Faute d’un nom: marxisme?! socialisme?!

Le récent éditorial de Jean-Robert Sansfaçon dans Le Devoir, «Québec Solidaire : l’avenir ou le passé?», est assez intéressant pour nous montrer jusqu’à quel point l’adhésion au modèle économique actuel rend une pensée renouvelée difficile. Sansfaçon a déjà montré comment cette adhésion met les enjeux environnementaux entre parenthèses par son éditorial de 2014, «L’improbable révolution», qui termine ainsi:

C’est pour cette raison que les experts du monde entier doivent maintenant unir leurs efforts pour aller au-delà des cris d’alarme en faisant la démonstration des avantages économiques et sociaux d’une première grande révolution industrielle pour ce millénaire.

Une bonne partie de mon livre est consacré à une critique de cette idée qui voit l’avenir dans la poursuite du développement économique à l’ancienne mais avec un sous-titre de vert.[1]

Gérer les émissions comporte un changement de société

Tableau -25%

Pourquoi les politiciens ne règlent pas le défi des changements climatiques: quelques indices qui ne représentent même pas les défis en cause

Le passé ou l’avenir?

Ce qu’ajoute Sansfaçon est que le programme de QS représente le passé… Il manque ainsi un des éléments fondamentaux de la campagne électorale, où les trois principaux partis inscrivent dans leurs programmes le modèle économique qui marque le passé et qui est au bord d’un effondrement et où seul QS aborde le défi d’esquisser un nouveau modèle tout en s’attaquant aux pires éléments du modèle actuel.

La critique de QS par Sansfaçon va jusqu’à soulever la question si le mouvement et le parti ne sont pas «une version soft du bon vieux communisme chinois»! En effet, comme il souligne, QS réduit l’importance du secteur privé, met un accent sur la «socialisation des activités économiques» et va jusqu’à penser à la nationalisation de certaines composantes du secteur économique lorsqu’il s’agit de viser le bien commun et des services pour tout le monde.

En réponse, Sansfaçon souligne qu’il faut maintenir les acteurs du secteur économique si le Québec veut «survivre dans le monde d’aujourd’hui». Voilà le véritable fond du débat de l’élection: le «monde d’aujourd’hui» est en crise, c’est le système économique avec – suivant Sansfaçon – ces grandes entreprises privées, ces leaders qui possèdent plusieurs résidences et, finalement, «les individus les plus entreprenants et les entreprises les plus dynamiques» qui en sont responsable en grande partie.

Et les enjeux environnementaux?

L’intervention de Sansfaçon a été suivie le lendemain par un texte de Louis-Gilles Francoeur, «Les enjeux occultés de la gestion environnementale», qui se plaignait, à l’instar d’un message reçu d’une amie ces derniers jours et de beaucoup de commentaires, à l’effet que l’environnement n’a pas sa place au gouvernement, dans le budget du gouvernement, dans la campagne électorale.

Il s’agit d’un type d’intervention qui se fait depuis des décennies, critiquant le faible budget du ministère de l’Environnement. Ce que Francoeur occulte, montrant lui aussi la difficulté, pour les gens intervenant dans le mouvement environnemental depuis longtemps, de voir qu’il faut constater l’échec et changer de modèle. Plus important, il faut reconnaître que le développement économique dans son sens traditionnel représente l’intervention environnementale la plus importante qui soit. Francoeur reconnaît la présence des pressions venant des milieux des affaires, mais les voit toujours comme freinant les avancées en matière environnementale plutôt comme identifiant le cœur même du problème.

Intéressante proposition à cet égard à travers les dérapages de la campagne, une intervention de Pierre-André Julien, «Le changement climatique et «les deux pieds sur le volant!»».

Parmi les autres partis, seul le Parti québécois avance une idée essentielle pour toute stratégie écologique, soit de confier le ministère de l’Environnement au premier ministre pour qu’enfin il empêche les ministères économiques comme l’Agriculture, les Affaires municipales ou les Finances de se quereller tout le temps, ralentissant ainsi toute véritable lutte contre ce réchauffement climatique, et ainsi faisant en sorte que les promesses en ce sens puissent se réaliser en leur donnant la priorité absolue.

En effet, les défis «environnementaux» ne sont pas environnementaux dans le sens traditionnel mais les défis d’une société et d’une civilisation qui les occasionnent, qui les mettent de l’avant, qui créent les crises avec ses propres «avancées». Nous ne sommes plus dans une époque où nous pouvons penser mitiger les impacts des interventions venant du secteur économique (et des fois social). Ce sont les interventions elles-mêmes qui sont en cause. Le Conseil exécutif, le ministère du Premier ministre, coordonne les activités de nos gouvernements, et ceux-ci, depuis des décennies, mettent la priorité, sans la moindre hésitation, sur le développement économique et la croissance. Le problème avec l’idée du PQ est qu’il n’y a pas de gouvernant de nous jours qui pense autrement.

DSC05280

Démolition d’une section de l’autoroute Dufferin-Montmorency en 2007

Top-down ou Bottom-up: la socialisation de l’économie ou la dominance de l’économie sur la société ?

Nous avons connu cette situation avec la création du poste de Commissaire au développement durable en 2006, comme élément clé de la Loi sur le développement durable. N’importe quel innocent qui lit la loi doit reconnaître que c’est l’ensemble du gouvernement, des ministères et des agences, qui sont interpellés par les objectifs de la loi. Pourtant, les tractations, probablement pas difficiles, ont rapidement transféré la gestion de la mise en œuvre de la loi au (pauvre) ministère de l’Environnement. Que celui-ci ait dix fois le budget souhaité par Francoeur ne changerait strictement rien au portrait: le Conseil exécutif va poursuivre le développement économique, l’environnement dans son sens traditionnel ne constituant qu’un irritant, comme les différents éditoriaux de Sansfaçon le démontrent de façon transparente.

Une autre approche aux défis se trouvent dans des échanges entre des gens dans le réseau de Stéphane Brousseau Enjeux énergie et environnement, tout récemment portant sur une publication de Nature Climate Change et cherchant à calculer le coût social (et environnemental) des émissions de GES et des changements climatiques qui en résultent. Encore une fois, cela fait des décennies que nous cherchons à faire ces calculs, avec plus ou moins de précision et avec plus ou moins de résultats. Comme pour le cas de Francoeur, le problème, occulté, est qu’il faut mettre dans la balance le coût de la disparition de notre système économique, son effondrement et la transformation radicale (et probablement pas pour le mieux en termes de bien-être pour la plupart des gens riches actuels) de la civilisation.

Brousseau indique le 26 septembre qu’il ne fait confiance à aucun des partis en campagne, mais il faudrait demander pourquoi QS ne répond pas à bon nombre de ses attentes: «il n’existe aucun parti pour lequel on puisse voter parce qu’ils sont tous penchés sur des idéologies et non sur la réalité». Un but de cette intervention de ma part est justement d’insister sur l’adhésion des trois principaux partis à l’idéologie du système économique actuel et la recherche de la croissance. L’intervention de Nature Climate Change, avec son calcul des coûts des impacts, s’insère directement dans le même système. Ce qui me frappe est l’absence ou presque d’une reconnaissance qu’il faut larguer le système, même si Brousseau souligne qu’il prône l’abandon de l’économie capitaliste. Le problème semble être qu’il n’est pas évident comment procéder.

QS

C’est là où QS me paraît chercher à relever le défi, même s’il y a de gros problèmes avec leur programme. Il reconnaît les revendications des mouvements sociaux et environnementaux depuis des décennies, page après page dans le programme, soulignant par le fait même que ces revendications n’ont pas été entendues. Probablement presque sans exception, ses initiatives ne répondront pas au critère de rentabilité défini par le système actuel, qui aboutit à des entreprises multinationales de plus en plus importantes. Et QS propose une nouvelle vision qui rend Sansfaçon tellement nerveux qu’il semble considérer QS comme communiste… On peut convenir que QS ne détiendra le pouvoir avec l’élection et que donc son programme – et sa plateforme – ne correspondent pas à la réalité à la Brousseau. Reste que le portrait esquissé paraît plus compatible avec ce qui s’en vient que ceux des autres partis qui veulent maintenir le modèle actuel; en fait, même QS semble le maintenir implicitement.

On peut se permettre de penser que la hausse de l’appui à QS dans les sondages suggère qu’il y a un nombre de personnes de plus en plus important qui veulent vraiment le changement, à l’instar des millions qui ont appuyé Bernie Sanders (et Trump, pour les mêmes raisons mais avec les mauvaises cibles). C’est ce que Sansfaçon appelle un retour au passé, lui et les autres partis faisant campagne dans l’élection étant incapable, comme les gens de l’establishment américain en 2016, de voir l’avenir comme fonction des crises du présent.[2]

Ce qui ne paraît pas dans la vision de QS, comme il est absent dans le programme de Bernie Sanders, est une reconnaissance que la non rentabilité comportera un changement radical dans le futur système économique et social et dans les conditions de vie et une diminution radicale de ce que nous avons pris l’habitude de considérer comme le bien-être matériel totalement fondé sur la surconsommation de ressources.

Le programme de QS parle justement du Québec sous le régime de QS comme une «société riche»… C’est peut-être ici que Sansfaçon a raison, presque sans le réaliser. QS semble accorder à l’idée d’une transition énergétique beaucoup trop de potentiel, suggérant (section1.2.4) comme beaucoup trop d’autres que cette transition va nous amener à un nouveau régime avec les mêmes services énergétiques où la renouvelable aura remplacé la fossile.

À cet égard, je suis intervenu dans le réseau de Brousseau avec le commentaire suivant:

Lorsque nous commençons à parler de ce qui est véritablement requis, les défis augmentent beaucoup – et notons bien que l’éditorial envoyé par Stéphane souligne que les engagements associés à l’Accord de Paris sont bien insuffisants, et ceux du gouvernement Trudeau encore plus, étant ceux du gouvernement Harper.
Je suggère que les gestes requis exigeraient l’abandon de notre modèle économique, et que c’est pour cela que les politiciens ne répondent pas, peu importe le coût des impacts de l’inaction. Le coût de l’action est tout simplement inimaginable.
C’est ici où les adhérents à une transition énergétique sans faille et sans perturbations ne fournissent pas des réponses aux analyses qui suggèrent que la transition voulue et espérée n’est tout simplement pas plausible. Ici, je me réfère comme synthèse à un bel essai récent par Philippe Gauthier qui résume ce que nous savons pas mal depuis assez longtemps.
Il n’y aura pas de transition et il faut que nous déployions nos efforts dans un tout autre sens, soulignant une transformation en profondeur de notre société/civilisation et – je crois inévitable – une réduction massive des ressources que nous pourrons consommer.
D’après ce que je vois, Québec Solidaire ne voit pas le défi en cause à travers toutes ses belles orientations, et je viens de lire Bernie Sanders, qui parle d’une « seamless transition » vers les énergies renouvelables. Le Québec pourra peut-être s’arranger avec le meilleur approvisionnement en énergie non fossile dans le monde entier, avec un apport -une réduction – de peut-être 50% de la consommation actuelle, ce qui serait quand même dramatique. Mais le Québec ne vit pas en isolation, et il n’y a pas beaucoup d’autres juridictions qui pourront même passer proche. Bref, c’est presque le chaos dans le modèle économique qui ira de pair avec l’incapacité de faire une transition sans faille…

MISE À JOUR le 1er octobre

Jean-François Nadeau a quitté l’orientation éditoriale de Sanfaçon avec une chronique intéressante ce matin dans Le Devoir. Il est plutôt difficile à comprendre comment l’équipe éditoriale a laissé passer l’éditorial de Sansfaçon…

 

[1] Ce ne sont surtout pas les «cris d’alarme» qui doivent nous guider, dit Sansfaçon, ayant souligné dans un autre éditorial que la présence d’anciennes militantes du mouvement environnemental au sein du Conseil des ministres faisait presque peur. Il contrastait cela avec un consultation menée par la CEÉQ, dont les responsables n’étaient pas un «quelconque groupe de militants environnementalistes».

Plus je prends du recul, plus je vois le poids du modèle économique tout au long de l’histoire du mouvement environnemental et de son échec. C’est dit seulement en passant, on dirait, mais le bout de phrase de Sansfaçon dans encore un autre éditorial de 2014, «Une politique dépassée» n’en révèle pas moins la lourdeur de la pensée.

Il eût été surprenant d’assister à des éclats de joie de la part des gens d’affaires en apprenant la nomination de trois anciens militants du mouvement écologiste à la tête de ministères aussi importants que ceux du Développement durable et des Richesses naturelles. Confier la responsabilité de l’avenir énergétique, des forêts, des mines et même d’Hydro-Québec à d’ex-dirigeants d’organisations comme le Parti vert et Eau Secours !, il y a de quoi rendre nerveux !

 

[2] En effet, Josée Blanchette y va de sa vision dans une chronique de fin de campagne «On veut (pas) que ça change: le procès du statu quo» qui souligne le phénomène d’importants segments des populations qui décrochent de l’establishment et de l’élite.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Le pétrole, l’ALÉNA et l’automobile (3)

Curieux: depuis l’entente entre les États-Unis et le Mexique, presque tout ce qu’il y avait de reportages sur les négociations pour une nouvelle mouture de l’ALÉNA nous donnait le vendredi 31 août comme date limite, celle décidée par Trump pour pouvoir faire signer l’accord États-Unis/Mexique par le président mexicain Peña Nieto plutôt que par son successeur Andrés Manuel López Obrador (AMLO), plutôt réservé face à l’ensemble. Tout d’un coup, à l’annonce de l’échec des négociations visant une entente le 31 août, on apprenait qu’il restait encore un mois pour aboutir à un accord entre les États-Unis et le Canada, et on en comprend assez bien les étapes: entente entre le Canada et les États-Unis suivie de la rédaction de l’éventuel accord, dont la version écrite finale doit être déposée au Congrès pour le 30 septembre.

Sauf que les médias commencent à souligner que même le 30 septembre n’est qu’une date fixée par le président Trump, justement pour éviter qu’AMLO soit la contrepartie mexicaine dans les négociations. Peut-être que le tout pourra continuer après le 30 septembre, quitte à voir le président Trump faire face à un congrès qui a quelques réflexions sur le sujet et qui a donné le mandat de négocier une entente à trois. Le Conseil des Canadiens note qu’AMLO semblerait se satisfaire avec un accord réglé par son prédécesseur pour lui laisser la voie libre pour le défi vraiment important, un véritable développement du pays pauvre qu’est toujours le Mexique. Cela suggère que l’ALÉNA est toujours une affaire plutôt marginale pour ce dernier pays. Mais elle suggère qu’il aille plus loin semble voir la situation ainsi et on

Un retrait de l'ALÉNA sera compliqué pour le Mexique et pour le Canada, mais probablement salutaire

Un retrait de l’ALÉNA sera compliqué pour le Mexique et pour le Canada, mais salutaire

L’ALÉNA souhaitable?

Comme j’ai esquissé dans les articles précédents, en retournant à une réflexion que j’avais laissée depuis plusieurs années, je me retrouve avec la conclusion que Trump avait raison dans ses objections aux ententes multilatérales de libre-échange, que Bernie Sanders avait raison[1], sur la base de fondements différents, dans les mêmes objections, et que non seulement nous serions mieux sans une ALÉNA2, mais que nous ne sommes pas mieux avec les ententes avec l’Europe et le Transpacifique que Trudeau, suivant Harper, considère fondamentale pour l’avenir de l’économie canadienne – mais peut-être pas pour la société canadienne.

L’IRIS est intervenu sur l’ALÉNA en suggérant, finalement, que son abandon ne serait peut-être pas une mauvaise idée. Ce faisant, elle proposait pour le corriger plusieurs changements. Gordon Laxer, pour sa part, y est allé avec une proposition de changement de l’ALÉNA qui frappait à son cœur, pour les Américains, la clause «proportionnalité» qui leur garantit un approvisionnement qui ne pourra pas baisser en cas de besoin. C’était sûrement peine perdue, et Laxer ne pousse pas sa réflexion pour voir si l’ALÉNA était bénéfique pour le Canada, alors que sa province, l’Alberta, semble clairement un bénéficiaire important.

Une recherche auprès du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), organisme d’économie hétérodoxe qui ne met pas en question l’économie néoclassique, permet de vérifier comment il intervient sur l’ALÉNA à travers une multitude de propositions de correction au système. Sur la question, le CCPA propose carrément (sans le dire) de réécrire l’ALÉNA en fonction de principes qui pourraient favoriser le Canada et diminuer les mauvais impacts de ce document néoclassique de libre-échange. Encore une fois, on se demande comment le Centre peut tellement manquer de perspective tout en restant dans le système. Il intervient au printemps 2018 pour esquisser plusieurs problèmes avec l’ALÉNA pour ensuite déposer en juillet un mémoire lors de la consultation du gouvernement fédéral qui détaille sa vision des changements qui seraient opportuns.

MISE À JOUR: Un petit article venant de la Presse canadienne figure dans les journaux le 23 octobre portait sur une récente intervention du CCPA: «L’ALÉNA: Fallait-il sauvegarder le chapitre 19?».

Une analyse plus que hétérodoxe

C’est intéressant dans ce contexte de consulter l’intervention de l’ancien éditeur du journal du CCPA The Monitor, plus radical que le CCPA lui-même. Ed Finn a pris sa retraite il y a quelque temps à l’occasion de son 90e anniversaire; il est retourné dans sa province natale de Terre-Neuve et Labrador et écrit aujourd’hui pour The Independent dans une chronique «The Nonagenarian’s Notebook». Dans une chronique d’octobre dernier, « It’s Time To End NAFTA », Finn trouve une note intéressante écrite par les deux principaux chercheurs du CCPA, en dépit de l’accent qu’ils mettent – que le Centre met – sur le renouvellement avec des changements invraisemblables.

According to trade analysts Scott Sinclair and Stuart Trew, free trade agreements “have little to do with trade,” and are, “more accurately, constitution-style documents that substantially weaken democratic institutions in the interests of freeing (from government intervention) the trade- and investment-related activities of multinational corporations.”

Il trouve même une intervention de Bruce Campbell, ancien pdg du Centre, qui suggère fortement que le CCPA devrait promouvoir l’abandon de l’ALÉNA.

“The cumulative effects of NAFTA on the well-being of most Canadians has been negative. Inequality has been widened, income growth stifled, unions undermined, social programs eroded. At its core, NAFTA is about shifting all the power in the economy from governments and workers to corporations,” says former Canadian Centre for Policy Alternatives Executive Director Bruce Campbell.

Même Jim Stanford, ancien économiste du syndicat des travailleurs de l’automobile et d’Unifor est cité à l’effet que la «promesse d’accès aux marchés américains ne valait pas le papier sur lequel c’était écrit». Finn lui-même conclut :

For the vast majority of Canadians, a reversion to trading with the U.S. and other countries through the GATT/WTO will greatly enhance their economic, social, sovereign, political and environmental prospects for the future.

Disons qu’il est donc surprenant que les médias n’ouvrent même pas la question quant à l’intérêt d’une décision de se retirer de l’ALÉNA ou (dans les circonstances actuelles) de refuser de nouvelles concessions pour le droit d’y rester et d’être retiré malgré soi de l’ALÉNA. Ils sont dominés par le système sans même s’en apercevoir. De la prendrait du journalisme d’enquête, denrée rare de nos jours, plutôt que du reportage.

Et alors Unifor et l’ALÉNA?

On ne trouve même pas sur le site web d’Unifor, successeur du syndicat des travailleurs de l’auto, un suivi ou une analyse de la situation, tellement ils doivent être conscients que leur avenir ne s’y trouve pas (et ils étaient opposés à l’ALÉNA lors de sa négociation de toute façon). On finit par trouver un document d’analyse et un autre sur Unifor et l’auto.

Quelques extraits des documents d’intervention d’Unifor:

L’auto is Canada’s top-ranked export, and the U.S. is our number one customer. In fact, the U.S. is the destination for 90% of the vehicles we produce and two-way auto trade with the U.S. is worth $135 billion per year and is relatively balanced…

The labour movement opposed NAFTA as a lousy deal when it was signed, and our Union has been on record for the last 23 years consistently pushing to x it, or eliminate it…

The idea that endless free trade brings progress to working people has been proven wrong at every step. Like other free trade deals, NAFTA has resulted in downward pressure on wages and working conditions, and lost jobs. NAFTA provides extraordinary protections for private investors, but fails to extend meaningful protections for workers…

Today the industry is completely unbalanced within North America. Just 1.6 million vehicles were sold in Mexico last year, but they built 3.6 million. Mexico represents just 8% of the North American market in terms of sales, but 20% of the nal assembly. It’s even more unbalanced in terms of jobs. Mexico now has nearly 900,000 auto manufacturing jobs, fully 45% of the North American total. Canada has just 125,000 jobs, or 6%.

Cela rappelle le graphique de mon premier article sur l’ALÉNA et venant d’un travail de Jeff Rubin:

Un point de départ pour la réflexion canadienne: le portrait de l’ALÉNA qu’en détient Trump Rubin NAFTA fig 1 - Version 2

Devant l’entente avec le Mexique, Unifor semble de l’avis que cela réduirait le drain d’emplois vers le Mexique à bas niveau de salaire, mais comprend qu’inclure le Canada dans cela serait seulement en échange de concessions dans la gestion de l’offre.

Des concessions sans impacts?

Dans ce dernier cas, on peut penser que l’impact serait similaire (difficile à mesurer l’envergure dans les deux cas) à celui sur le Mexique avec l’envoi du maïs américain subventionné, qui a nui aux paysans; dans le cas du Canada, cela nuirait à l’effort de la gestion de l’offre (en dépit de certains dérapages de ce programme, dont la surenchère sur les quotas) à assurer une stabilité pour les fermes familiales face aux géants américains.

On sait d’avance que l’ensemble des analyses économiques (exception IRIS et …) vont se faire dans le cadre de l’économie néoclassique, et on voit que même les hétérodoxes ne soulèvent pas les questions qui s’imposent sur l’idée d’un ALÉNA2. Ce qui frappe à cet égard est qu’il n’y a aucune indication (ou presque) de la part du gouvernement canadien que le commerce sans l’ALÉNA serait peut-être plus bénéfique pour le Canada, même dans une perspective d’économie néoclassique.

On peut soupçonner qu’il va négocier un ALÉNA2 qui cédera encore d’autres éléments de la gestion de l’offre qui, en dépit de plusieurs problèmes, permet d’insérer notre agriculture un peu dans une perspective d’avenir et de ferme familiale. En fait, certains bénéfices de la disparition de l’ALÉNA ne seront pas discutés par des gens qui ne voient pas l’avenir en fonction d’un effondrement de notre système économique. Suivant les pistes esquissées dans mon livre, le maintien de la gestion de l’offre plutôt que le renforcement de l’agriculture industrielle qui risque d’être le résultat d’un ALÉNA2 s’insère beaucoup plus facilement dans une société et une économie qui seraient sorties du modèle actuel.

L’automobile et les emplois associés à sa manufacture au Canada font partie des préoccupations face à l’ALÉNA, mais Rubin a déjà montré le peu de bénéfices dans le modèle actuel qui sont et seraient à associer à l’ALÉNA(1 et 2) et il semble clair que les travailleurs du secteur voient la situation de la même manière. Devant la possibilité, que je considère une probabilité, que cet élément massivement au centre de notre modèle actuel va connaître un déclin important faisant partie de l’effondrement et de l’incapacité à maintenir nos flots de véhicules mus par l’énergie fossile, y compris avec les énormes investissements requis pour les infrastructures qui permettent les transports (et la congestion), une absence d’efforts pour maintenir l’intégration avec la production en Amérique du Nord semblerait une bonne chose.

Il y aura sûrement des perturbations dans les échanges et les activités actuelles advenant la disparition de l’ALÉNA, Celles-ci pourront être associées à cette disparition, mais les interventions de Trump suggèrent que perturbations il y aura de toute façon, et ce serait presque encourageant de voir le Canada retiré, volontairement ou non, de certains éléments clé de notre modèle actuel. Une telle situation risque de faciliter quelque peu la capacité d’aborder les perturbations beaucoup plus importantes qui s’en viennent. Et je ne parle même pas des projections imagées de Tony Seba…

 

[1] La lecture récente de son livre sur l’expérience de la campagne et la présentation de sa vision d’une société meilleure, Our Revolution (Thomas Dunne Books, Saint Martin’s Press, 2016) m’a rappelé plusieurs de ses contributions. Sanders ne semble pas faire des distinctions entre le rejet du système économique, dont il critique de nombreux éléments, et sa correction, mais l’ensemble de ses positions se situe assez bien dans la perspective d’un effondrement du système.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Interlude: Hulot semble exposer un déni

Quand mon livre est sorti en novembre, aucun média écrit n’a jugé bon d’en faire un compte-rendu, voire en parler. Assez curieusement, dans la foulée de la démission de Nicolas Hulot comme ministre de la Transition écologique en France, plusieurs interventions dans la presse suggèrent qu’il a été lu, mais présumément jugé trop audacieux. Sous-entendu: les catastrophistes ont raison, mais c’est trop dur à gérer. D’autres le juraient tout simplement flyé.

Le dilemme sur la page d’Idées (et ailleurs) …

La page Idées du Devoir du 5 septembre souligne le dilemme. Francine Pelletier, qui exprime régulièrement son indignation, voire son désespoir face à notre incapacité à prendre les décisions qui s’imposent en matière d’environnement (au sens très large), manifeste sa déception face à cette situation, en ciblant la campagne électorale en cours. Elle présente une réflexion sur le mystère derrière le refus de la jeune génération à se montrer informée des défis qui nécessitent leur action.

Sur la même page, François Delorme, économiste à l’Université de Sherbrooke, débute son article «Les illusions perdues» en indiquant sa condescendance face à mon évaluation de la situation il y a deux ans. Ce serait apparemment d’autres interventions, de Jean Lemire et Patrick Lagacé, et surtout de Nicolas Hulot, qui l’amènent aujourd’hui à renoncer à ses illusions. Il cite Hulot à l’effet que c’est l’économie de marché qui est la racine même du problème, et un cancer pour l’environnement. Hulot ne croit plus que le changement nécessaire viendra, et, ajoute Delorme, lui non plus. Il termine en soulignant que «ce sont les jeunes qui portent l’avenir» et il leur cède la place. À suivre Pelleter et les sondages, ce ne sont pourtant pas ces jeunes qui voient clair, qui vont poser les gestes qui s’imposent.

Ces gestes incluent la reconnaissance générale par les économistes, et par les politiciens qui les suivent comme guides, que le système économique dominant est un cancer (Hulot et Delorme) et – impossible à imaginer – qu’il faut, aujourd’hui, constater l’urgente nécessité d’abandonner ce système, aujourd’hui. Cela irait de pair avec l’abandon du consumérisme ciblé par Delorme. En fait, il suggère l’abandon de l’automobile comme principal moyen de transport et l’abandon d’une diète carnivore en mettant de l’avant des mesures d’économiste pour montrer les illusions qu’il a perdues. Ce ne sont pas les jeunes auquels il faut penser pour relever le défi que Hulot insiste est pour maintenant. C’est nous.

En janvier dernier, après la sortie de mon livre, Josée Blanchette a préféré couvrir le livre Utopia XXI d’un Français, Aymeric Caron. Ce livre propose de rêver, « de nous arrêter et de réfléchir autrement en apportant des propositions rafraîchissantes face au marasme ambiant.» Dans sa chronique de vendredi passé, Blanchette semble elle-aussi reconnaître des «illusions perdues» et mentionne mon livre dans le paragraphe suivant celui où elle donne raison à Hulot. Elle me classe parmi les «éco-cyniques» ou les «éco-désespérés» ayant perdu la foi.

Je me considère en effet un «ex-environnementaliste» ayant perdu mon temps pendant 45 ans de combats, mais mon livre cherche à dessiner des éléments du monde que Delorme laisse aux jeunes à dessiner, un monde où nous aurons subi l’effondrement du système économique que nous refusons résolument à abandonner et seront confrontés à une absence de consumérisme et d’automobiles partout, d’une diète carnivore venant d’une agriculture industrielle qui devra être convertie en agriculture paysanne.

Finalement, Lionel Levac, qui avait signalé en juin dernier le livre plein d’optimisme et de déni de la Fondation Suzuki Demain, le Québec, est intervenu samedi dernier, encore une fois dans la foulée de l’intervention de Hulot, pour recommander mon livre à l’émission de Joël Le Bigot.

… qui doit se résoudre

Pelletier semble le dire de façon régulière: cela fait assez de discours sur nos problèmes environnementaux, sur les catastrophes climatiques, sur l’effondrement qui est, je suggère, à nos portes. Nous avons les analyses des scientifiques et d’autres experts sur ces enjeux depuis des années, voire depuis des décennies. Hulot a exposé un déni et une incompréhension portant sur les petits gestes, mais souligne que lui-même n’a pas beaucoup d’idées sur ce qu’il faut faire pour préparer l’avenir sombre qui nous guète. Ce qu’il nous faut, à travers le renoncement et l’abandon des illusions, est de chercher à décrire et à préparer ce qui nous attend – dans la mesure où nous pensons que cela vaut toujours la peine. J’en esquisse quelques lignes dans ce qui constitue les deux tiers du livre.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »