Extinction Rébellion: mauvaise cible, bonne cible

Lorsque Gandhi animait des masses pour protester de façon non violente, son objet était évident et on pouvait difficilement – sauf pour ceux qui constituaient l’objet – remettre l’intervention en question. Quand Martin Luther King et de nombreux autres se mettaient en marche à travers les États-Unis, leur objet était évident et on pouvait difficilement – sauf pour ceux qui vivaient dans le drame de l’objet depuis des générations – remettre l’intervention en question.

https://www.earthisland.org/journal/index.php/articles/entry/extinction-rebellions-first-big-act-of-civil-disobedience-in-us-shuts-down-rush-hour-traffic-in-dc?gclid=EAIaIQobChMI-fuSyKuz5QIVi5yzCh0fbwEkEAAYASAAEgJdsvD_BwE

Le problème est que nous ne connaissons pas bien «la vérité» qui serait l’objet des interventions d’Extinction Rébellion                                           Source: Earth Island Journal

Les récentes interventions d’Extinction Rébellion, qui se réclament de la tradition de la désobéissance civile et de celle de Thoreau, ratent la cible, n’ayant ni objet (évident ou pas) ni adhésion recherchée ne pouvant être remise en question. Finalement, le mouvement veut que les gouvernements [1] (i) déclarent une urgence climatique, (ii) agissent pour ramener les émissions à zéro d’ici 2025 et (iii) mettent en branle une assemblée citoyenne sur le climat et la justice écologique. Nulle part sur le site, nulle part dans les interventions, n’avons-nous la moindre idée de ce qui serait en cause et il est à soupçonner que les responsables n’en ont pas non plus. Alors que l’impérialisme et le racisme dans de nombreuses formes s’identifiaient assez facilement, l’urgence climatique, bien que d’origine humaine, n’est pas la responsabilité d’une partie mal orientée de la société, en l’occurrence les gouvernements, mais de la mise en œuvre depuis des générations d’un modèle de développement qui implique toutes les parties des pays riches.

L’incompréhension des enjeux

Je me plains constamment de l’absence d’un portrait réaliste et convainquant de notre situation, limité presque exclusivement pour le moment à un calcul fait par Normand Mousseau en 2013 et qui paraît dans un encadré du document de consultation de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec qu’il co-présidait. Clé dans son calcul, la nécessité de transformations majeures dans le parc automobile, soit le retrait des routes de la moitié du parc soit sa conversion en véhicules électriques. Récemment, un document a été rendu public qui me donnait l’espoir d’y trouver des mises à jour.

Le rapport Dunsky Trajectoires de réduction d’émissions de GES du Québec – Horizons 2030 et 2050: Rapport final fournit, en utilisant un modèle (NATEM) reconnu et compréhensif, les résultats requis mais sans entrer dans le détail de la façon dont les gestes en cause influeraient sur la vie des gens. Même les auteurs du rapport constatent à plusieurs reprises qu’ils ne sont pas capables d’identifier ce qui, dans le modèle, aboutit à certains résultats.

Le rapport est, finalement, une esquisse dans les grandes lignes mais sans précisions de la vision de l’économie verte retenue par l’ensemble des acteurs cherchant à gérer les crises environnementales et économiques à partir de changements structurels et partant en bonne partie des revendications des mouvements environnemental et social au fil des décennies. Les principales hypothèses du rapport semblent voir la mise en œuvre de ces revendications selon un échéancier qui est, pour une première fois, établi, cela en suivant les avertissements du GIÉC. Le rapport cible 2030 et 2050 pour ses analyses. La principale valeur du rapport semble être une sorte de démonstration que la mise en place d’une économie verte qui permettrait d’atteindre la cible de réductions de GES pour 2030 est possible.

L’atteinte des objectifs semblerait possible…

Extinction 2030

L’accroissement de la consommation d’énergie d’ici 2030 n’est pas important, selon le rapport, et presque la moitié de cela vise l’exportation. Modèle de croissance oblige…

L’objectif retenu est celui du gouvernement, soit une réduction de 37,5% des émissions d’ici 2030. Le GIÉC cible maintenant une réduction de 45% d’ici 2030 pour éviter un dépassement de 1,5°C, et on peut situer l’objectif gouvernemental dans une perspective voyant le dépassement atteindre 2°C, si je comprends bien les calculs. Entre autres, on y projette des constructions d’infrastructures électriques assez importantes, même si c’est surtout pour après 2030. Et les exportations provenant de l’électricité ainsi produite constituent une bonne partie du portrait. Ceci correspond en même temps aux orientations du gouvernement Legault.

Le rapport est parsemé de constats à l’effet que les interventions devront être massives, rapides et généralisées et constituer des «changements sans précédent», «une profonde réforme économique», «un changement de cap majeur», «une transformation majeure», comportant «des investissements massifs en capitaux» mais, suivant l’approche retenue et le modèle, ne représente pas un plan d’action (ce qui est attendu du gouvernement Legault au début de 2020).

Ce rapport est le fruit d’un exercice de modélisation visant à tracer les grandes lignes d’une décarbonisation de l’économie québécoise. Ni prévision, ni plan d’action, il décline les changements requis pour atteindre les cibles et objectifs du Québec, tout en abordant les coûts et bénéfices qui en découleront pour le Québec. Pour que ces changements aient lieu, des mesures économiques et règlementaires vigoureuses seront nécessaires.

Les mesures se déclinent en quatre blocs: la maîtrise de l’énergie, l’électrification de nombreux usages de l’énergie, la production accrue d’électricité et de bioénergies, ainsi que d’autres mesures touchant l’agriculture, les déchets et l’industrie. (Avant-Propos)

Une sorte de résumé de ce qui serait en cause se trouve dans le Sommaire.

Au regard de cette analyse, voici les priorités qui émergent en vue de la cible de 2030:

Si le Québec souhaite tirer le maximum de co-bénéfices de sa transition vers une société sobre en carbone — tant pour l’économie que pour la santé humaine —, il lui faudra prioriser l’électrification des transports, la réduction et la valorisation des déchets, ainsi que la production et l’utilisation de bioénergies (ceux-ci représentent 60 % des réductions attendues en 2030).

Les réductions dans les transports sont parmi les plus coûteuses, mais sont probablement celles qui procurent les bénéfices les plus importants (amélioration de la balance commerciale du secteur énergétique, de qualité de l’air et de la santé des Québécois).

Afin de minimiser les coûts et les risques de cette transition, le Québec devra miser davantage sur l’efficacité énergétique et la réduction des demandes. Des actions en matière d’urbanisme, d’aménagement du territoire, d’économie circulaire ou d’ajustement du système alimentaire rendront la marche moins grande à monter quand viendra le temps de remplacer les technologies actuelles par des solutions de rechange sobres en carbone.

Nous concluons que le Québec est particulièrement bien placé pour réussir la décarbonisation de son économie et pour tirer son épingle du jeu sur les plans de l’économie et de la santé humaine. Toutefois, l’effort nécessaire ne doit pas être sous-estimé, et devra viser toutes les occasions de réduction sans exception.   xvii-xviii

Des tableaux fournissant les pistes à court, à moyen et à long termes se trouvent aux pages 80-84, suivant les mêmes secteurs que ceux couverts beaucoup plus simplement par Mousseau. Les pistes ne comportent ni de précisions ni de spécificités, alors que celles-ci constitueront des défis majeurs pour les responsables gouvernementaux qui travaillent sur le plan d’action pour l’an prochain. Et même si les priorités identifiées dans ce texte définissent les scénarios alternatifs présentés dans le deuxième chapitre du rapport, ceux-ci ne semblent pas nécessaires pour l’atteinte de la cible de 2030, fondée sur le recours à une multitude de technologies existantes déjà. Dans la période pré-2030, ils représentent de grandes orientations sans exiger des interventions pendant cette période.

Vraiment la responsabilité des gouvernements?

En analysant ce rapport produit pour le gouvernement, on pourrait se laisser croire que tout est fonction d’interventions gouvernementales, mais là aussi, sans entrer dans les détails, le rapport insiste sur l’effort qui devra venir de tous les secteurs de la société, y compris les individus et le secteur privé. Extinction Rébellion pourrait s’y insérer, dans son absence de spécificités quant aux mesures réclamées, en imaginant un gouvernement doté de tous les pouvoirs nécessaires, y compris sur les individus et les entreprises, et cela sans s’occuper de leur adhésion à l‘effort. Ce n’est pas tout à fait la vision de ce groupe, dont un des trois piliers est un renforcement de la démocratie…  En fait, une telle situation est inimaginable et non désirable de toute façon.

Beaucoup est caché par le modèle, mais il n’est pas facile à voir comment le futur plan d’action sortirait de la complexité du modèle, dont seul le scénario C paraît mériter attention. Dès le départ – ce n’est pas

Extinction 2030b - p.23

Il est surprenant de voir si peu de changement dans le secteur des transports pendant la prochaine décennie.

surprenant… – le travail s’effectue en présumant du modèle économique actuel, avec un ensemble de défis associés à la croissance jugés normaux. Il s’agit d’une version de «l’économie verte» prônée explicitement pendant la campagne fédérale par le Parti vert du Canada (en fait, par tous les partis implicitement, puisqu’il n’existe pas d’alternatives qu’ils soient capables d’imaginer) et que je critique pour ses illusions depuis des années. C’est le sujet du chapitre 5 de mon livre.

Le modèle est «un outil d’optimisation économique» , et tout le travail se fait dans le cadre du maintien du système actuel visant la croissance. Sous contrat avec le gouvernement, qui adhère à ce modèle, le travail maintient la cible de -37.5% pour 2030, la décrivant comme ambitieuse sans référence à l’intervention du GIÉC qui indique qu’il nous faudrait atteindre -45%. Il présente quatre scénarios pour la période d’ici 2030, dont les deux premiers ne comportent pas l’atteinte de la cible de -37.5% et qui ne sont donc pas vraiment d’intérêt. Le 4scénario atteint l’objectif de -87.5% versus le 3qui n’atteint que -75%, et ces deux scénarios représentent des équivalences, face aux incertitudes en cause dans des projections visant 30 ans…

Une grande complexité d’intervention pour éviter les écueils sociaux

On voit l’approche du modèle en regardant ses constats sur le parc automobile en 2030. Dans les transports, il n’y a pas beaucoup de changement dans le transport des personnes, avec la consommation d’essence encore importante en 2030 et le parc automobile en augmentation, dépassant les 5 millions de véhicules en 2030 et continuant à augmenter par après. Alors qu’on serait porté à penser qu’il s’agit du secteur où la transformation sociétale devrait s’opérer, presque en priorité, ce n’est pas le cas, et même le camionnage lourd et l’avion restent importants dans le scénario C.

Le modèle semble éviter les perturbations sociétales (et de consommation) qui comporteraient de sérieux problèmes d’«acceptabilité sociale» et passe par une complexité importante dans l’ensemble de mesures inscrites dans sa programmation et qui touchent l’ensemble des secteurs, cela en fonction de paramètres ciblant le coût et la technologie disponible.

Extinction 2030c p.37

Le travail prévoit que le parc automobile deviendra éventuellement tout électrique, mais cela dans le contexte d’un accroissement du parc qui est déjà très important…

Il faut souligner que les interventions en matière de transport figurent parmi les plus coûteuses. On doit présumer qu’un énorme effort est fait par le modèle «derrière la scène» pour travailler les options moins coûteuses, en grand nombre… Cela semble confirmé à la page 45, où on trouve le coût moyen pour le scénario C à environ 2,6MM$ par année à l’horizon 2030, bien en deçà du coût marginal à cette date.

Par contre, la hausse de prix du carbone affecte très peu les solutions des scénarios de réduction, car dans ceux-ci la cible ou l’objectif de réduction de GES est beaucoup plus contraignant que le prix du carbone. Autrement dit, les contraintes de réduction de GES des scénarios vont bien au-delà des réductions que permet d’obtenir le prix du carbone et ce sont donc ces contraintes qui dé́terminent en majeure partie les résultats de la modélisation…

Cela signifie que le prix du carbone induit par le marché du carbone, s’il se situe en deçà des niveaux alternatifs de prix du carbone modélisés, serait insuffisant pour permettre à lui seul l’atteinte des cibles et objectifs de réduction du Québec (avec des réductions en territoire québécois seulement), selon l’étendue des hypothèses de prix actuelles. (p.46-47)

Cette conclusion préliminaire aboutit au chapitre sur les scénarios alternatifs, puisque le travail doit aborder une série de défis (les projections de demandes, les risques technologiques, les ressources disponibles ou les contraintes d’acceptabilité sociale – p.48) en voyant que le prix du carbone ne fournit pas à lui seul le résultat voulu. Il reste que le modèle permet d’atteindre la cible de -37.5% en 2030 avec son scénario C, cela avec seulement le recours aux technologies existantes. C’est l’atteinte de l’objectif de 2050 (-85%) qui exige le recours aux scénarios alternatifs du chapitre 2.

L’atteinte de la cible 2030 exige les énormes transformations de la société signalées à répétition, mais le document ne fournit pas des précisions quant à celles-ci, en mettant l’accent sur l’effort d’atteindre l’objectif de 2050 que les scénarios de réduction de GES du chapitre 1, générés par le modèle, ne réussissent pas à faire complètement.

Une vue d’ensemble (?)

Le rapport conclut:

La réduction des demandes doit faire partie de la solution.

La combinaison de nos réductions de demandes (scénario 4) amène une baisse du coût marginal de plus de 40 % à l’horizon 2050 (scénario C). La réduction des demandes permet également d’aller plus loin dans l’atteinte des cibles et objectifs de réduction, soit jusqu’à 85 % de réduction à l’horizon 2050 permettant ainsi l’atteinte de la cible et des objectifs du Québec.

Le CSC et la BECSC doivent également faire partie de la solution comme technologie de dernier recours.

Les scénarios 6 (CSC sans contrainte et BECSC) et 8 (scénario favorable incluant le CSC sans contrainte) sont les seuls à atteindre le scénario de réduction D sans l’achat de crédits de carbone internationaux. Ces technologies permettent également de réduire les coûts marginaux, surtout à long terme.

Des risques technologiques importants demeurent.

Avec le retrait des technologies jugées plus risquées (scénario 5), seul le scénario de réduction A est atteint. Ceci confirme l’importance d’appuyer le développement de technologies afin de consolider les options de réduction disponibles. (p.89)

Il est intéressant de voir les interventions d’Extinction Rébellion cibler les transports urbains, en pensant apparemment que les perturbations occasionnées chez les automobilistes vont aboutir à des actions gouvernementales qui n’auront rien à voir avec ces transports. On va manger moins de viande, on va frapper l’industrie de l’aluminium – mais presque aucun impact pour les transports personnels?

Finalement, Extincion Rébellion vise la bonne cible, en toute inconscience. La multitude de gestes identifiés par le modèle du rapport Dunsky sans qu’ils ne soient identifiables ni par le commun des mortels ni par les responsables des politiques publiques semble comporter une telle complexité dans la mise en œuvre de politiques qui s’y attaquent que nous devons probablement et plutôt penser qu’il faut viser – comme Extinction Rébellion à son insu – un secteur stratégique d’intervention où il sera possible de faire intervenir l’ensemble de la société. Nous sommes de retour à l’approche de Mousseau d’il y a maintenant six ou sept ans pour identifier les cibles.

 

[1] On voit en même temps une situation au Canada qui fera que les gouvernements ne répondront pas, surtout depuis l’élection fédérale du 21 octobre. Un article d’Annie Chaloux et Hugo Séguin dans Le Devoir du 24 octobre esquisse les obstacles, assez bien connus et assez évidents, et un éditorial du même journal le même jour, «Est-Ouest: Concilier l’inconciliable» aborde le même thème. Le premier note que nous sommes devant des options «économie verte» (voir plus haut dans l’article ici) et décroissance, ce qui semble sortir de l’ordinaire parmi les commentaires. Le deuxième insiste sur le changement de modèle en cours (mais probablement pensant à un remplacement de l’énergie fossile par les énergies renouvelables):

Ceux qui accusent les libéraux, les néodémocrates ou les bloquistes d’être responsables de la division opposant l’est et l’ouest du pays font fausse route. Cette division est d’abord et avant tout le fait des positions d’arrière-garde soutenues par les conservateurs fédéraux et leurs homologues provinciaux dans un monde en profonde mutation.

D’ores et déjà, l’Alberta et la Saskatchewan peuvent difficilement compter sur l’exploitation pétrolière pour assurer leur prospérité. L’une et l’autre doivent dès aujourd’hui travailler à l’avènement d’une économie du XXIe siècle.

Cette démarche aurait été rendue plus facile grâce aux milliards de dollars tirés des redevances pétrolières qui ont servi à maintenir les taux d’imposition les plus faibles au pays au lieu d’être épargnés comme en Norvège. Là encore, ce ne sont ni les libéraux ni le NPD et encore moins le Bloc qui sont responsables de cette absence de prévoyance, mais les élus conservateurs, locaux et nationaux, pour qui des impôts peu élevés sont toujours le meilleur signe d’un bon gouvernement.

Trudeau était dans une bien meilleure position en 2015 qu’aujourd’hui, et on ne doit pas s’attendre à ce qu’il intervienne comme il faut. Pour un prochain article…

 

 

NOTE: Un deuxième rapport qui vient de sortir est le résultat de travaux menés par une équipe de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie, HEC Montréal, sous Pierre-Olivier Pineau, avec Philippe Gauthier comme principal consultant: Portrait et pistes de réduction des émissions industrielles de gaz à effet de serre au Québec: Projet de recherche sur le potentiel de l’économie circulaire sur la réduction de gaz à effet de serre des émetteurs industriels québécois. Il est intéressant d’y voir le portrait fourni du secteur industriel du Québec, et l’énorme complexité qui serait en cause dans l’effort de réduire davantage ses émissions, celles-ci ayant été déjà réduites sensiblement depuis quelques années.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Greta: La semaine de manifestations est maintenant terminée…

Ce texte est une réflexion basée sur un article que j’ai soumis aux journaux pour publication pendant la semaine du climat. Il n’a pas été retenu et je profite de l’occasion pour y aller plus en longueur (profondeur?).

En décembre 2017-janvier 2018 on sentait que Josée Blanchette ruminait sa prochaine intervention en matière d’environnement. Elle était à Paris avec son (ex-, d’après une récente chronique) mari, un économiste qui participait à une conférence dans son domaine, et y a fait une longue entrevue avec Aymeric Caron, auteur de UtopiaXXI. Le résultat était une chronique qui mettait l’accent sur l’espoir (le rêve) et une couverture du livre de Caron (plutôt que le mien, me disais-je).

Hulot

Nicolas Hulot – Il a démissionné avec fracas sans imaginer qu’il allait pouvoir faire mieux en dehors du gouvernement. C’était un geste de reconnaissance de la situation critique du monde. Source: fr.wikipedia.org

Pendant l’été 2018, Nicolas Hulot a démissionné de son poste de ministre de la Transition écologique, et sans vraiment que je c0mprenne pourquoi, cela a tellement frappé Blanchette qu’elle est revenue sur l’alternative qu’elle avait en janvier 2018, soit la couverture possible de mon livre qui venait de sortir; elle me mentionne dans une chronique où elle manifestait son rejet de l’espoir, ou du moins de l’optimisme. Je la cite:

Hulot n’est pas seul à être devenu éco-cynique ou éco-désespéré, à perdre la foi (ses mots), même si on lui reproche sa collection personnelle de moteurs à pistons. Je pense à Harvey Mead, ancien commissaire au développement durable — son dernier livre s’intitule Trop tard (besoin d’un dessin ?) —, au généticien David Suzuki, au biologiste Jean Lemire (lisez son Odyssée des illusions), à Jacques Languirand, l’ex-porte-parole du Jour de la Terre, au journaliste Hervé Kempf (Comment les riches détruisent la planète), un autre objecteur de «croissance». Et je me demande où en est notre ami Al Gore après Une vérité qui dérange en 2006. Huit véhicules sur dix vendus au Canada en 2017 étaient des VUS et des camions légers.

François Delorme, son mari à l’époque, est intervenu dans la même semaine, suite à la démission de Hulot, écrivant dans Le Devoir qu’il avait jugé mes analyses avec condescendance, et semblait avoir changé d’idée – encore une fois, difficile à comprendre devant la seule démission de Hulot… Il souligne que Hulot est convaincu qu’il nous faut faire disparaître l’économie de marché, racine des problèmes et Delorme indique qu’il n’y croit plus non plus. Ce qui était frappant dans l’article de Delorme, sous le titre «Les illusions perdues», était sa conclusion:

[C]e sont ces jeunes qui portent l’avenir. Et j’ose espérer qu’ils sauront investir ce qui nous reste d’institutions démocratiques pour imprimer le virage radical dont nous avons urgemment besoin. Cédons-leur donc la place !

Ce qui est manifesté par cette conclusion est la démission face aux enjeux auxquels les économistes comme lui peuvent peut-être mieux que quiconque s’attaquer. J’y reviens parce que c’est précisément cela que Greta Thunberg souligne avec son «How dare you?» face à la volonté des plus vieux de mettre leurs espoirs dans la jeune génération.

Une «transition» mieux décrite

Le 27 septembre, jour de la manifestation à Montréal, Le Devoir publiait un extrait du manifeste de Greta avec comme titre «Aux puissants maintenant à faire leurs devoirs» où elle intervient de manière très juste, sommant les gens comme Delorme à faire leurs devoirs, elle et les jeunes ayant fait les leurs:

Vous ne pouvez pas rester sans rien faire à attendre que l’espoir vous tombe dessus. Ou alors vous agissez comme des enfants irresponsables et gâtés.

Vous n’avez pas l’air de comprendre que l’espoir est une chose que vous devez aller chercher, que vous devez gagner. Et si vous êtes encore là, à raconter que «nous sommes en train de gâcher notre précieux temps d’apprentissage», alors laissez-moi vous rappeler que nos dirigeants ont gâché des décennies en déni et inaction. Et comme le temps est en train de nous échapper, nous avons décidé d’agir.

Nous avons commencé à nettoyer votre désastre. Et nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’aurons pas fini.

Greta

Greta Thunberg aux Nations Unies Source: loud wire.com

Je ne sais pas si Delorme a changé l’approche de ses cours en économie depuis qu’il s’est désillusionné. J’ai essayé d’intervenir auprès de l’Université de Sherbrooke en 2014, où il enseigne mais avant que je ne le connaisse, pour que le programme de maîtrise en environnement organise ses cours en économie en fonction d’une approche de l’économie écologique plutôt qu’en fonction de l’approche traditionnelle. Ma suggestion n’a pas été retenue, et le programme du cours que j’ai vu maintenait la pensée que Greta critique.

 

 

Il faut revoir nos objectifs

Les perspectives changent un peu depuis quelque temps, incluant la semaine de manifestations sur les changements climatiques qui a obtenu une couverture internationale:

  • Greta indique qu’il faut des changements radicaux dans notre façon de vivre et l’abandon de la fantaisie (fairy tale) de la croissance économique;
  • Professeur Steve Déry de l’Université Laval précise qu’il faudra changer totalement le système économique;
  • Jonathan Safran Foer, auteur de We Are the Weather: Saving the Planet Begins at Breakfast, fournit en entrevue à Amanpour and Company sur la chaine PBS une liste de quatre champs d’action nécessaires (et déjà connus): l’abandon de l’auto privée, l’adoption d’une diète végétarienne, une reproduction humaine diminuée et une réduction de notre recours à l’avion dans nos déplacements.

De façon générale, et même avec ces «précisions» dont la mise en œuvre est loin d’être évidente, nous nous trouvons avec un accroissement d’appels pour que les gouvernements prennent les décisions nécessaires (l’alternative au transfert de cela par Delorme aux jeunes) pour contrôler les changements climatiques sans la moindre indication de ce que ces décisions représenteraient.

Une empreinte écologique oubliée

Important pour nous dans les pays riches, ces campagnes, bien compréhensibles devant les impacts de plus en plus imposants sur nos territoires des phénomènes climatiques, ne semblent jamais reconnaître le contexte plus général de nos problèmes, soit une situation où environ un milliard d’êtres humains vivent dans une richesse jamais vue alors que quatre ou cinq milliards d’autres humains vivent dans une pauvreté abjecte.

Les données sont donc vieilles de plus de 10 ans, mais les nouvelles données ne changeraient presque rien à la carte.

L’impact total de chaque pays est présenté ici, la carte étant déformée pour montrer l’impact proportionnel de chaque pays; il ne s’agit pas de l’empreinte per capita, mais l’empreinte pays par pays. Le Canada y est représenté comme plutôt petit – si on le compare aux États-Unis – parce que sa population est le dixième de celle des États-Unis et que son empreinte est moindre. Il reste que son impact est l’équivalent de celui d’une bonne partie de l’Afrique… Source: Planète vivante 2006, p.18; www.wwf.fr/content/download/1194/5927/version/1/file/LPR_2006_FR.pdf

Les changements climatiques sont l’externalité – le terme technique utilisé par les économistes qui, justement, n’en tiennent pas compte – la plus évidente de cette vie de riches avec ses transports et sa production industrielle à grande échelle, mais l’ensemble de la vie dans les pays riches comporte justement plus que cela, incluant une production agricole (pas toujours dans ces mêmes pays) qui détruit les écosystèmes en répondant aux demandes pour de plus en plus de viande et des activités minières partout qui grugent des gisements de plus en plus faibles en concentration de minerais, entre autres pour nous fournir nos véhicules et nos équipements électroniques.

Finalement, le maintien de notre système de production industrielle et de notre mode de vie en général revient à la nécessité incontournable d’un approvisionnement en énergies fossiles faciles d’accès. Ce qui s’impose, en ligne avec les quelques précisions sur les objectifs maintenant un peu plus explicites tels que mentionnés plus haut, est la disparition de cet approvisionnement, et le problème non reconnu par presque tous les intervenants est que les énergies renouvelables – éolien, solaire … – n’arrivent pas, et n’arriveront pas, à remplacer les énergies fossiles pour nous permettre de continuer notre vie de riches en faisant abstraction de la vie des pauvres.

Voilà ce qui est derrière l’appel de Greta, par exemple, qui insiste que nos vies doivent changer, cela rapidement, cela en se «privant» de ce qui les soutient en priorité, une abondance d’énergie. D’une part, on entend ces appels, d’autre part on entend les promoteurs du modèle économique et de la production industrielle, incapables de penser autrement que selon leur modèle, insister pour que cela se fasse par un processus de mitigation des impacts qui s’est finalement avéré un désastre au fil des ans. Bref, nous pensons vouloir changer notre façon de vivre, mais nous n’avons finalement presque aucune idée de ce qui serait en cause, parce que cela exigera des changements insoupçonnables dans le vie que nous connaissons depuis trop longtemps.

Un avenir inattendu

En pensant à la révolution sociale immédiate requise et recherchée sans le savoir, ce qui ne fait pas partie des débats, des réflexions et des appels, est que nous n’arriverons pas à pouvoir poser les gestes requis. Par contre, la réponse semble bien arriver subtilement. Connu dans le déni par l’industrie est que l’approvisionnement en pétrole achève, dans les quantités, les prix et les rendements nécessaires. Déjà, depuis une dizaine d’années, l’Agence internationale de l’énergie, bras de l’OCDE, organisation des pays riches, reconnaît que les réserves de pétrole conventionnel sont en déclin et que le déclin va continuer (voir la page 145 de mon livre). Comme une sorte de mise à jour, la banque HSBC a publié en 2017 un rapport étoffé qui arrive au même constat.

Ce déclin n’est pas pour 2050 et au-delà, il est déjà en cours et inéluctable, et frappera à la base même de notre civilisation, notre production industrielle. Cela est précisément la projection de Halte à la croissance, qui voyait en 1972 un effondrement du système aux environs de 2025 si nous suivions la lubie signalée par Greta, un modèle qui dépend de la croissance économique continuelle. Nous ne réglons pas les défis associés aux réductions dramatiques de nos émissions de GES parce que celles-ci frapperaient directement à la base de notre système.

Tout semble indiquer que la réponse aux crises qui sévissent ne viendra pas de nos efforts, et Greta souligne ceci en insistant sur le fait que notre civilisation industrielle a détruit sa jeunesse et celle de l’ensemble des jeunes, les «générations futures» du rapport Brundtland. La réponse viendra plus probablement, et assez rapidement, d’une «récession permanente», ainsi désignée par Tim Morgan dans sa Tempête parfaite et associée aux problèmes dans l’approvisionnement en énergie de notre système économique. Il faut que nous nous y préparions, jeunes, vieux, gouvernements, entreprises.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »