Y a-t-il une population optimale pour le Québec?

Une façon intuitive et proche de l’automatique d’aborder cet article est de garder à l’esprit que je suis, d’une part, immigré, et d’autre part, anglophone d’origine. Je n’apprécie donc pas les préoccupations de la population québécoise francophone, et cela déteint sur mon analyse, faudrait-il le croire. De mon coté, en dépit de mon choix du Québec, par intérêt, il y a plus de 50 ans, comme cette entité francophone noyée dans le flot d’anglophones (et de plus en plus d’allophones) en Amérique du Nord, c’est clair que les enjeux qui menacent l’humanité toute entière trouvent dans la croissance démographique probablement le facteur objectivement le plus problématique, facteur qui complexifie et augmente l’importance de tous les autres enjeux. C’était le sujet du troisième article de mon blogue, en janvier 2013l’article portait sur le rapport de recensement de l’année précédente et il est fascinant de voir jusqu’à quel point les mêmes commentaires qu’aujourd’hui se faisaient. Il couvre toujours pour l’essentiel les éléments importants manquant dans le discours public, et je vous invite à y jeter un coup d’oeil.[1]

«Au moins la population du Québec a augmenté, et cela est bien.» C’est ainsi, approximativement, que Michel C. Auger commentait en ondes le 8 février le recensement de Statistique Canada quand j’ai commencé à l’écouter. Auger faisait référence à un élément du recensement montrant que le Québec, même s’il dépasse maintenant les 8 000 000 d’habitants (c’était un peu plus de 2 000 000 quand je suis né) perd du poids politique en termes démographiques face au reste du Canada. Finalement, le commentaire, déconcertant pour moi, n’était quand même pas surprenant, puisque tout le monde, incluant l’ensemble des journalistes, semble souscrire à l’idée que croître est bon en soi, même au niveau démographique, sans se poser des questions là-dessus.

Projections pour des changements de population et de température dans le Sahel

Projections pour des changements de population et de température dans le Sahel

La croissance démographique, facteur clé dans la déstabilisation mondiale

C’était plus surprenant de voir, au lendemain, un article de première page du Devoir par Alexandre Shields sur la même question. Le journaliste sur les questions environnementales y couvre le sujet comme presque n’importe quel journaliste, soulignant la perte de poids politico-démographique du Québec face au reste du Canada, qui a cru plus que le Québec. Nulle part dans son article Shields ne mentionne les enjeux touchant la démographie qui sont cruciaux pour presque tous les sujets qu’il aborde quand il agit à titre de journaliste en environnement.

Je n’ai jamais vu ni entendu mention, dans un livre, dans un article de journal, dans une entrevue, un effort d’aborder la question d’une «population optimale» pour le Canada, pour le Québec. On parle incessamment d’immigration, de taux de natalité, de migrations inter-provinciales, voire du déclin démographique, sans que jamais ne soit posée la question de limites. Dans son article, Shields cherche pour commentaires la porte-parole de Statistique Canada et Pierre Fortin, économiste québécois réputé et qui est intervenu régulièrement sur les questions de démographie; cela aurait peut-être pris quelqu’un comme moi, venant de l’extérieur, pour aller plus loin. En fait, la croissance démographique fait partie d’un ensemble de mesures qui sont critiques pour la croissance économique, et le «déclin» démographique de presque tous les pays riches de la planète (davantage en excluant l’immigration de la décompte) fait partie intégrante de la croissance économique de plus en plus faible qui les marque. Fortin en est très conscient et, je crois, en est préoccupé. Moi aussi, mais autrement.

La réflexion sur le «déclin» démographique est presque facile pour une juridiction riche comme le Québec, jusqu’à ce que l’on sorte de sa bulle[2]. Il y a une immense couverture médiatique des crises environnementales, sociales, voire économiques qui sévissent. Il y a couverture du défi de nourrir les 9 ou 10 milliards que nous serons en 2050, de trouver l’énergie nécessaire pour les populations actuelles et encore plus pour celles de l’avenir, de gérer les défis des mégalopoles avec des populations de 20 ou 30 millions d’habitants, voire les défis des «petites» villes des pays riches, où l’étalement urbain et la congestion dans les transports sont constamment mis en question, d’éliminer la pauvreté qui domine dans l’Inde, qui va ajouter des centaines de millions de personnes à sa population, d’éliminer la pauvreté qui domine dans l’Afrique sub-saharienne, dont la population va probablement doubler d’ici 2050, de réduire le dépassement de l’empreinte écologique par les pays riches où chaque individu a un impact qui dépasse celui des pauvres par des facteurs de trois, six, dix.

Une stabilisation, et ensuite une baisse, de la population – partout – est plus que souhaitable

La croissance est tellement prise presque automatiquement comme leit-motif que le regard est porté sur la façon de gérer ces crises, jamais sur la question de limites à identifier, limites qui s’imposent. Il faut sortir de la couverture médiatique et des discours politiques animés par les économistes à la recherche de la croissance économique pour trouver d’autres perspectives. Rendu dans le monde scientifique – que cela soit celui des sciences de la nature ou de celui de celles sociales qui portent un regard sur les enjeux touchant directement nos sociétés – on subit le choc des contrastes. Ce choc est en fait celui rencontré en abordant n’importe laquelle des crises, où la couverture se montre incapable d’associer les enjeux de fond à l’actualité des différents pays eux-mêmes. Shields doit bien par ses lectures se trouver dans un tel état de choc de temps en temps, mais dans l’article du 9 février, c’est comme s’il changeait de chapeau pour jouer le rôle d’un journaliste en actualités sociales qui ne voit pas le rôle qu’y joue la démographie.

Je me suis attardé à ces enjeux dans deux articles du blogue l’été passé. Un premier portait sur les enjeux pour l’économie écologique face à un ensemble de défis; j’y aborde brièvement le drame que représentent les projections pour le Sahel dans les prochaines décennies (voir le graphique plus haut, obtenu lors d’une participation à un dernier atelier de la conférence de l’Association des économistes écologiques, portant sur la démographie): les Nations Unies y prévoient une augmentation de la population pour atteindre plus de 300 millions de personnes, et le GIÉC prévoit pour cette période que le Sahel ne sera plus habitable… Un deuxième article abordait le thème du «vieillissement des populations», dont des couvertures de presse sur différentes questions démographiques et le défi (le drame, pour le journaliste cité) que représente, entre autres, la stabilisation de la population de la Chine et d’autres pays.

La réflexion se poursuit presque n’importe où que l’on regarde, en sortant de sa bulle pour voir chez les scientifiques les énormes défis que représente une population de 7 milliards de personnes, et en croissance.

 

[1] En relisant l’article, je note que les documents de base du processus prébudgétaire de 2010, dont les fascicules du Comité consultatif pour le processus budgétaire de 2010, ne se trouvent plus en ligne; Pierre Fortin, mentionné plus bas dans mon texte ici, suivant l’article de Shields, était un des quatre membres du Comité. La question démographique était loin d’être la seule d’intérêt de ces travaux.

[2] C’est la même bulle que je mentionnais en parlant de l’expérience du lecteur à lire le récent rapport de l’IRÉC, dans mon avant-dernier article.

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather

3 Commentaires

  1. C’est l’éléphant dans la pièce. Merci pour cet article.

    Si le contrôle de la population ne se fait pas éventuellement de façon orchestrée, il sera subit (pollution, guerre, maladies…). Les Chinois l’ont essayé et ça n’a pas marché. De toute façon, la population en général n’est pas rendu à ce constat (que plus il y a de monde, plus on va exacerber les problèmes actuels) donc le politique non plus. Dans un des scénario du Club de Rome, on voit la population mondiale commencer à décroitre après 2030.

    Tout comme les changements climatiques, la surpopulation est un autre déclencheur potentiel de l’inévitable effondrement à venir.

    • Le scénario «business as usual« du Club de Rome présente ce déclin, assez rapidement après l’effondrement du système de production industrielle. Presque tous les autres ont un portrait semblable, mais le premier est celui qui se confirme avec les données.

      La Chine a évité entre 320 et 400 millions de naissances additionnelles avec la loi d’un seul enfant, et cela représente un certain succès – difficile à imaginer ce pays, sans les ressources pour se nourrir seul, avec une population proche de 2 milliards (mais l’Inde s’y dirige…).

  2. Paul Racicot

    Si «croître, c’est mieux » (la croissance démographique étant, en théorie, un facteur de croissance économique non négligeable), on peut effectivement se demander quel en sera l’impact à moyen et long terme sur l’empreinte écologique québécoise et, en rétroaction, sur la société et son économie. De ce point de vue, oui, il faut donc poser la question : «Quelle est la population optimale du Québec?»

    Or, n’aurions-nous pas déjà dépassé «la capacité de charge écologique» de notre société depuis déjà bien longtemps? Et qu’en sera-t-il de notre économie (et de notre société) lorsque les hydrocarbures fossiles nous feront défaut ? À nous et aux autres habitants de notre « technosphère » ? ( Oui, je fais court, sachant bien que la technosphère de la Somalie n’est pas celle des USA. 😉 )

    Comment la société québécoise assurera-elle sa subsistance (agricole) lorsque les hydrocarbures viendront à manquer? Retournerons-nous à une agriculture de la fin du 19e siècle, ne pouvant subvenir qu’aux besoins alimentaires de la population d’alors (soit entre 1,1 millions en 1861 et 1,6 millions d’habitants en 1901)?

    En cas d’effondrement (ou de déclin plus ou moins rapide), pourrons-nous seulement assurer l’entretien et la fiabilité de nos infrastructures énergétiques, de transport et autres (aqueducs, égouts, ordures, recyclage)? Sans compter le transfert des connaissances aux futures générations et autres services…

    Bonne fin de journée et A+

Trackbacks/Pingbacks

  1. Y a-t-il une population optimale pour le Québec? – Enjeux énergies et environnement - […] Publié par Harvey Mead le 10 Fév 2017 dans Blogue | Aucun commentaire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »