Greta: La semaine de manifestations est maintenant terminée…

Ce texte est une réflexion basée sur un article que j’ai soumis aux journaux pour publication pendant la semaine du climat. Il n’a pas été retenu et je profite de l’occasion pour y aller plus en longueur (profondeur?).

En décembre 2017-janvier 2018 on sentait que Josée Blanchette ruminait sa prochaine intervention en matière d’environnement. Elle était à Paris avec son (ex-, d’après une récente chronique) mari, un économiste qui participait à une conférence dans son domaine, et y a fait une longue entrevue avec Aymeric Caron, auteur de UtopiaXXI. Le résultat était une chronique qui mettait l’accent sur l’espoir (le rêve) et une couverture du livre de Caron (plutôt que le mien, me disais-je).

Hulot

Nicolas Hulot – Il a démissionné avec fracas sans imaginer qu’il allait pouvoir faire mieux en dehors du gouvernement. C’était un geste de reconnaissance de la situation critique du monde. Source: fr.wikipedia.org

Pendant l’été 2018, Nicolas Hulot a démissionné de son poste de ministre de la Transition écologique, et sans vraiment que je c0mprenne pourquoi, cela a tellement frappé Blanchette qu’elle est revenue sur l’alternative qu’elle avait en janvier 2018, soit la couverture possible de mon livre qui venait de sortir; elle me mentionne dans une chronique où elle manifestait son rejet de l’espoir, ou du moins de l’optimisme. Je la cite:

Hulot n’est pas seul à être devenu éco-cynique ou éco-désespéré, à perdre la foi (ses mots), même si on lui reproche sa collection personnelle de moteurs à pistons. Je pense à Harvey Mead, ancien commissaire au développement durable — son dernier livre s’intitule Trop tard (besoin d’un dessin ?) —, au généticien David Suzuki, au biologiste Jean Lemire (lisez son Odyssée des illusions), à Jacques Languirand, l’ex-porte-parole du Jour de la Terre, au journaliste Hervé Kempf (Comment les riches détruisent la planète), un autre objecteur de «croissance». Et je me demande où en est notre ami Al Gore après Une vérité qui dérange en 2006. Huit véhicules sur dix vendus au Canada en 2017 étaient des VUS et des camions légers.

François Delorme, son mari à l’époque, est intervenu dans la même semaine, suite à la démission de Hulot, écrivant dans Le Devoir qu’il avait jugé mes analyses avec condescendance, et semblait avoir changé d’idée – encore une fois, difficile à comprendre devant la seule démission de Hulot… Il souligne que Hulot est convaincu qu’il nous faut faire disparaître l’économie de marché, racine des problèmes et Delorme indique qu’il n’y croit plus non plus. Ce qui était frappant dans l’article de Delorme, sous le titre «Les illusions perdues», était sa conclusion:

[C]e sont ces jeunes qui portent l’avenir. Et j’ose espérer qu’ils sauront investir ce qui nous reste d’institutions démocratiques pour imprimer le virage radical dont nous avons urgemment besoin. Cédons-leur donc la place !

Ce qui est manifesté par cette conclusion est la démission face aux enjeux auxquels les économistes comme lui peuvent peut-être mieux que quiconque s’attaquer. J’y reviens parce que c’est précisément cela que Greta Thunberg souligne avec son «How dare you?» face à la volonté des plus vieux de mettre leurs espoirs dans la jeune génération.

Une «transition» mieux décrite

Le 27 septembre, jour de la manifestation à Montréal, Le Devoir publiait un extrait du manifeste de Greta avec comme titre «Aux puissants maintenant à faire leurs devoirs» où elle intervient de manière très juste, sommant les gens comme Delorme à faire leurs devoirs, elle et les jeunes ayant fait les leurs:

Vous ne pouvez pas rester sans rien faire à attendre que l’espoir vous tombe dessus. Ou alors vous agissez comme des enfants irresponsables et gâtés.

Vous n’avez pas l’air de comprendre que l’espoir est une chose que vous devez aller chercher, que vous devez gagner. Et si vous êtes encore là, à raconter que «nous sommes en train de gâcher notre précieux temps d’apprentissage», alors laissez-moi vous rappeler que nos dirigeants ont gâché des décennies en déni et inaction. Et comme le temps est en train de nous échapper, nous avons décidé d’agir.

Nous avons commencé à nettoyer votre désastre. Et nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’aurons pas fini.

Greta

Greta Thunberg aux Nations Unies Source: loud wire.com

Je ne sais pas si Delorme a changé l’approche de ses cours en économie depuis qu’il s’est désillusionné. J’ai essayé d’intervenir auprès de l’Université de Sherbrooke en 2014, où il enseigne mais avant que je ne le connaisse, pour que le programme de maîtrise en environnement organise ses cours en économie en fonction d’une approche de l’économie écologique plutôt qu’en fonction de l’approche traditionnelle. Ma suggestion n’a pas été retenue, et le programme du cours que j’ai vu maintenait la pensée que Greta critique.

 

 

Il faut revoir nos objectifs

Les perspectives changent un peu depuis quelque temps, incluant la semaine de manifestations sur les changements climatiques qui a obtenu une couverture internationale:

  • Greta indique qu’il faut des changements radicaux dans notre façon de vivre et l’abandon de la fantaisie (fairy tale) de la croissance économique;
  • Professeur Steve Déry de l’Université Laval précise qu’il faudra changer totalement le système économique;
  • Jonathan Safran Foer, auteur de We Are the Weather: Saving the Planet Begins at Breakfast, fournit en entrevue à Amanpour and Company sur la chaine PBS une liste de quatre champs d’action nécessaires (et déjà connus): l’abandon de l’auto privée, l’adoption d’une diète végétarienne, une reproduction humaine diminuée et une réduction de notre recours à l’avion dans nos déplacements.

De façon générale, et même avec ces «précisions» dont la mise en œuvre est loin d’être évidente, nous nous trouvons avec un accroissement d’appels pour que les gouvernements prennent les décisions nécessaires (l’alternative au transfert de cela par Delorme aux jeunes) pour contrôler les changements climatiques sans la moindre indication de ce que ces décisions représenteraient.

Une empreinte écologique oubliée

Important pour nous dans les pays riches, ces campagnes, bien compréhensibles devant les impacts de plus en plus imposants sur nos territoires des phénomènes climatiques, ne semblent jamais reconnaître le contexte plus général de nos problèmes, soit une situation où environ un milliard d’êtres humains vivent dans une richesse jamais vue alors que quatre ou cinq milliards d’autres humains vivent dans une pauvreté abjecte.

Les données sont donc vieilles de plus de 10 ans, mais les nouvelles données ne changeraient presque rien à la carte.

L’impact total de chaque pays est présenté ici, la carte étant déformée pour montrer l’impact proportionnel de chaque pays; il ne s’agit pas de l’empreinte per capita, mais l’empreinte pays par pays. Le Canada y est représenté comme plutôt petit – si on le compare aux États-Unis – parce que sa population est le dixième de celle des États-Unis et que son empreinte est moindre. Il reste que son impact est l’équivalent de celui d’une bonne partie de l’Afrique… Source: Planète vivante 2006, p.18; www.wwf.fr/content/download/1194/5927/version/1/file/LPR_2006_FR.pdf

Les changements climatiques sont l’externalité – le terme technique utilisé par les économistes qui, justement, n’en tiennent pas compte – la plus évidente de cette vie de riches avec ses transports et sa production industrielle à grande échelle, mais l’ensemble de la vie dans les pays riches comporte justement plus que cela, incluant une production agricole (pas toujours dans ces mêmes pays) qui détruit les écosystèmes en répondant aux demandes pour de plus en plus de viande et des activités minières partout qui grugent des gisements de plus en plus faibles en concentration de minerais, entre autres pour nous fournir nos véhicules et nos équipements électroniques.

Finalement, le maintien de notre système de production industrielle et de notre mode de vie en général revient à la nécessité incontournable d’un approvisionnement en énergies fossiles faciles d’accès. Ce qui s’impose, en ligne avec les quelques précisions sur les objectifs maintenant un peu plus explicites tels que mentionnés plus haut, est la disparition de cet approvisionnement, et le problème non reconnu par presque tous les intervenants est que les énergies renouvelables – éolien, solaire … – n’arrivent pas, et n’arriveront pas, à remplacer les énergies fossiles pour nous permettre de continuer notre vie de riches en faisant abstraction de la vie des pauvres.

Voilà ce qui est derrière l’appel de Greta, par exemple, qui insiste que nos vies doivent changer, cela rapidement, cela en se «privant» de ce qui les soutient en priorité, une abondance d’énergie. D’une part, on entend ces appels, d’autre part on entend les promoteurs du modèle économique et de la production industrielle, incapables de penser autrement que selon leur modèle, insister pour que cela se fasse par un processus de mitigation des impacts qui s’est finalement avéré un désastre au fil des ans. Bref, nous pensons vouloir changer notre façon de vivre, mais nous n’avons finalement presque aucune idée de ce qui serait en cause, parce que cela exigera des changements insoupçonnables dans le vie que nous connaissons depuis trop longtemps.

Un avenir inattendu

En pensant à la révolution sociale immédiate requise et recherchée sans le savoir, ce qui ne fait pas partie des débats, des réflexions et des appels, est que nous n’arriverons pas à pouvoir poser les gestes requis. Par contre, la réponse semble bien arriver subtilement. Connu dans le déni par l’industrie est que l’approvisionnement en pétrole achève, dans les quantités, les prix et les rendements nécessaires. Déjà, depuis une dizaine d’années, l’Agence internationale de l’énergie, bras de l’OCDE, organisation des pays riches, reconnaît que les réserves de pétrole conventionnel sont en déclin et que le déclin va continuer (voir la page 145 de mon livre). Comme une sorte de mise à jour, la banque HSBC a publié en 2017 un rapport étoffé qui arrive au même constat.

Ce déclin n’est pas pour 2050 et au-delà, il est déjà en cours et inéluctable, et frappera à la base même de notre civilisation, notre production industrielle. Cela est précisément la projection de Halte à la croissance, qui voyait en 1972 un effondrement du système aux environs de 2025 si nous suivions la lubie signalée par Greta, un modèle qui dépend de la croissance économique continuelle. Nous ne réglons pas les défis associés aux réductions dramatiques de nos émissions de GES parce que celles-ci frapperaient directement à la base de notre système.

Tout semble indiquer que la réponse aux crises qui sévissent ne viendra pas de nos efforts, et Greta souligne ceci en insistant sur le fait que notre civilisation industrielle a détruit sa jeunesse et celle de l’ensemble des jeunes, les «générations futures» du rapport Brundtland. La réponse viendra plus probablement, et assez rapidement, d’une «récession permanente», ainsi désignée par Tim Morgan dans sa Tempête parfaite et associée aux problèmes dans l’approvisionnement en énergie de notre système économique. Il faut que nous nous y préparions, jeunes, vieux, gouvernements, entreprises.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »