositions d’amorçage. Mais il s’agit surtout d’un effort motivé par une vision à long terme dont les scénarios nous apparaissent absolument nécessaires à la mise en place des conditions pour réussir un véritable saut technologique s’appuyant sur un ensemble d’innovations de rupture avec le modèle économique fondé sur les énergies fossiles. (7)

Les objectifs «ambitieux» de la politique énergétique s’avèrent ambitieux pour l’IRÉC aussi. Ce passage n’insère pas l’ensemble dans le cadre fournit par l’Accord de Paris et le budget carbone, se satisfaisant de faire une contribution. C’est le propre des promoteurs de l’économie verte que d’insister sur l’effort et le potentiel et de laisser de coté les chiffres qui, depuis le rapport du GIÉC de 2013-2014, voire de l’Accord de Paris de 2015, s’imposent. Il n’y aura pas de long terme sans tenir compte de ces contraintes.

Le chapitre 6 fournit un récapitulatif du rapport.

La question des transports, talon d’Achille de l’ensemble

Les transports représentent peut-être le principal défi du travail, reliés comme ils sont à la proposition de remplacer les carburants fossiles par des carburants verts. Les auteurs n’insèrent pas leur réflexion sur l’avenir des transports dans une mise en question de l’auto, mettant une «priorité absolue» plutôt sur une filière de biocarburants pour le futur secteur industriel vert.

  • Il n’y a pas de projections dans le rapport pour les transports, et on doit présumer que celles de la politique énergétique sont les leurs – sauf que (p.30) ils prévoient une interdiction des véhicules thermiques à partir de 2030, cela en lien avec un objectif de réduction de 40% de carburants fossiles à la même date. La politique énergétique projette cinq millions de voitures sur les routes du Québec en 2030, dont seulement 20% électriques.
  • C’est ici que le rapport s’approche le plus à un positionnement du Québec dans une «forteresse Canamérica». À la page 8, note 8, il y a une reconnaissance que la dépendance de l’auto fait partie du paradigme productiviste qu’ils veulent changer. Ils notent par ailleurs la tendance lourde chez les consommateurs vers des véhicules plus lourds et soulignent que ce sera le choix des consommateurs qui décidera de l’avenir des mesures de réductions d’émissions associées aux transports : «Ces ambitieux objectifs [c’est le même terme utilisé pour la politique énergétique aussi] d’efficacité énergétique exigés des fabricants de véhicules [par la réglementation américaine, et donc canadienne] ne se matérialiseront dans la consommation globale que si les consommateurs choissent d’acheter les véhicules les plus efficaces» (29). Bref, il n’y a aucune raison de penser que les objectifs en matière de transports seront atteints.
  • Ceci est pour le Québec, mais la moindre réflexion sur l’avenir des transports pour l’ensemble de l’humanité nous ramène à un constat fondamental pour le paradigme productiviste: il n’y a aucune possibilité que l’automobile puisse rester le paradigme de choix à l’avenir pour les milliards de personnes que nous sommes, «consommateurs», par ailleurs, en voie de changer de style de vie par la force des choses.

Bref, l’IRÉC décide de trancher en faveur d’un potentiel (énorme?) de développement d’une industrie de biocarburants tout en acceptant que le secteur des transports visé par cette industrie risque de connaître des dérapages mettant en question toute l’entreprise. Et ils ne cherchent pas non plus à faire le portrait du Québec dans un monde à l’avenir où les inégalités sociales risquent d’aboutir à des dérapages plus généralisés et dont les transports (voitures remaniées par la technologie, dans les pays riches, mobylettes et bicycles dans les pays pauvres) seront la manifestation peut-être la plus évidente. C’est le même portrait fourni par les efforts de Greenpeace International à voir une orientation de base où l’énergie fossile serait remplacée par l’énergie renouvelable, laissant dans son sillage des inégalités criantes. Gail Tverberg vient d’intervenir avec un autre article sur son blogue sur ces mêmes énergies renouvelables, allant dans le détail de leur mise en oeuvre.

La question de financement

Une autre contribution prioritaire que l’IRÉC veut faire à ce qu’il appelle la «transition énergétique» est de rentrer dans les détails du financement de l’ensemble de mesures proposées. Ce qui est frappant au fur et à mesure de la lecture est l’omniprésence de l’État dans le financement et l’encadrement suggérés. On veut bien maintenir l’État dans un rôle important dans cette opération de grande envergure, il reste curieux de voir les auteurs détailler, dossier après dossier, le rôle de l’État dans le financement, alors que rien ne suggère que l’État possédera de nouvelles sources de financement pour de telles interventions, rien ne suggère même que l’État – responsable de la politique énergétique de 2016 jugée défaillante – verra l’intérêt d’y établir des priorités. Ils en conviennent presque.

En effet, il semble raisonnable de suggérer qu’en dépit du grand intérêt, voire de la nécessité primordiale de sortir du pétrole, les gouvernements actuels, canadien aussi bien que québécois, demeurent convaincus que l’énergie fossile reste le centre de la croissance qu’ils associent aux «vraies affaires» et mettent au deuxième rang les interventions qui, pour les auteurs autant que pour l’ensemble de la communauté scientifique et de la société civile qui s’y abreuve, sont les grandes priorités de l’heure.

Dans le chapitre 2, l’IRÉC voit le TÉQ avec un tiers du financement venant du Fond vert, le reste venant des quote-part des distributeurs et une allocation de transferts fédéraux pour l’économie propre. Dans le chapitre 5, de loin le plus important pour le rapport et le plus long, «[u]ne partie significative des financements des projets de développement des biocarburants devra provenir de l’État » (90) et, plus généralement, «une partie significative du financement des projets de transition énergétique proviendra de l’État par le biais de la réglementation et de la fiscalité, par exemple sous forme d’incitatifs fiscaux» (97). Contrairement à leur analyse du secteur des transports, l’IRÉC situe la question de financement dans le contexte mondial.

On estime, pour la période de 15 ans couverte par notre étude, que pas moins de 93 billions $103 seront nécessaires pour répondre aux besoins mondiaux d’investissements pour la transition vers une économie à faible émission carbone, c’est-à-dire une moyenne de 6 000 milliards $ chaque année. Puisqu’à peu près la moitié de cette somme est déjà investie annuellement dans les infrastructures, c’est 3 billions $ supplémentaires qu’il faudra trouver, chaque année, pour réaliser ce défi. En contrepartie, le capital financier mondial était évalué, en 2015, à 512 billions $104, dont 100 billions $ en placements privés, 67 billions $ en valeurs mobilières et 40 billions $ en épargne liquide et bancaire. La mobilisation de ce capital pour financer la transition énergétique représente donc un défi majeur. (98)

Une approche sérieuse à l’économie verte, montrant ses défaillances

Presque la seule référence à l’économie verte dans le rapport se trouve à la page 33: «notre stratégie repose sur une vision de long terme qui fait les arbitrages en fonction des priorités à établir pour optimiser le potentiel d’innovation d’une économie verte en fonction d’orientations portées par l’intérêt national», soit toute la question de la «rupture» résumant l’approche et signalée dans le titre. Bref, l’IRÉC souligne dès les premières lignes du rapport que c’est le modèle productiviste qui cause problème, suggère sans aucun effort de justification que ce modèle productiviste est celui qui dépend d’énergies fossiles, et se lance dans un effort d’atteindre des résultats, insuffisants de toute façon, pour réduire notre dépendance à l’énergie fossile. Il associe son orientation de sortir de l’énergie fossile comme verte, et associe «verte» à «presque sans impact», non productiviste. Le terme est utilisé surtout dans le rapport pour décrire la chimie verte qui serait au coeur de leur nouveau modèle bio-industriel.

Cela fait plusieurs années que l’IRÉC, en dépit de la qualité du travail de ses chercheurs, est cause de désespoir tellement il fonce dans le modèle économique qui est en cause dans la plupart des crises qui sévissent, sans donner des indications de s’en apercevoir; ailleurs, c’est l’économie néolibérale critiquée, ici c’est l’économie fossile productiviste, jamais ce n’est le modèle de l’économie néoclassique elle-même. En effet, l’ensemble de leurs propositions sont productivistes aussi, cherchant à insérer les efforts du Québec dans des marchés internationaux qui exigent compétitivité (47, 51, 52, 87, 94 – le terme est presque banal, mais cerne le fondement du modèle) et qui comportent même des entreprises à forte intensité énergétique (iv et passim); ils semblent suggérer que le développement hydroélectrique n’est pas productiviste en termes de besoins matériels.

Les enjeux oubliés dans les analyses sont multiples et créent, en fait, cette impression d’une bulle intellectuelle au fur et à mesure de la lecture, alors que l’on ne peut pas, ne doit pas, tenir compte d’enjeux en dehors de la bulle :

  • Ils n’utilisent d’aucune façon explicite le budget carbone du GIÉC même s’ils font référence au rapport de cet organisme dès le premier paragraphe de l’Introduction. Tout en y soulignant l’échec des COP au fil des ans, ils poursuivent en présumant – tout en émettant de nombreuses réserves quant à des attentes réalistes face aux gouvernements – qu’il faut poursuivre. Ils ne suggèrent strictement pas que nous soyons devant l’impasse et qu’un changement de paradigme autre que celui de l’énergie fossile s’impose. L’économie verte se dessine plutôt, page après page, en laissant de coté les chiffres de base du GIÉC, voire ceux de l’empreinte écologique (qui indique que le Québec consomme trois fois plus que son «allocation» sur une base équitable).
  • Ils ne semblent pas reconnaître les enjeux associés à la redistribution de la richesse, fonction entre autres d’une nouvelle répartition d’une quantité limitée d’énergie et d’émissions pouvant être produite. Cela découle du budget carbone du GIÉC et d’une reconnaissance, plus ou moins présente dans le rapport, que le défi est mondial et non seulement québécois. Rien ne suggère, finalement, qu’ils entrevoient autre chose qu’une «forteresse Canamérica» à la Jeremy Grantham comme avenir pour nous.
  • À cet égard, ils ne font aucune référence à des contraintes dans tout effort de substituer les énergies renouvelables à l’énergie fossile, même si les énergies renouvelables jouent un rôle plutôt mineur dans l’ensemble de leurs propositions.

Les défaillances sont même décrites à la toute fin du chapitre 5.

[I]l ressort clairement de la démonstration que nous avons faite que les scénarios proposés ne pourront remplacer qu’une partie de la consommation de carburants fossiles par des carburants alternatifs. Il s’agit cependant d’une réduction significative qui contribuera à améliorer le bilan carbone. Cependant, il s’agit surtout d’un effort motivé par une vision à long terme. Les scénarios que nous proposons s’avèrent absolument nécessaires à la mise en place des conditions pour réussir un véritable saut technologique, en nous appuyant sur un ensemble d’innovations de rupture avec un modèle économique fondé sur les énergies fossiles. (92)

L’IRÉC rentre dans les détails dans son analyse des financements possibles pour la transition suggérée. Il est frappant de les voir éviter de rentrer dans les détails des calculs des émissions restreintes qui permettraient de respecter les calculs du GIÉC, voire dans les détails de l’empreinte écologique. Cette citation montre qu’ils en sont probablement bien conscients et choisissent – faute de pouvoir voir autre chose – de rester quand même dans leur modèle, de viser le long terme, et de constater à travers tout le travail qu’ils échouent. Il nous faut une nouvelle vision d’un nouveau modèle économique à l’IRÉC.

 

[1] Voir entre autres Gilles L. Bourque, Gabriel Ste-Marie et Pierre Gouin, 2014: «Habitation durable et rénovation énergétique : agir sans s’endetter», IRÉC, février, [en ligne], [http://www.irec.net/upload/File/habitationdurablefevrier2014.pdf]. Pour les transports, l’IRÉC a proposé des initiatives précises, dans Gilles L. Bourque et Michel Beaulé, «Financer la transition énergétique dans les transports», [en ligne], [http://www. irec.net/index.jsp?p=33]. Dans ce dernier cas, l’objectif est une réduction de 40% de la consommation des carburants fossiles. Plus généralement, on peut voir les propositions de l’IRÉC en faveur d’une nouvelle politique industrielle : Gilles L. Bourque et Robert Laplante, Transition énergétique et renouvellement du modèle québécois de développement, Rapport de l’IRÉC, novembre 2016, [en ligne], [http:// www.irec.net/upload/File/transition_ei_nergei_tique_et_renouvellement_du_modei_le_quei_bei_cois_de_dei_veloppe- ment.pdf].

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Discours d’adieu d’Obama – et des larmes

Il n’était pas évident comment Obama allait aborder dans ce discours la fin de son règne à la tête des États-Unis. Il était possible qu’il soit partisan et qu’il mette en évidence toute la série de menaces à la démocracie que constitue l’élection de Donald Trump. Il était possible aussi qu’il fasse (tout simplement) le bilan de ses huit années au pouvoir, dont le début était marqué par la Grande Récession occasionnée, serait-il raisonnable de suggérer, en simplifiant, par la déréglementation de ses prédécesseurs.

http://media2.ledevoir.com/images_galerie/de_478512_336022/image.jpg

Photo Brendan Smialowski, Agence France- Presse

Finalement, il a choisi plutôt de maintenir le discours qui marque sa présence sur la scène politique depuis des années, qui semble communiquer sa vision des choses. Après le bref rappel de ce qu’il a réussi à faire, assez impressionnant, il a prononcé un discours à l’image de ceux qui ont perdu l’élection présidentielle de 2016 : mise de l’avant de l’importance des institutions démocratiques du pays; appel à un engagement personnel des citoyennes; énoncé de quelques principes, de quelques politiques, qui riment avec la vertu aux yeux de beaucoup d’Americains, dont la nécessité de combattre les changements climatiques et celle d’ouvrir les bras aux immigrants. Il est même retourné à sa campagne de 2008 et son thème, ‘’Yes, we can’’ pour insister sur l’optimisme qui s’impose selon lui devant les défis auxquels le pays est confronté.

On ne pouvait pas s’attendre à ce qu’il le dise explicitement, et il n’y avait aucune reconnaissance d’une opposiiton républicaine, à fondement raciste, qui a mis en morceaux tous ses efforts de faire avancer certaines causes justes et honnêtes, certains programmes clairement inspirés par la recherche du bien commun. Ni reconnaissance des intentions de l’Administration Trump et des républicains de défaire ce qu’il a pu réussir, dont l’Obamacare, programme cherchant à fournir une assurance santé à l’ensemble des citoyennes du pays mais transformé dès le début en une initiative fournissant de lucratifs marchés pour le secteur privé de la santé et limitant la portée du programme à peut-être la moitié des citoyennes qui manquaient une assurance santé.

En fait, il n’y avait aucun rappel – ce n’était jamais explicite – de son effort prioritaire, et au coût de réticences sur de possibles interventions massives, de réduire substantiellement la partisanerie dans le Congrès et atteindre un fonctionnement digne d’antan. Les démocrates avaient pendant deux ans le contrôle des deux chambres du Congrès et il semblait bien qu’ils auraient pu agir autrement, comme les républicains se préparent à faire dans les prochaines années. Même l’Obamacare en a souffert. Aujourd’hui, la partisanerie au Congrès est probablement pire qu’un 2008…

Apprentissage des pertes dans les élections de 2016?

Frappant, Obama n’a pas donné la moindre indication qu’il saississait les fondements de la défaite électorale des démocrates en 2016. Son insistance sur l’optimisme, sur l’importance des valeurs des gestes citoyens et des institutions démocratiques en général reprenait les thèmes de la campagne, et manquait de cibler les dizaines de millions d’Américains qui ne partagent pas son optimisme, qui ne voient pas les bénéfices de leur démocracie en action pour eux, qui savent sans le reconnaître qu’elle est devenue une ploutocracie tout en votant pour un ploutocrate tellement leur déception est grande, tellement ils semblent pessimistes et à la recherche d’un nouveau système.

Même la couverture du discours, pour ce que j’en ai vue, restait dans les généralités, à un point tel qu’elle rappelait la critique de Trump les médias comme partie d’un ensemble d’institutions des élites, même si ces médias sont eux-mêmes propriétés en grande partie de quelques ploutocrates. L’espèce d’aveuglement professionnel qui les marque se manifestait dans les jours précédant le discours dans la couverture de l’intervention de Meryl Streep. Reprenant la rengaine contre le sexisme (évident) de Trump, ce dernier a répliqué sur Twitter pour souligner son peu de reconnaissance de cette autre composante des élites, les vedettes (comme lui dans The Apprentice…) des milieux des communications et du divertissement, dont ceux de Hollywood. L’expérience de la dernière année semble nous avoir démontré que Trump voit juste dans son rejet des élites et dans son appel à un électorat en partie raciste, mais en partie aussi tout simplement composé de citoyennes écœurées du système dysfonctionnel qui laisse tant d’inégalités dans son sillage.

Finalement, l’arrivée sur la scène de Trump et de ses électeurs nous met devant une situation plutôt désolante, fournissant peut-on croire une sorte d’avant-goût des tensions sociales qui viendront – qui viennent – avec l’effondrement d’un système fondé sur le modèle économique néoclassique qui a atteint ses limites face aux limites des sociétés vivant dans le vrai monde. Il y a amplement de raison de croire que Trump réussira ses visées racistes en ce qui touche les questions de l’immigration, du «law and order», qu’il réussira ses visées tout simplement conservatrices en matière de santé, de fiscalité. d’environnement et de déréglementation.

Il y a autant de raisons de croire que Trump ne réussira pas ses visées en matière économique, l’objectif du «Make America Great Again» de sa campagne et le vœu profond d’une importante partie des gens qui l’ont élu. Comme Obama a souligné au début de son discours (pour ne pas y revenir), il était pris avec l’énorme déconfiture de la Grande Récession héritée des républicains dès son entrée en fonction, et il peut prétendre avoir évité le désastre pendant sa période en fonction. Le vote du 8 novembre, tout comme de nombreuses données disponibles mais peu suvies par les médias, suggèrent fortement que ce n’est qu’une apparence. Obama a laissé tombé une larme en parlant de son épouse Michelle, et c’était émouvant, mais il aurait pu tout au long de son discours laisser tomber d’autres larmes en reconnaissance de la situation à laquelle nous sommes confrontés. Autant il ne pouvait se permettre de telles larmes et un tel discours (dans la mesure où on peut croire qu’il voit clair dans son analyse de la situation économique de son pays), autant de trop nombreuses personnes et de groupes ne semblent pas pouvoir se permettre de laisser tomber des larmes, sur l’échec de la COP21, sur les inégalités qui ne disparaissent pas, sur l’embourbement de nos sociétés dans l’ère fossile qu’elles ne savent pas comment laisser derrière, qui ne veulent pas laisser derrière.

Et l’année 2017?

Petite note de la fin: Gail Tverberg a sorti un article sur son blogue le 10 janvier, intitulé «2017: The Year When the World Economy Starts Coming Apart» (sans point d’interrogation). Elle s’y aventure dans des projections pour l’année qui vient. Cela l’oblige de rester un peu dans le général, mais l’ensemble de l’article constitue une intéressante mise à jour de plusieurs de ses autres articles, avec de nombreux graphiques qui parlent. Fonds de la situation, le secteur de l’énergie risque de dominer le portrait. Tverberg elle-même en semble déboussolée…

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »