La Planète s’invite à l’Université – réveillée

Le titre de l’article est déjà presque inquiétant, sauf que c’est tellement dépassé qu’il ne mérite pas que l’on s’y attarde. Finalement, Pour une économie verte est le titre du cahier de consultation de la Commission politique de la CAQ en vue de ses délibérations en mai sur les enjeux environnementaux et non pas celui des signataires de l’article..

Les signataires sont des étudiantes du collectif La Planète s’invite è l’Université Laval, avec l’appui de La Planète s’invite à l’Université. Et le texte est rafraichissant. Les récentes interventions de ce nouveau mouvement sont déjà spéciales, dans le sens qu’elles nous sortent des préoccupations pour des «générations futures» qui remontent à la Commission Brundtland. Les manifestants sont la génération future, et il est saisissant de les voir insister que nous sommes rendus aux impacts que tout le discours cherchait à éviter depuis des décennies, dans leurs personnes.

Le texte débute avec insistance: les objectifs de l’Accord de Paris sont tellement faibles que le GIÉC demande (je ne suis pas au courant de cette recommandation) de tripler les engagements des pays signataires en matière de réduction des émissions de GES d’ici 2030. C’est quand la dernière fois que vous avez entendu une critique de l’Accord?

Il passe ensuite aux critiques des objectifs du précédent gouvernement libéral, pour souligner que la CAQ cherche à conserver leurs objectifs «désuets» et insuffisants. En troisième lieu, «une partie importante» du document de la CAQ porte sur les déchets, et les signataires insistent que la CAQ néglige ainsi «des enjeux beaucoup plus fondamentaux», nommant entre autres le gazoduc dans le nord du Québec et le troisième lien. Le texte passe ensuite à la critique des projets de transport, soulignant l’orientation de la CAQ pour une augmentation du parc automobile et insistant que l’électrification des véhicules proposée ne fait que maintenir le statu quo. Il conclut: il faut que la CAQ «cesse de considérer que la protection de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques se font au détriment de l’économie», complétant le rejet du titre qui, lui aussi, est désuet.

«Le Canada, un pays en déficit de transition», un autre article de la même édition du Devoir, cite Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, à l’effet que la gestion des défis du secteur par le gouvernement Trudeau est irresponsable. Reprenant une approche qui rend celle des étudiants si rafraichissante, le directeur de la Fondation Suzuki est cité à l’effet que, à cet égard, il préfère voir le verre moitié plein, soulignant les acquis du gouvernement Trudeau en comparaison avec le gouvernement Harper… Les étudiantes insistent dans leur texte qu’il faut se mesurer aux vrais modèles, et non à ceux qui font «piètre figure»…

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather

1 commentaire.

  1. Raymond Lutz

    Je ne retrouve pas non plus cette « demande de tripler les engagements » de réduction des pays signataires de Paris… Je présume que les signataires de « La Planète s’invite » font référence au « Special Report on Global Warming of 1.5°C » du GIEC (octobre 2018), critiqué ici par l’excellent Kevin Anderson qui ne rate pas une occasion de dénoncer le silence concernant le pachiderme dans la pièce (le comsumérisme?).

    https://www.resilience.org/stories/2018-10-09/response-to-the-ipcc-1-5c-special-report/

Trackbacks/Pingbacks

  1. La Planète s’invite à l’Université – réveillée – Enjeux énergies et environnement - […] Publié par Harvey Mead le 20 Avr 2019 dans Blogue | Aucun commentaire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »