Immigration, crise ponctuelle ou permanente?

NOTE: Je me permets des généralisations ici qui mériteraient normalement beaucoup de distinctions et d’argumentaires et dont le portrait est très complexe et dépend de nombreux facteurs qui ne sont pas mentionnés. Cela sera laissé à d’autres moments, l’objectif étant de présenter un point qui n’en dépend pas directement ni nécessairement.

Il est déconcertant et en même temps fascinant de voir le monde se déchirer face aux défis de l’immigration, en Europe en suivant les nouvelles quotidiennes, mais également en Amérique du Nord. Sur ce dernier continent, la course à l’investiture républicaine en fait un débat plutôt à l’image de celui qui se fait en Europe face aux immigrants arrivés depuis déjà longue date; l’éventuelle campagne présidentielle de l’année prochaine mettra le/la républicain qui gagne l’investiture contre la/le démocrate, dont l’héritage du gouvernement Obama suggère qu’il y aura ouverture vers la légalisation du statut de plus d’une dizaine de millions d’immigrés illégaux en provenance du sud. Quant à ceux qui arrivent…

Démographie

 

Plusieurs facettes du phénomène

Directement et immédiatement, il s’agit en Europe de nombres importants de réfugiés fuyant des situations de guerre et de persécution dans de nombreux pays limitrophes; il y a également des migrants cherchant une meilleure vie. Les perturbations en cours semblent dessiner de profondes transformations de l’ensemble des pays de la communauté européenne. Aux États-Unis, la taille de la population hispanique fournit un premier aperçu de ce qui s’en vient à l’autre bord de l’Atlantique. (suite…)

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Analyse et prévisions de Tverberg

Le blogue de Gail Tverberg, Our Finite World, est un des sites dont je recommande un suivi. Elle vient de publier un nouvel article, « Deflatiionary Collapse Ahead? » qui mérite lecture. Elle part de la problématique indiquée par le graphique suivant:

Tverberg oil-price-and-supply-with-notes2

 

La lecture de ses articles antérieurs fournit une expérience intrigante. Je soupçonne que je ne reviendrai pas directement sur cet article, qui parle pour lui-même.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Images saisissantes, études presque inutiles

J’ai récemment eu l’occasion de regarder sur Explora l’émission Peuples des fleuves portant sur le Gange de l’Inde. Comme elle le devait, elle présentait le portrait d’un grand fleuve dont les origines dans les glaciers des Himalayas sont en régression, dont les abords sont peuplés de dizaines sinon de centaines de millions de personnes plutôt pauvres dans ce pays le deuxième plus peuplé du monde. Le fleuve est grossièrement pollué de toutes les façons imaginables et sur presque toute sa longueur, mais les nombreuses traditions religeuses associées à ce fleuve continuent dans leur tradition d’un fleuve dont l’eau est vierge tout en reconnaissant que ce n’est pas le cas.Célébration religieuse sur un ghat au bord du Gange, à Varanasi

 

Que pensent nos chercheurs et nos décideurs?

À peu près en même temps, un ami m’a rappelé le travail de la Banque mondiale depuis 2012 pour produire la série Turn Down the Heat; elle cible l’urgence de contrôler les changements climatiques et de régler la pauvreté trop présente dans le monde. J’ai regardé le rapport de la série qui était déjà dans mes dossiers, le rapport de juin 2013 portant sur l’Afrique sub-saharienne, l’Asie du sud-est et l’Asie du sud (et donc incluant l’Inde), me limitant au résumé exécutif. J’aurais pu continuer, comme j’ai fait l’été dernier avec toute la série de rapports préparatoires à la COP21 de Paris en décembre prochain, lire l’ensemble et les commenter dans une série d’articles pour le blogue. Finalement, après la trentaine de pages du résumé, je n’en avais pas le goût.

J’étais laissé plutôt songeur en voyant de si importantes institutions et des chercheurs chevronnés abonder dans l’optimisme devant les rapports accablants. (suite…)

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Catastrophisme pour de vrai

Dans mon récent article sur le livre de Naomi Klein, je soulignais que l’accent peut-être démésuré sur les changements climatiques risque de nous mener à ne pas voir l’ensemble des crises qui sévissent, qui interagissent et qui ne se comprennent pas en isolation. En contrepartie, je rappelais le travail du Club de Rome dans Halte où plus d’une centaine de composantes interagissanes de notre civilisation sont traitées ensemble par le modèle, d’où des projections qui me paraissent toujours assez bien fondées.

Pierre-Alain Cotnoir m’a posé des questions en réaction (le 20 juillet) :

Je partage votre réalisme et du même coup je suis curieux de connaître votre appréciation de deux contributions. La première, c’est celle du Dr. Guy R. McPherson, auteur de Going Dark où il défend la thèse d’une humanité vouée à l’extinction à fort brève échéance (http://www.guymcpherson.net/books.html). La seconde, c’est celle du site Arctic-News (http://arctic-news.blogspot.ca/) animé par l’énigmatique Sam Carana (existe-t-il vraiment ou est-ce un collectif qui se cache sous ce nom?).

DSC00186

 

Je ne connaissais ni McPherson ni Wadhams ni Carana, et j’ai regardé ce que les liens fournissaient comme introduction à leurs positions. C’est en effet dramatique, mais je me suis donné du temps pour réfléchir avant d’essayer de fournir une réponse probablement banale de toute façon. Un échange avec un autre lecteur pendant ce temps a souligné que mon blogue, qui critique sans proposer des solutions à une longue série d’interventions (Klein, Rifkin, Lovins, Villeneuve, Favreau et d’autres) donne l’impression que j’ai abdiqué (voir ma réflexion sur le livre de Claude Villeneuve, Est-il trop tard ?) et proposait que je lance des idées encourageantes.

Un des objectifs de ce blogue est d’essayer de faire réfléchir de nombreux intervenants qui, ensemble, pourraient bien dessiner des pistes d’attaque pour nous préparer pour l’effondrement plutôt que pour la transition (plutôt en douceur…) dont de nombreux auteurs parlent constamment et patiemment. (suite…)

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »