Interlude 2: Luc Ferrandez pose un geste

J’essayais de terminer un article sur la démission de Luc Ferrandez quand j’ai eu un rêve! Ce rêve ne venait pas de réflexions explicites cherchant à développer les grandes lignes d’une intervention suivant la pensée de mon livre, mais venait de toute évidence d’une réflexion inconsciente qui était ma façon de concrétiser ma propre démission sans suites planifiées, mais esquissées dans leurs grandes lignes dans mon livre. Le rêve a transformé l’article en une lettre ouverte à Luc Ferrandez…

Monsieur Ferrandez,

J’ai suivi avec intérêt les différentes entrevues suite à votre récente démission du conseil municipal de Montréal ainsi que du poste de maire du Plateau. Je crois avoir assez bien compris les réflexions aboutissant à votre décision et je comprenais que vous l’avez prise sans avoir précisé les suites, dans l’action et dans la réflexion. Brian Myles, directeur du Devoir, semble avoir assez bien décrit votre positionnement dans son éditorial du 16 mai dernier où il insistait sur l’élément «sans compromis» de votre geste et de votre réflexion, qu’il considérait mal avisés.

C’est pratiquement le même «jugement» porté par Lise Bissonnette et Louis Roy sur votre décision de quitter la vie politique dans leurs commentaires à l’émission Midi-Info à Radio Canada le 15 mai. Sauf erreur, ce type de jugement des médias n’a pas accompagné la démission de Nicolas Hulot l’an dernier de son poste de ministre de la Transition écologique dans le gouvernement français; le commentaire le plus frappant pour moi à ce moment-là était celui de Steven Guilbeault, à l’effet que Hulot ne comprenait pas la culture politique et la nécessité dans cette culture d’accepter les processus, souvent longs et difficiles, pour arriver à (une partie de) ses fins.

Des mesures de guerre nécessaires

En contraste, nous voyons un peu partout la suggestion que la situation actuelle, dont la crise des changements climatiques, nécessite la mise en place de mesures de guerre. Cela suggère entre autres des prises de décision coupées des situations «normales» nécessitant assez souvent du temps et des compromis dans les processus normaux de délibération et de prise de décision démocratique.

À cet égard, vous suggérez à la fin de l’entrevue que vouz seriez prêt à revenir – vers 2030, disiez-vous, si la situation évolue comme vous soupçonnez qu’elle va faire – pour faire profiter de votre expérience en exerçant une approche plutôt autoritaire. Plusieurs commentaires ont soulevé cet aspect de votre réflexion, toutefois avec une analyse négative. Ceux-ci me rappelaient le jugement très sévère de Michel Lacombe sur ma propre idée que seul un gouvernement autoritaire comme celui de la Chine pourrait prendre les décisions que les crises actuelles exigent. Finalement, mon idée était plutôt de souligner que cela n’arrivera pas; cela semble rejoindre votre analyse de la situation, sauf que vous ne semblez pas insérer dans votre réflexion ce qui est fondamental pour moi, soit la forte probabilité d’un effondrement de notre civilisation commençant par celui de l’économie industrielle dont elle dépend.

Comme Hulot, comme moi, il me semble que vous ne voyez pas la possibilité que nos processus politiques habituels puissent répondre adéquatement aux crises qui sévissent. L’insistance persistante à l’effet que ce sont les gouvernements qui manquent de courage et qui ne prennent pas les décisions qui s’imposent s’insère justement dans le refus de reconnaître (i) le besoin de l’équivalent de mesures de guerre et (ii) le caractère extraordinairement hors de l’ordinaire que ces mesures comporteraient. Cela va à l’encontre des attentes de la Planète s’invite à l’université, du Pacte pour la transition de Dominique Champagne, de la Déclaration d’urgence climatique (le sujet de quelques mentions ici et cette semaine à Ottawa suite au dépôt du gouvernement libéral d’une proposition en ce sens), qui d’une voix presque unanime constatent la faiblesse de nos réponses à ce jour et qui demandent au gouvernement (aux gouvernements) d’agir en notre nom.

Le principal problème que je vois avec ces initiatives est qu’elles ne fournissent presque aucune idée des mesures qui seraient nécessaires pour que les gouvernements répondent adéquatement aux demandes. Vous fournissez quelques indications de ce que vous jugez pertinent pour répondre aux défis, résumé peut-être dans la suggestion que nous devrons retourner au niveau de vie de «nos parents», disons, au niveau de vie connu avant les Trente glorieuses, à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, à la fin des années 1940.

Vous avez fait plusieurs suggestions précises (taxer 100% du stationnement sur rue et hors rue, taxer l’entrée au centre-ville, déminéraliser 10% des rues, acquérir et démolir les maisons en territoire inondables – pour rester dans l’actualité… –, faire du lobbying pour taxer les vols aériens et la viande, bloquer la spéculation au centre-ville en réduisant la hauteur des édifices permise, taxer les déchets, réinventer le recyclage et la consigne). Vous insérez ces suggestions dans l’idée d’une transition possible (en ciblant l’automobile) tout en constatant le peu de réalisme de celles-ci, voire leur insuffisance.

L’abandon d’un pouvoir finalement inutile

Comme vous le constatez, comme je l’ai constaté lorsque j’ai démissionné de mon poste de sous-ministre en 1991, vous cédez du pouvoir – dans son sens habituel – avec votre geste, mais justement, il s’agit d’un pouvoir qui ne permet pas d’avancer suffisamment pour répondre aux crises (dans mon cas, aux urgences…). Bref, on sent une certaine paralysie dans votre geste et dans votre évaluation de la situation.

C’est ce que j’ai ressenti en dressant ma propre liste d’interventions à envisager, comme je l’ai fait récemment: prévoir une auto personnelle électrique ou pas d’auto du tout, au moins, se préparer à une réduction de notre consommation d’énergie de 50%, finalement, toute l’énergie fossile que nous utilisons (cela surtout chez les individus pour leurs véhicules); chercher à encourager les fermiers locaux, entre autres via l’achat des boîtes de légumes (et viande?) pendant l’été et l’automne; arrêter de manger les produits alimentaires venant de loin, comme les légumes et les fruits des pays tropicaux; éliminer la viande rouge; convertir le chauffage de la résidence à l’électrique, ou à la géothermie (ou à des thermopompes); enlever du calendrier familial les fêtes associées à des cadeaux donnés ou échangés (Noël, Pâques, anniversaires, Fête des Mères, Fête des Pères, Saint-Valentin, autres), du moins pour ce qu’il y a des cadeaux; annuler les vacances nécessitant un voyage en avion, voire les voyages en avion, tout simplement.

Par contre, vous suggérez que des gestes dramatiques vont s’imposer d’ici dix ans environ, et que vous seriez alors disponible. C’est en effet l’échéancier de l’effondrement tel que je l’esquisse en suivant Halte à la croissance et voilà, comme Hulot, vous nous mettez devant une situation qui impose que nous agissions, tout en sachant que nos gestes seront insuffisants. C’est le «compromis» que l’on soupçonne envisagé par Myles, par Bissonnette et Roy, moins le constat d’échec par ces personnes des efforts habituels.

En effet, le GIÉC et d’autres sources bien crédibles nous fournissent un échéancier et des objectifs qui sont oubliés, voire ignorés, par les critiques de Hulot, de vous, de moi. Les institutions que nous prisons et qui constituent nos outils pour répondre aux défis ne sont plus adéquates face à l’échéancier; comme Guilbeault le soulignait, elles exigent du temps et, comme Myles et Bissonnette le soulignent, elles fonctionnent par la voie de compromis. Toutes nos sources d’informations scientifiques nous indiquent que nous n’avons plus le temps et que les décisions requises ne permettront pas des compromis.

Un retour en politique (fédérale) et des éléments d’une plateforme?

C’est surprenant, dans un tel contexte, que vous ne sembliez pas exclure un saut possible en politique fédérale. Et voilà, je viens d’avoir un rêve qui reflète vraisemblablement mon propre sentiment de paralysie qui accompagne tous ces constats. Cette lettre termine donc avec quelques suites du rêve qui me paraissent utiles à rendre explicites, en vous encourageant à agir d’une façon que vous n’envisagiez pas consciemment, explicitement.

Je constate dans mon livre (chapitre 2) l’échec du mouvement environnemental, mais je constate depuis sa publication, en fait, depuis les années que je publie des articles sur mon blogue, que les principaux acteurs de ce mouvement manifestent justement une paralysie face à la nécessité de changements dans l’approche. Par contre, des acteurs québécois (et autres) du Parti vert du Canada (PVC) semblent proches d’une reconnaissance de ce que vous ressentez, de ce que je ressens, la nécessité de changement et de nouvelles orientations – pourquoi pas en ciblant la prochaine campagne fédérale avec un programme à la hauteur des défis, en planifiant entre autres et par exemple le retrait du Canada de l’exploitation des sables bitumineux. Cela pourrait bien entraîner une récession – cela en restant avec ce terme dans le cadre du modèle économique actuel, avec son PIB comme guide – , et perdrait l’Alberta et la Saskatchewan, mais ces provinces sont perdues de toute façon sur le plan électoral.

Je constate encore dans mon livre (chapitre 3) l’échec du mouvement social et je n’y vois pas d’acteurs qui le reconnaissent – sauf que c’est un domaine où vous avez une expertise, où vous êtes un acteur important. Votre décision de démissionner ne vous a pas coupé de l’énorme réseau d’autres acteurs qui ressentent, comme vous, qu’il faut changer de façon d’agir et de faire et ce serait le temps pour vous, je me permets de croire, non pas d’attendre un appel d’un parti fédéral (et je ne puis croire que le Parti libéral du Canada serait sur votre liste de possibilités, peut-être plutôt le PVC) mais de vous mettre urgemment à la tâche de réunir des acteurs du mouvement social autour de l’initiative de constituer d’autres éléments d’un programme électoral, sur le plan social par exemple, rendant explicites les implications de votre idée que nous devrons retourner à un niveau de vie comparable à celui d’il y a plusieurs décennies. Cela comporterait, j’ose croire, l’acceptation d’une récession permanente – cela toujours en restant dans le cadre qui mesure le progrès par le PIB – à l’échelle du pays, élément du programme qui perdrait beaucoup d’électeurs, mais qui testerait justement la possibilité qu’il y ait une masse critique de gens qui savent qu’il faut agir et qu’eux-mêmes, qu’elles-mêmes, doivent accepter des changements radicaux dans leurs vies.

Et voilà, dans le chapitre 4 de mon livre, je cible l’échec d’un ensemble d’autres acteurs moins «organisés» de la société civile. Un peu comme vous, je crois, je suis convaincu qu’il y a beaucoup de scientifiques qui savent qu’il faut changer radicalement d’approche devant l’absence de mouvement dans le sens de ce que leurs connaissances exigent et cesser de soutenir les démarches traditionnelles. Et il y a toute cette jeune génération qui se manifeste, entre autres via la Planète s’invite à l’université et les grèves des vendredis après-midi, dont la situation et l’avenir exigent ces changements – ils sont la «génération future» que les plus vieux comme nous avons ciblé pendant des décennies en soulignant l’importance d’éviter qu’ils écopent de nos mauvaises décisions en matière de façon de vivre, de consommation. Il y a un nombre important de journalistes qui savent que leurs reportages, que leurs chroniques, représentent des répétitions presque ad nauseam des échecs de la société face aux crises.

Un nouveau monde

C’est à partir du chapitre 5 de mon livre que j’essaie d’esquisser, non pas les petits gestes individuels que nous reconnaissons comme insuffisants, mais plutôt de grands changements dans la société, qui peuvent se regrouper autour de l’idée d’abandonner l’exploitation et l’utilisation des énergies fossiles, autour de l’idée de transformations radicales dans nos institutions et dans nos activités dans le domaine privé. Ces changements esquissés – et à améliorer – pourraient constituer des éléments plus généraux d’une plateforme politique.

À cet égard, on pourrait espérer que le PVC, qui n’a aucune illusion quant à sa capacité de prendre le pouvoir, voire d’avoir un pouvoir au Parlement, pourrait abandonner ses propres idées de compromis, dont le fondement de leur programme à l’effet qu’il nous faut viser une transition et une nouvelle économie verte. Je soupçonne que le PVC, peut-être même Elizabeth May, pourrait reconnaître l’intérêt de réorientations cherchant à fournir des pistes de sortie de l’inertie et de la paralysie pour une masse possible (espérée) de gens, d’électeurs, qui vous rejoignent. Ils seraient peut-être prêts à soutenir une initiative «politique» – pourquoi pas sous les auspices du PVC? – qui les sortirait de cette paralysie et de ce déni (pour ne pas l’oublier) et à entreprendre les démarches envisagées par plusieurs, dont mon livre Trop tard dont le titre est accompagné d’un sous-titre La fin d’un monde et le début d’un nouveau.

Il me ferait grand plaisir de joindre mes modestes efforts aux vôtres dans un souci de voir surgir de la déprime une nouvelle initiative offrant de l’espoir, un espoir fondé non pas sur le déni et l’ignorance mais sur la reconnaissance de ce que nous savons. Mieux cela que d’attendre 2030…

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »