Le discours quotidien ambigu et perturbateur

C’est probablement peu connu que j’ai gagné ma vie comme professeur de cégep, et j’étais pleinement engagé pendant les 25 ans que j’y étais, fasciné par le défi et l’énorme satisfaction que procure l’enseignement. Plus précisément, ma profession était l’interprétation de textes et une aide fournie à mes étudiants pour qu’ils deviennent de bons interprètes. Un récent texte d’Yves-Thomas Dorval, pdg du Conseil du patronat du Québec (CPQ), dans Le Devoir du 21 juin m’a frappé par l’occasion qu’il présente pour une analyse – pas très difficile – d’un texte typique d’un trop grand nombre qui polluent notre quotidien et qui vont être encore plus nombreux dans les mois qui viennent. 

Nos enfants se trouvaient assez rapidement ailleurs après – voire pendant – leurs études et j’ai pu poursuivre pleinement, pendant mes années d’enseignement, mon autre engagement qui remontait aux années 1960, celui qui cherchait à éviter la réalisation des projections d’un avenir sombre pour notre civilisation si elle n’apprenait pas à tenir compte des exigences qu’impose l’environnement. Là aussi, je crois qu’une partie importante de mon effort était la correction de tir de nos dirigeants, voire de notre société.

Quelques réflexions donc sur le texte de Dorval.

«À quelques mois des élections fédérales, les principaux partis se sont exprimés en faveur de l’Accord de Paris afin que le Canada atteigne, d’ici 2030, son objectif de réduire ses émissions de gaz à effets de serre (GES) de 30 % par rapport à 2005.»

Il n’y a aucune indication du fait qu’aucun des partis ne fournit un plan d’action chiffré qui fournit les moyens d’atteindre cet objectif. Par ailleurs, et plus important, la signature de l’Accord de Paris a été possible parce que les engagements des différents pays à cet égard ne représentaient pas ce que le GIÉC a calculé comme nécessaire pour éviter une catastrophe climatique. Les différents partis fédéraux (et le CPQ) peuvent se permettre d’y adhérer pour la même raison, soit que l’Accord vise beaucoup trop bas.

Pour le Canada, l’objectif est celui du gouvernement Harper, décrié dans le temps (i) parce qu’il n’utilisait pas l’année de référence 1990 mais celle de 2005, qui (ii) comportait des augmentations importantes des émissions par rapport à 1990 et donc réduisait le défi des diminutions.

«La question qui tue: comment accompagner les entreprises, les employeurs et leurs salariés pour les aider à innover dans une démarche qui tient compte de la réalité de M. et Mme Tout-le-Monde ainsi que de leurs contraintes?»

Dorval passe donc à une question qui touche ses préoccupations, mais qui n’est pas celle qui tue, celle de viser des objectifs beaucoup trop bas, ce qui va tuer beaucoup plus… Dorval introduit des éléments économiques en nommant ses cibles, et prépare un détournement en mettant l’accent sur l’innovation, un des fondements de l’économie basée sur la croissance. Il prépare d’autres détournements en mettant sur la scène la «réalité» et les contraintes des individus, c’est-à-dire le dépassement dans leur réalité du niveau de consommation qui tiendrait compte de la capacité de support de la planète, soit de l’empreinte écologique.

«Entre la poussée des générations montantes et la prise de conscience des moins jeunes, il est indéniable que la question climatique et la transformation de notre économie seront sur toutes les lèvres pour les années à venir, chez nous, comme dans le reste du monde d’ailleurs. Lorsque les jeunes descendent dans la rue, c’est pour nous inciter à les écouter et à les aider à mettre en place les conditions pour créer une société prospère, dans un contexte de grands bouleversements, tout en permettant à nos entrepreneurs de tirer leur épingle du jeu. Ce faisant, au-delà des clivages idéologiques, des antagonismes et de la joute politique, nous avons tous le devoir d’entretenir l’espoir d’un lendemain meilleur pour nos jeunes et les générations futures.»

Léa Ilardo, une des co-porte-paroles du collectif La planète s’invite à l’université, faisait savoir dans un texte dans Le Devoir du 3 juillet que la routinière référence aux années à venir est maintenant dépassée, ces années de crises étant déjà arrivées – il n’y a plus de confortable planification patiente possible. Comme je dis assez souvent, les «générations futures» sont maintenant celle des jeunes d’aujourd’hui, et on doit cesser de recourir à cette référence apaisante et confortante.

Par ailleurs, Dorval peut bien le penser, mais les jeunes et les moins jeunes qui protestent dans les rues et dans les conseils municipaux ne cherchent pas la mise en place des «conditions pour une société prospère» mais des changements de fond dans notre société, déjà trop prospère.

Ils ne présument pas que les bouleversements vont permettre à nos entrepreneurs de tirer leur épingle du jeu, c’est-à-dire poursuivre en maintenant notre système économique alors que ce système est la principale cause des problèmes et doit être justement transformé. Cela ne signifie pas non plus, pour les protestataires (qui se joignent aux gens qui interviennent depuis des décennies avec le même objectif), la recherche d’un «lendemain meilleur», c’est-à-dire pour Dorval une société encore plus prospère, plus destructrice, suivant le modèle d’aujourd’hui.

«Certes, les différentes voix qui s’élèvent aux quatre coins du pays ne s’entendent pas nécessairement sur les gestes à accomplir. Il demeure néanmoins un point positif: le Canada cherche des solutions pour préparer l’économie de demain et préserver la capacité de la société à prospérer.»

Toujours, la recherche d’une prospérité toujours améliorée comme si celle que nous connaissons, dans laquelle les jeunes ont grandi, ne comporte pas déjà de l’exagération. Il faudrait bien que Dorval nous indique ce qui lui fait croire que le Canada cherche des solutions aux véritables défis, avec (i) un premier ministre qui cherche à pérenniser l’exploitation des sables bitumineux, (ii) un candidat du parti conservateur qui reste dans le flou même après son intervention en matière de climat, (iii) un Nouveau parti démocratique qui évite dans son plan d’action toute référence aux sables bitumineux, sujet clé dans les débats au sein du parti en 2015 et (iv) un Parti vert du Canada qui propose (voir l’action 13) de remplacer nos importations de pétrole (en bonne partie du pétrole des États-Unis résultant du fracking) par du pétrole des sables bitumineux, mettant sciemment de côté le fait que tout ce pétrole non conventionnel marque la fin de rendements énergétiques adéquats pour nous soutenir dans nos excès.

C’est malheureux, mais nous savons déjà que nous ne verrons pas une recherche de solutions à la crise énergétique et aux changements climatiques pendant la présente campagne.

«À cet égard, il faut se féliciter de la mobilisation qui prend forme au Québec, et qui implique l’ensemble des parties prenantes. En plusieurs occasions depuis l’élection du gouvernement provincial, et au sortir de la COP24, nous avons insisté sur l’importance de mettre en œuvre rapidement une démarche coordonnée, mobilisant l’ensemble des ministères, afin d’élaborer un plan climat concret et efficace. En ce sens, les engagements du gouvernement provincial sont pleins de bonnes intentions, et la démarche annoncée cette semaine, qui doit mener à un Plan d’électrification et de lutte contre les changements climatiques en 2020, mérite d’être appréciée.»

Dorval passe au provincial avec le même flou qu’avec le fédéral. On peut bien essayer d’apprécier les bonnes intentions, mais nous sommes toujours loin des interventions souhaitées, avec un gouvernement au Québec élu par la population mais qui n’avait même pas mis l’environnement – lire les changements climatiques – à son ordre du jour et qui trouvera que les interventions requises vont à l’encontre des orientations profondes de la plupart de ses députés.

«Nous appuyons totalement les stratégies gouvernementales qui visent à décarboniser graduellement notre économie, et ce, tant au Québec, qu’au Canada et même dans les États voisins. Nous avons la chance de pouvoir produire une électricité propre et avons tout à gagner à en faire profiter nos voisins également. Il faudra aussi compter sur le potentiel d’autres filières, notamment au bénéfice des régions. Pensons, notamment, à la filière des biocarburants, de la biomasse, du gaz naturel renouvelable (GNR), de l’hydrogène, ou, encore, de l’économie circulaire, surtout pour nos matières résiduelles et secondaires.»

Tout en souhaitant la mise en œuvre rapide d’une mobilisation gouvernementale comportant tous les joueurs, l ‘appui de Dorval ici est mis sur le caractère graduel des interventions attendues, et il est même difficile de voir de quelles stratégies il est question tellement les gestes gouvernementaux ne vont nulle part depuis un bon bout de temps. Le rêve que les énergies renouvelables puissent remplacer dans le monde les énergies fossiles s’avère justement une illusion, ces énergies n’ayant servi jusqu’ici qu’à alimenter la croissance de la consommation. Quant à l’idée qui circule depuis des décennies de voir notre hydroélectricité (temporairement en surplus) remplacer l’énergie fossile de nos voisins, cela s’est avéré depuis longtemps justement un rêve (à suivre avec attention: l’intention de la ville de New York de procéder à un véritable plan de réduction importante de ses émissions en ayant recours à des importations du Québec).

Et voilà, pour sortir du dossier de l’énergie, Dorval nous sert la nouvelle illusion, l’économie circulaire, absolument essentielle et d’un véritable intérêt, mais qui prendra beaucoup de temps à mettre en place et n’offrant donc aucune solution pour notre situation de crise. Dorval voit cette économie circulaire comme intéressante pour les déchets, mettant l’accent sur son rôle comme approche à la gestion de ceux-ci, sans réaliser les contraintes qu’elle comporte pour l’ensemble de l’activité économique, son véritable intérêt.

«Le secteur des transports aura besoin de mesures pour réduire ses GES, la congestion et le nombre de déplacements. Pour le transport collectif, l’électrification est une très bonne initiative, mais elle doit se faire de pair avec une augmentation massive de l’offre globale, qui souffre de besoins criants. En ce qui concerne le transport des marchandises, la croissance des échanges internationaux et du commerce en ligne nécessite plusieurs initiatives qui ne peuvent pas être des copier-coller des mesures destinées au transport des personnes. Il faudra également revoir nos pratiques d’aménagement et d’urbanisme, avec des aléas climatiques plus marqués.»

Cela fait tout un agenda, avec une proposition pour une augmentation massive de l’offre pour le transport en commun qui reste néanmoins dans le flou et qui ne se commet pas sur l’avenir de l’automobile privée. À cet égard, il est presque encourageant que Dorval ne mentionne pas une «transition» en cours ou à venir. Ce qui sera requis pour le transport des marchandises et le commerce en ligne est également laissé dans le flou, sauf pour insister sur la croissance de ces activités comme présumée. Nulle part on ne trouve des chiffres, et je soupçonne que nous n’en trouverions pas au sein du CPQ.

«Dans vingt ou trente ans, la société ne sera plus du tout la même, les attentes des citoyens et les habitudes de vie non plus. C’est pourquoi le Québec, par exemple, s’active actuellement à réviser ses leviers pour s’adapter et se transformer, afin de reproduire le succès mondial de sa filière hydroélectrique dans d’autres secteurs. Cette vision du changement ne se bâtit pas toute seule, elle suppose l’adhésion de la société civile. Le Canada et chacune de ses provinces doivent faire de même, tous partis politiques confondus.»

Partant des impacts à venir des changements climatiques, Dorval fait référence à un changement en profondeur de la société, sans jamais chercher à indiquer ce qui pourrait être en cause, alors que de toute évidence ce changement ne portera pas, pour lui, sur les fondements de l’économie. Fidèle à notre tradition vieille maintenant de presque 100 ans, il propose l’idée de nouvelles initiatives économiques pouvant rivaliser avec le développement hydroélectrique que nous avons connu depuis 50 ans. C’est une vision qui nécessite l’adhésion de la société civile, dit-il, mais celle que je connais ne réagira pas devant une telle vision. Différents acteurs cherchent à rendre la nouvelle vision plus claire.

Et maintenant, la campagne électorale fédérale

La campagne électorale fédérale est déjà en cours, et on peut s’attendre à des discours omniprésents plus flous même que celui de Dorval. Seule exception, peut-être: l’insistance du gouvernement Trudeau sur la contradiction entre la réduction des émissions de GES (la «protection de l’environnement») et le développement des sables bitumineux. Il ne s’y trouve pas d’ambiguïté, ni dans le discours, ni dans la contradiction. S’étant opposé à l’agrandissement du pipeline TransMountain, Steven Guilbeault va apparemment contourner la contradiction en maintenant cette opposition – il s’est annoncé candidat après la décision du fédéral de procéder -, même s’il est élu et se trouve au sein d’un nouveau gouvernement libéral.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

La décroissance conviviale

Le Festival était organisé par le Collectif décroissance conviviale de Montréal, et regroupait de nombreuses participantes bien réseautées dans ce mouvement marginal où je me trouvais bien à l’aise. La réalisation que je n’étais pas bien réseauté avec ce mouvement, en dépit de nombreux contacts par mon blogue, m’a amené à la décision de créer une page Facebook (à venir)…

C’était dans la plus grande informalité que le Festival de la décroissance conviviale a eu lieu à Montréal le 1er  juin. Il tenait lieu sur un chantier du campus MIL de l’Université de Montréal, sujet d’une certaine préoccupation des résidents du secteur en raison de ses impacts potentiels sur la vie du quartier, et cela a permis plusieurs  interventions pendant la journée.

Festival1

Ma présentation utilisait une approche informelle – pas de projecteur fonctionnel disponible – en circulant des feuilles imprimées d’une série de graphiques qui me paraissaient résumer mieux qu’un long discours la situation qui nous mène à l’effondrement. Festival2En cela, j’étais identifié comme un collapsologue (terme plus courant en France), centrant mon discours sur ce que je juge l’inévitabilité de l’effondrement, en suivant l’argumentaire de mon livre.

Cela était plutôt en complément à plusieurs autres discours, où je sentais une volonté de s’y préparer en pensant cette nouvelle société qui va s’imposer mais pour laquelle nous serons bien mieux placés si nous travaillons activement à en mettre en place quelques éléments.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Interlude 2: Luc Ferrandez pose un geste

J’essayais de terminer un article sur la démission de Luc Ferrandez quand j’ai eu un rêve! Ce rêve ne venait pas de réflexions explicites cherchant à développer les grandes lignes d’une intervention suivant la pensée de mon livre, mais venait de toute évidence d’une réflexion inconsciente qui était ma façon de concrétiser ma propre démission sans suites planifiées, mais esquissées dans leurs grandes lignes dans mon livre. Le rêve a transformé l’article en une lettre ouverte à Luc Ferrandez…

Monsieur Ferrandez,

J’ai suivi avec intérêt les différentes entrevues suite à votre récente démission du conseil municipal de Montréal ainsi que du poste de maire du Plateau. Je crois avoir assez bien compris les réflexions aboutissant à votre décision et je comprenais que vous l’avez prise sans avoir précisé les suites, dans l’action et dans la réflexion. Brian Myles, directeur du Devoir, semble avoir assez bien décrit votre positionnement dans son éditorial du 16 mai dernier où il insistait sur l’élément «sans compromis» de votre geste et de votre réflexion, qu’il considérait mal avisés.

C’est pratiquement le même «jugement» porté par Lise Bissonnette et Louis Roy sur votre décision de quitter la vie politique dans leurs commentaires à l’émission Midi-Info à Radio Canada le 15 mai. Sauf erreur, ce type de jugement des médias n’a pas accompagné la démission de Nicolas Hulot l’an dernier de son poste de ministre de la Transition écologique dans le gouvernement français; le commentaire le plus frappant pour moi à ce moment-là était celui de Steven Guilbeault, à l’effet que Hulot ne comprenait pas la culture politique et la nécessité dans cette culture d’accepter les processus, souvent longs et difficiles, pour arriver à (une partie de) ses fins.

Des mesures de guerre nécessaires

En contraste, nous voyons un peu partout la suggestion que la situation actuelle, dont la crise des changements climatiques, nécessite la mise en place de mesures de guerre. Cela suggère entre autres des prises de décision coupées des situations «normales» nécessitant assez souvent du temps et des compromis dans les processus normaux de délibération et de prise de décision démocratique.

À cet égard, vous suggérez à la fin de l’entrevue que vouz seriez prêt à revenir – vers 2030, disiez-vous, si la situation évolue comme vous soupçonnez qu’elle va faire – pour faire profiter de votre expérience en exerçant une approche plutôt autoritaire. Plusieurs commentaires ont soulevé cet aspect de votre réflexion, toutefois avec une analyse négative. Ceux-ci me rappelaient le jugement très sévère de Michel Lacombe sur ma propre idée que seul un gouvernement autoritaire comme celui de la Chine pourrait prendre les décisions que les crises actuelles exigent. Finalement, mon idée était plutôt de souligner que cela n’arrivera pas; cela semble rejoindre votre analyse de la situation, sauf que vous ne semblez pas insérer dans votre réflexion ce qui est fondamental pour moi, soit la forte probabilité d’un effondrement de notre civilisation commençant par celui de l’économie industrielle dont elle dépend.

Comme Hulot, comme moi, il me semble que vous ne voyez pas la possibilité que nos processus politiques habituels puissent répondre adéquatement aux crises qui sévissent. L’insistance persistante à l’effet que ce sont les gouvernements qui manquent de courage et qui ne prennent pas les décisions qui s’imposent s’insère justement dans le refus de reconnaître (i) le besoin de l’équivalent de mesures de guerre et (ii) le caractère extraordinairement hors de l’ordinaire que ces mesures comporteraient. Cela va à l’encontre des attentes de la Planète s’invite à l’université, du Pacte pour la transition de Dominique Champagne, de la Déclaration d’urgence climatique (le sujet de quelques mentions ici et cette semaine à Ottawa suite au dépôt du gouvernement libéral d’une proposition en ce sens), qui d’une voix presque unanime constatent la faiblesse de nos réponses à ce jour et qui demandent au gouvernement (aux gouvernements) d’agir en notre nom.

Le principal problème que je vois avec ces initiatives est qu’elles ne fournissent presque aucune idée des mesures qui seraient nécessaires pour que les gouvernements répondent adéquatement aux demandes. Vous fournissez quelques indications de ce que vous jugez pertinent pour répondre aux défis, résumé peut-être dans la suggestion que nous devrons retourner au niveau de vie de «nos parents», disons, au niveau de vie connu avant les Trente glorieuses, à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, à la fin des années 1940.

Vous avez fait plusieurs suggestions précises (taxer 100% du stationnement sur rue et hors rue, taxer l’entrée au centre-ville, déminéraliser 10% des rues, acquérir et démolir les maisons en territoire inondables – pour rester dans l’actualité… –, faire du lobbying pour taxer les vols aériens et la viande, bloquer la spéculation au centre-ville en réduisant la hauteur des édifices permise, taxer les déchets, réinventer le recyclage et la consigne). Vous insérez ces suggestions dans l’idée d’une transition possible (en ciblant l’automobile) tout en constatant le peu de réalisme de celles-ci, voire leur insuffisance.

L’abandon d’un pouvoir finalement inutile

Comme vous le constatez, comme je l’ai constaté lorsque j’ai démissionné de mon poste de sous-ministre en 1991, vous cédez du pouvoir – dans son sens habituel – avec votre geste, mais justement, il s’agit d’un pouvoir qui ne permet pas d’avancer suffisamment pour répondre aux crises (dans mon cas, aux urgences…). Bref, on sent une certaine paralysie dans votre geste et dans votre évaluation de la situation.

C’est ce que j’ai ressenti en dressant ma propre liste d’interventions à envisager, comme je l’ai fait récemment: prévoir une auto personnelle électrique ou pas d’auto du tout, au moins, se préparer à une réduction de notre consommation d’énergie de 50%, finalement, toute l’énergie fossile que nous utilisons (cela surtout chez les individus pour leurs véhicules); chercher à encourager les fermiers locaux, entre autres via l’achat des boîtes de légumes (et viande?) pendant l’été et l’automne; arrêter de manger les produits alimentaires venant de loin, comme les légumes et les fruits des pays tropicaux; éliminer la viande rouge; convertir le chauffage de la résidence à l’électrique, ou à la géothermie (ou à des thermopompes); enlever du calendrier familial les fêtes associées à des cadeaux donnés ou échangés (Noël, Pâques, anniversaires, Fête des Mères, Fête des Pères, Saint-Valentin, autres), du moins pour ce qu’il y a des cadeaux; annuler les vacances nécessitant un voyage en avion, voire les voyages en avion, tout simplement.

Par contre, vous suggérez que des gestes dramatiques vont s’imposer d’ici dix ans environ, et que vous seriez alors disponible. C’est en effet l’échéancier de l’effondrement tel que je l’esquisse en suivant Halte à la croissance et voilà, comme Hulot, vous nous mettez devant une situation qui impose que nous agissions, tout en sachant que nos gestes seront insuffisants. C’est le «compromis» que l’on soupçonne envisagé par Myles, par Bissonnette et Roy, moins le constat d’échec par ces personnes des efforts habituels.

En effet, le GIÉC et d’autres sources bien crédibles nous fournissent un échéancier et des objectifs qui sont oubliés, voire ignorés, par les critiques de Hulot, de vous, de moi. Les institutions que nous prisons et qui constituent nos outils pour répondre aux défis ne sont plus adéquates face à l’échéancier; comme Guilbeault le soulignait, elles exigent du temps et, comme Myles et Bissonnette le soulignent, elles fonctionnent par la voie de compromis. Toutes nos sources d’informations scientifiques nous indiquent que nous n’avons plus le temps et que les décisions requises ne permettront pas des compromis.

Un retour en politique (fédérale) et des éléments d’une plateforme?

C’est surprenant, dans un tel contexte, que vous ne sembliez pas exclure un saut possible en politique fédérale. Et voilà, je viens d’avoir un rêve qui reflète vraisemblablement mon propre sentiment de paralysie qui accompagne tous ces constats. Cette lettre termine donc avec quelques suites du rêve qui me paraissent utiles à rendre explicites, en vous encourageant à agir d’une façon que vous n’envisagiez pas consciemment, explicitement.

Je constate dans mon livre (chapitre 2) l’échec du mouvement environnemental, mais je constate depuis sa publication, en fait, depuis les années que je publie des articles sur mon blogue, que les principaux acteurs de ce mouvement manifestent justement une paralysie face à la nécessité de changements dans l’approche. Par contre, des acteurs québécois (et autres) du Parti vert du Canada (PVC) semblent proches d’une reconnaissance de ce que vous ressentez, de ce que je ressens, la nécessité de changement et de nouvelles orientations – pourquoi pas en ciblant la prochaine campagne fédérale avec un programme à la hauteur des défis, en planifiant entre autres et par exemple le retrait du Canada de l’exploitation des sables bitumineux. Cela pourrait bien entraîner une récession – cela en restant avec ce terme dans le cadre du modèle économique actuel, avec son PIB comme guide – , et perdrait l’Alberta et la Saskatchewan, mais ces provinces sont perdues de toute façon sur le plan électoral.

Je constate encore dans mon livre (chapitre 3) l’échec du mouvement social et je n’y vois pas d’acteurs qui le reconnaissent – sauf que c’est un domaine où vous avez une expertise, où vous êtes un acteur important. Votre décision de démissionner ne vous a pas coupé de l’énorme réseau d’autres acteurs qui ressentent, comme vous, qu’il faut changer de façon d’agir et de faire et ce serait le temps pour vous, je me permets de croire, non pas d’attendre un appel d’un parti fédéral (et je ne puis croire que le Parti libéral du Canada serait sur votre liste de possibilités, peut-être plutôt le PVC) mais de vous mettre urgemment à la tâche de réunir des acteurs du mouvement social autour de l’initiative de constituer d’autres éléments d’un programme électoral, sur le plan social par exemple, rendant explicites les implications de votre idée que nous devrons retourner à un niveau de vie comparable à celui d’il y a plusieurs décennies. Cela comporterait, j’ose croire, l’acceptation d’une récession permanente – cela toujours en restant dans le cadre qui mesure le progrès par le PIB – à l’échelle du pays, élément du programme qui perdrait beaucoup d’électeurs, mais qui testerait justement la possibilité qu’il y ait une masse critique de gens qui savent qu’il faut agir et qu’eux-mêmes, qu’elles-mêmes, doivent accepter des changements radicaux dans leurs vies.

Et voilà, dans le chapitre 4 de mon livre, je cible l’échec d’un ensemble d’autres acteurs moins «organisés» de la société civile. Un peu comme vous, je crois, je suis convaincu qu’il y a beaucoup de scientifiques qui savent qu’il faut changer radicalement d’approche devant l’absence de mouvement dans le sens de ce que leurs connaissances exigent et cesser de soutenir les démarches traditionnelles. Et il y a toute cette jeune génération qui se manifeste, entre autres via la Planète s’invite à l’université et les grèves des vendredis après-midi, dont la situation et l’avenir exigent ces changements – ils sont la «génération future» que les plus vieux comme nous avons ciblé pendant des décennies en soulignant l’importance d’éviter qu’ils écopent de nos mauvaises décisions en matière de façon de vivre, de consommation. Il y a un nombre important de journalistes qui savent que leurs reportages, que leurs chroniques, représentent des répétitions presque ad nauseam des échecs de la société face aux crises.

Un nouveau monde

C’est à partir du chapitre 5 de mon livre que j’essaie d’esquisser, non pas les petits gestes individuels que nous reconnaissons comme insuffisants, mais plutôt de grands changements dans la société, qui peuvent se regrouper autour de l’idée d’abandonner l’exploitation et l’utilisation des énergies fossiles, autour de l’idée de transformations radicales dans nos institutions et dans nos activités dans le domaine privé. Ces changements esquissés – et à améliorer – pourraient constituer des éléments plus généraux d’une plateforme politique.

À cet égard, on pourrait espérer que le PVC, qui n’a aucune illusion quant à sa capacité de prendre le pouvoir, voire d’avoir un pouvoir au Parlement, pourrait abandonner ses propres idées de compromis, dont le fondement de leur programme à l’effet qu’il nous faut viser une transition et une nouvelle économie verte. Je soupçonne que le PVC, peut-être même Elizabeth May, pourrait reconnaître l’intérêt de réorientations cherchant à fournir des pistes de sortie de l’inertie et de la paralysie pour une masse possible (espérée) de gens, d’électeurs, qui vous rejoignent. Ils seraient peut-être prêts à soutenir une initiative «politique» – pourquoi pas sous les auspices du PVC? – qui les sortirait de cette paralysie et de ce déni (pour ne pas l’oublier) et à entreprendre les démarches envisagées par plusieurs, dont mon livre Trop tard dont le titre est accompagné d’un sous-titre La fin d’un monde et le début d’un nouveau.

Il me ferait grand plaisir de joindre mes modestes efforts aux vôtres dans un souci de voir surgir de la déprime une nouvelle initiative offrant de l’espoir, un espoir fondé non pas sur le déni et l’ignorance mais sur la reconnaissance de ce que nous savons. Mieux cela que d’attendre 2030…

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

L’endettement de la classe moyenne et l’avenir

J’étais frappé de voir le nombre de fonctionnaires fédéraux aux États-Unis – que l’on peut présumer raisonnablement bien payés – qui se montraient, suivant les reportages, à la limite de leurs capacités de se maintenir pendant les quelques semaines du shutdown du gouvernement en décembre et janvier derniers. De toute évidence, ces gens vivaient la vie de consommateurs contemporains en s’engageant à la limite de leurs chèques de paie, sans épargnes, sans prévisions pour de mauvais moments, sans penser que le système pourrait changer. Suite de la réflexion.

Un défi à plusieurs facettes

Cela fait plusieurs années que je consulte les données sur le taux d’endettement des ménages canadiens. Une bonne partie de cet endettement est consacrée à des hypothèques, mais Gérard Bérubé notait dans son article récent que le tiers de l’endettement est consacré à la consommation, la partie la plus importante du PIB.

J’en ai parlé dans mon récent article en faisant référence à l’article de Bérubé. Il est devenu, finalement, tout à fait normal de s’endetter, et cela pour nos divers objets de consommation; cela inclut, peut-être surtout, l’auto familiale (pas toujours au singulier), dont le coût augmente avec le choix de plus en plus répandu d’un «camion léger». Un nouveau sondage Ipsos nous révèle, selon un article d’Éric Desrosiers du 24 avril, que plus de la moitié des Québécois se trouvent à $200 de l’insolvabilité…

En parallèle, je reste frappé par les données qui circulent depuis longtemps maintenant, à l’effet que les revenus de la classe moyenne – disons du consommateur moyen… – stagnent depuis des décennies et son taux d’endettement augmente progressivement (cela en même temps que le revenu du 1% augmente sans cesse). Cette classe moyenne est le sujet du rapport de l’OCDE commenté par Desrosiers dans sa récente analyse qui cible comme trame de fond la «croissance inclusive», mais qui cible ainsi un objectif qui lui échappe depuis assez longtemps… La figure 18 de mon livre montre cette situation.

Figure 18 livre

Ceci me rappelle, en 2019, ce que l’OCDE et les pays riches en général ont essayé de faire en 2012, au 20e anniversaire du Sommet de Rio (et au 40anniversaire du rapport de Club de Rome Halte à la croissance auquel ile ne pensaient pas) en ciblant une croissance verte (Trop Tard, p.61s)… Cet effort en matière d’environnement n’a pas réussi plus que ne réussira celui d’aujourd’hui en matière d’équité sociale. Les tendances lourdes semblent intrinsèquement associées au système de base et vont dans le sens contraire.

L’endettement chez nous, le reflet d’un autre endettement ailleurs

Ce que ces suivis rendent évident est que tout le calcul de notre état financier en général, comme individus, comme ménages, comme gouvernements, présume le maintien du régime actuel, avec une croissance en continu qui permet (des fois) de rembourser nos dettes à même cette croissance (de revenus, de services, …). La confiance en ce régime est telle qu’il n’y a pas de mesures visant à gérer ses possibles affaiblissements.

Cela semble correspondre assez directement à la mentalité qui gouverne la gestion financière des ménages: on s’endette, chaque ménage à son niveau et en suivant ses modèles de consommation, en se fiant à la poursuite des choses comme dans le passé. Lorsque je regarde cette situation en ayant abouti à la conclusion qu’un effondrement de notre système économique et social est à prévoir – est peut-être déjà en cours – je commence à percevoir mieux les perturbations qui nous attendent, à l’instar des fonctionnaires fédéraux américains, mais pour le long terme.

Il faut bien distinguer ici entre les objets de notre consommation, dans les pays riches, qu’on doit bien penser susceptibles d’aménagements (mais bien contre notre gré et nos habitudes de longue date), et les nécessités qui ont déclenché le Printemps arabe de 2011 et qui semblent reprendre dans d’autres pays du Maghreb et de l’Afrique du Nord actuellement: le prix du pain au Soudan a triplé à la fin de l’année dernière…

Les perturbations imaginées peuvent se voir en temps réel lorsque l’on regardera ce qui se passera dans ces pays, agissant dans la contrainte en relation avec le pétrole, et surtout avec la baisse du cours du pétrole depuis 2014. Les manifestations de rue sur la présidence des deux pays qui font les manchettes actuellement, l’Algérie et le Soudan, se font sur fond de situations sociales et économiques qui dépendaient des revenus[1] du pétrole pour appuyer leur développement.

Source: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0d/Petroleum_regions_-_north_Africa_map-fr.svg

Nous suivons le développement des pays producteurs en fonction de leurs réserves de pétrole et de gaz, sans regarder leur situation sociale.

Comme dans le suivi de notre endettement, nous suivons le commerce international en fonction des pays exportateurs et des pays importateurs de pétrole (et de gaz, et de charbon), en présumant de façon différente que les informations nous fournissent des aperçus de la situation plus ou moins permanente de ces pays, finalement, presque l’ensemble des pays du monde.

En Algérie, les hydrocarbures représentent 97% des exportations – et donc des devises permettant les importations – et les revenus de la rente du pétrole et du gaz représentent 60% des revenus de l’État (selon Wikipédia); c’est une société à suivre si le pays réussit la transition démocratique recherchée. Le Soudan a perdu les trois-quarts de ses réserves de pétrole avec la décision de la population du Soudan du Sud, en juillet 2011, de se séparer et de former un nouveau pays (en guerre civile depuis…). Contrairement à l’Algérie, il ne semble pas y avoir dans cette société une capacité de fonctionner sans les revenus de pétrole (on rapporte que l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis sont en train de fournir une aide importante).

«L’activité économique» manquante…

En essayant de comprendre ce qui se passe dans ces pays, on arrive assez souvent à y voir des situations peut-être décrites actuellement par celle du Venezuela, dont j’ai parlé dans mon récent article, ou dans une moindre mesure par le Mexique, suivant le dernier article de Philippe Gauthier sur son blogue (qui vulgarise un rapport de SRSrocco dont le titre «Next Oil Domino to Fall?» est indicateur).

Quand nous parlons normalement d’activité économique, nous nous référons à ce type d’activité que nous connaissons dans les pays riches, qui dépend fondamentalement, sans qu’on y pense, du pétrole exploité par les pays pauvres exportateurs (oublions leurs PIB, et il faut bien exclure de la réflexion certains pays comme l’Arabie Saoudite, dont les problèmes viendront plus tard…). Ce qu’il faut chercher chez eux, par les temps qui courent, est une activité socioéconomique qui est autonome et sans lien avec le commerce international dominé par le pétrole et les pays riches. L’article de Wikipedia déjà mentionné est intéressant à cet égard, révélant entre autres que l’Algérie est le pays de l’Afrique continentale avec le meilleur Indice de développement humain des Nations Unies.

Bon nombre de pays exportateurs, dont nous avons suivi le progrès uniquement en fonction de leurs exportations, vont se retrouver dans une situation d’effondrement sociétal parce que, justement, il n’y a aucune activité socioéconomique indépendante – à moins de rendre la vie paysanne déjà omniprésente parmi leurs populations pauvres une situation à plus grande échelle.

Cela ne représentera pas une grande nouveauté, puisque nous, dans les pays riches, les voyons évoluer depuis des décennies avec une grande indifférence, se maintenant dans une pauvreté importante dans leurs populations de base, en croissance, alors qu’ils n’ont pas réussi à distribuer (et à planifier par des fonds souverains, par exemple) les revenus pétroliers même dans les bonnes années. Ici encore, l’Algérie a un fond souverain et a diminué énormément sa dette extérieure alors que le prix du pétrole était élevé.

Et même où il y a de l’activité économique

Quant aux pays importateurs, ceux de l’Europe, suivant certaines indications fournies dans mon récent article, semblent face à un avenir problématique. L’indifférence commence à se montrer inappropriée, puisque l’effondrement sociétal de nombre de ces pays exportateurs – et le déclin de leurs exportations – va frapper plus ou moins durement le fonctionnement de nos sociétés bâties sur une utilisation présumée permanente de ressources énergétiques non renouvelables importées.

Pour revenir chez nous, et en suivant l’analyse de Desrosiers, l’Alberta nous offre le portrait d’une instance exportatrice en déclin – une récession peut-être permanente en cours – et une société perturbée qui, pour le moment, cherche à retrouver les belles années du passé avec l’élection de Jason Kenney et les conservateurs revenant après une absence de quatre ans.

Le bas prix du pétrole depuis 2014 fait pourtant qu’il n’est pas rentable d’ouvrir de nouvelles exploitations dans les sables bitumineux. L’Alberta dépend par contre pour environ 20% de ses revenus, et on voit la province en grandes difficultés financière et sociale… Le pronostic n’est peut-être pas celui, très inquiétant, du Venezuela, une société sans activité économique pour permettre le minimum pour sa population, et cela peu importe qui est président. Reste que l’expérience des gilets jaunes en France, et de toute la population au Venezuela, semble suggérer que les populations sont portées à réagir devant des perturbations venant du secteur du pétrole, et il faudra suivre ce qui se passera en Alberta.

Et le Québec? – l’insolvabilité qui guette

Cela me ramène – de loin – au Québec, où le taux d’endettement semble fait pour causer des problèmes. L’OCDE (Sous pression; La classe moyenne en perte de vitesse) met l’accent sur la classe moyenne face à ses aspirations et ne remet nullement en question ces aspirations; son objectif est de détailler les obstacles à leur réalisation, ce qu’elle appelle des pressions, dans un contexte où elle garde en vue de façon permanente l’inéluctable croissance économique sur laquelle ces pressions représentent une certaine atteinte.

Le résumé exécutif «Vue d’ensemble» donne un aperçu de l’ensemble du rapport, une analyse de ces pressions, qu’il s’agisse de sa situation économique, du coût de la vie en hausse ou de l’insécurité du marché du travail. Il montre que dans de nombreux pays de l’OCDE, les revenus intermédiaires ont moins augmenté que les revenus supérieurs (voir le tableau plus haut) et que, dans certains pays, ils n’ont pas augmenté du tout. Le coût de certains biens et services caractéristiques du mode de vie de la classe moyenne (le logement, par exemple) a augmenté plus rapidement que les revenus médians réels.

Comme autre trame de fond dans cette narration, les auteurs font référence régulièrement au fait que les gens dans la classe moyenne continuent à agir comme si la situation était celle du passé, en dépit de l’ensemble des problèmes esquissés. Au bout du processus, l’insolvabilité pour bon nombre (voir l’article du 24 avril).

Seule la «croissance inclusive» peut nous sauver (l’OCDE)

En effet, dans sa conclusion, l’OCDE souligne que «de nombreuses familles de la classe moyenne [75% à 200% du revenu médian].risquent de plus en plus de basculer dans la catégorie des familles à bas revenu, voire de tomber dans la précarité.». Il est question d’atteintes au pouvoir d’achat de la plupart des familles à revenu intermédiaire alors que la mobilité sociale (vers le haut) marque la classe moyenne depuis des décennies.

Pour l’OCDE, la classe moyenne est en principe un moteur de prospérité et de croissance économique. «Une classe moyenne forte est essentielle pour soutenir la croissance de la productivité et pour financer correctement la protection sociale et sortir des millions de familles de la pauvreté.»

Le rapport se résume face à cela par plusieurs questions et constats.

  • Pourquoi la consommation a-t-elle augmenté davantage que le revenu en ce qui concerne la classe moyenne ? 
  • Le mode de vie de la classe moyenne est plus difficile à adopter que par le passé en raison de la forte hausse des prix.
  • En moyenne, dans les 24 pays européens de l’OCDE pour lesquels on dispose de données, un ménage à revenu intermédiaire sur deux déclare aujourd’hui avoir des difficultés à joindre les deux bouts. 
  • Un ménage ordinaire a besoin de deux revenus pour faire partie de la classe moyenne, alors que dans le passé, un seul apporteur de revenu occupant un emploi hautement qualifié était souvent suffisant. Toutefois, même avec deux revenus, il est de plus en plus difficile d’atteindre le niveau de revenu intermédiaire si au moins l’un des partenaires n’est pas hautement qualifié.
  • Les ménages de la classe moyenne sont de plus en plus mécontents de la situation économique. Dans ce contexte, la stagnation du niveau de vie des classes moyennes dans les pays de l’OCDE s’accompagne de l’émergence récente de nouvelles formes de nationalisme, d’isolationnisme, de populisme et de protectionnisme.

C’est à travers ces constats que le rapport manifeste d’importantes préoccupations pour l’avenir social des pays de l’OCDE – ce n’est même pas question des pays pauvres -, qui dépend de la croissance économique, qui dépend de la prospérité de la classe moyenne…

Les sentiments accrus de vulnérabilité, d’incertitude et d’anxiété se traduisent par une plus forte défiance vis-à-vis de l’intégration mondiale et des institutions publiques (OCDE, 2017[44]). La confiance est non seulement essentielle au bon fonctionnement de toute société, mais constitue également un important facteur de croissance économique.

Les gilets jaune ne sont probablement pas seuls

Le rapport résume en terminant les trois grandes difficultés auxquelles les décideurs doivent faire face:

  1. la classe moyenne estime que le système socioéconomique actuel est injuste:;
  2. le mode de vie de la classe moyenne est de plus en plus cher;
  3. les perspectives de revenus de la classe moyenne sont de plus en plus incertaines.

L’injustice ressentie par la classe moyenne, entre autres envers le 1%, est réelle, mais on voit clairement et directement un clivage entre les objectifs et les orientations intrinsèques du système bâti sur la croissance (qui ne peut être «inclusive», fondée comme elle est sur la concurrence). Les individus et les ménages semblent imiter les gouvernements, avec une cascade de dépenses inabordables et une augmentation de la charge de la dette.

La dette des ménages au Canada s’élève à 171% de leurs revenus disponibles et ce taux d’endettement pourrait freiner et les rendre plus vulnérable – c’est la rengaine d’une espèce de chœur tragique à l’image des tragédies grecques, de l’ensemble des décideurs qui cherchent à tout prix la croissance économique.

Une classe moyenne forte et prospère est importante pour l’économie et la société dans son ensemble, notamment pour stimuler la consommation et [c’est l’espoir des auteurs] les investissements dans l’éducation, la santé et le logement (p.24).

Et on se demande pourquoi nous n’arrivons pas à mieux gérer nos problèmes…

 

[1] J’en ai parlé dans le détail dans le chapitre 8 sur les mines dans le livre sur l’IPV: se fier de façon systémique à des revenus venant de ressources non renouvelables est une erreur stratégique sérieuse, puisque par définition ces ressources ne peuvent être exploitées de façon permanente.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

La Planète s’invite à l’Université – réveillée

Le titre de l’article est déjà presque inquiétant, sauf que c’est tellement dépassé qu’il ne mérite pas que l’on s’y attarde. Finalement, Pour une économie verte est le titre du cahier de consultation de la Commission politique de la CAQ en vue de ses délibérations en mai sur les enjeux environnementaux et non pas celui des signataires de l’article..

Les signataires sont des étudiantes du collectif La Planète s’invite è l’Université Laval, avec l’appui de La Planète s’invite à l’Université. Et le texte est rafraichissant. Les récentes interventions de ce nouveau mouvement sont déjà spéciales, dans le sens qu’elles nous sortent des préoccupations pour des «générations futures» qui remontent à la Commission Brundtland. Les manifestants sont la génération future, et il est saisissant de les voir insister que nous sommes rendus aux impacts que tout le discours cherchait à éviter depuis des décennies, dans leurs personnes.

Le texte débute avec insistance: les objectifs de l’Accord de Paris sont tellement faibles que le GIÉC demande (je ne suis pas au courant de cette recommandation) de tripler les engagements des pays signataires en matière de réduction des émissions de GES d’ici 2030. C’est quand la dernière fois que vous avez entendu une critique de l’Accord?

Il passe ensuite aux critiques des objectifs du précédent gouvernement libéral, pour souligner que la CAQ cherche à conserver leurs objectifs «désuets» et insuffisants. En troisième lieu, «une partie importante» du document de la CAQ porte sur les déchets, et les signataires insistent que la CAQ néglige ainsi «des enjeux beaucoup plus fondamentaux», nommant entre autres le gazoduc dans le nord du Québec et le troisième lien. Le texte passe ensuite à la critique des projets de transport, soulignant l’orientation de la CAQ pour une augmentation du parc automobile et insistant que l’électrification des véhicules proposée ne fait que maintenir le statu quo. Il conclut: il faut que la CAQ «cesse de considérer que la protection de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques se font au détriment de l’économie», complétant le rejet du titre qui, lui aussi, est désuet.

«Le Canada, un pays en déficit de transition», un autre article de la même édition du Devoir, cite Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, à l’effet que la gestion des défis du secteur par le gouvernement Trudeau est irresponsable. Reprenant une approche qui rend celle des étudiants si rafraichissante, le directeur de la Fondation Suzuki est cité à l’effet que, à cet égard, il préfère voir le verre moitié plein, soulignant les acquis du gouvernement Trudeau en comparaison avec le gouvernement Harper… Les étudiantes insistent dans leur texte qu’il faut se mesurer aux vrais modèles, et non à ceux qui font «piètre figure»…

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Le troisième lien, un projet emblématique de la fin d’une ère

Bien sûr nous allons voir des études déposées et des débats engagés sur le meilleur emplacement d’un éventuel troisième lien et ses possibles bénéfices, et cela promet d’être intéressant. Ici, j’essaie de positionner ces débats selon le contexte du moyen terme, avec la conviction que cela risque de les transformer. Le sens de la transformation est illustré par le nouveau graphique (pour le blogue) qui se trouve à la fin de cet article. En attendant les débats, je suggère la lecture du livre de Charles Hall et Kent Klitgaard, Energy and the Wealth of Nations: An Introduction to Biophysical Economics; il s’agit d’une deuxième édition datant de 2018.

Le projet d’un troisième lien pour les véhicules de la région de Québec devient de plus en plus intéressant, et emblématique. Le gouvernement propose d’y aller sans même attendre les études – ce qu’il ne fera pas – et les conservateurs fédéraux l’appuient avant même qu’il soit défini.

À Québec même, il s’agit d’une intervention visant à reconnaître le statut spécial de l’automobile privée, à un moment où on peut soupçonner que ses promoteurs – pour ne pas parler de toute la population – sentent la présence de contraintes pour son avenir.

Troisième lien

Quelques propos qui résument une vision plutôt réaliste du projet de troisième lien.

J’ai ressenti ceci de façon inattendue en écoutant l’entrevue de Midi Info avec Pierre-Olivier Pineau des HEC récemment (le 1er avril, à 12h20, pour une durée de 8 minutes): «La taxe carbone en vigueur dans 4 provinces : entrevue avec Pierre-Olivier Pineau». Pineau est une référence fiable dans les dossiers de l’énergie et cela depuis des années. Par contre, je ne me souviens pas d’une intervention de sa part exprimée aussi directement et allant si directement à l’encontre des tendances, soulignant la nécessité de réduire le nombre de véhicules et leur taille dans un proche avenir. Il me semblait y avoir quelque chose de nouveau dans ses propos. (Pineau continue dans ce type de critique dans des commentaires faits en entrevue au Devoir pour l’édition du 20 avril dans deux articles, «Le Canada, un pays en déficit de transition», et un autre, «La CAQ à la recherche du virage vert».)

Un avenir trouble pour le véhicule personnel

Cela me frappait parce que cela fait plusieurs années maintenant que j’insiste sur un avenir trouble pour le véhicule personnel dans les pays riches (et il n’y en a pas dans les pays pauvres). Comme récente manifestation de cela, le 24 mars dernier, j’étais le conférencier invité pour l’Assemblée générale annuelle du Groupe d’initiative et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) basé à Lévis, et j’ai décidé de me pencher sur cette question du troisième lien. Je l’ai fait assez indirectement, à juger par le peu d’accent direct que j’y ai mis dans ma présentation, «Le troisième lien: pour qui, pour quoi?». J’ai pris l’occasion plutôt de me pencher sur certaines tendances lourdes en matière d’énergie et d’urbanisme – et finalement sur l’effondrement de la civilisation industrielle que je décris dans mon livre.

C’était plus personnel que d’habitude: je pensais à ma première traversée du continent nord-américain en 1956 (je crois l’avoir fait au moins 12 fois depuis), voyage où nous voyions partout la construction des nouvelles autoroutes du Interstate System en train de se mettre en place. La baie de San Francisco était déjà congestionnée par la circulation automobile, et le smog qui s’y trouvait (voir les quelques diapositives) était aussi dense que ce que j’ai vu de pire en Chine pendant mes quatre voyages dans ce pays.

On était déjà dans le processus qui allait enlever le train sur le pont de la Baie de San Francisco, pour le remplacer par deux voies de plus sur chacun des deux étages (pour être suivi quelques années plus tard par la construction du BART, le métro de la région de la baie…). J’étais adolescent aux débuts de l’engouement pour l’auto et pour les banlieues, et cela allait finalement constituer un des phénomènes marquants de la société durant toute ma vie.

On connaît les suites, la définition de la société nord-américaine (tout comme celle des autres pays riches) par l’omniprésence de l’automobile et, plus tard, par celle des camions, le tout fonction de la mondialisation qui nous permettait de poursuivre sans trop de préoccupations pour la situation planétaire, et sur les plans humain et qu’environnemental.

Apogée et déclin dans les transports personnels

Je sens que, ici à Québec, nous nous préparons à vivre une sorte d’apogée de cette expérience, alors que la ville représente peut-être la dernière sur le continent à rejoindre l’expérience des transports congestionnés par des parcs automobiles de plus en plus importants comportant des véhicules de plus en plus gros, et les banlieues exigeant ces transports. C’est peut-être une question d’une année ou deux dans la «programmation», mais les difficultés d’accès à une énergie assez abondante et assez bon marché pour faire fonctionner le système me paraissent à nos portes – aussi farfelu que cela puisse paraître au commun des mortels, pour qui tout va bien – et risquent de définir le débat sur le troisième lien, sur la planification de nos transports et, finalement, sur l’avenir de notre société qui va devoir se sevrer de sa dépendance sur l’énergie fossile.

Je ne vois présentement aucune tendance qui suggère que le Québec, quasiment seul sur la planète ayant une telle possibilité, va se doter d’un parc (en diminution? en augmentation?) de véhicules électriques, et l’échéancier est maintenant beaucoup trop court pour le permettre de toute façon. Les trois grands constructeurs américains (Ford, GM et Fiat-Chrysler) planifient l’abandon de toute production de petits véhicules d’ici quatre ou cinq ans, et ces décisions d’affaires me paraissent en conjugaison justement avec la crise qui sera définie par l’absence de l’énergie nécessaire pour ce scénario (sans même parler de la capacité de payer de suffisamment de consommateurs pour que cela marche). L’achat des véhicules de plus en plus gros et de plus en plus chers ici, je soupçonne, s’insère dans ce phénomène…

La diminution de la taille des parcs de véhicules, tout comme celle de la taille de leurs composantes, suivant Pineau, me paraît bien plus probable que la poursuite des scénarios de croissance, mais cela par la force des choses et non par une décision de la société.

Perturbations sociales

Une telle situation pourrait bien engendrer notre version des gilets jaunes, dans un refus d’accepter que nos aspirations – non pas nos besoins – soient contrariées par des contraintes hors de notre contrôle. De mon côté, j’étais frappé de voir le nombre de fonctionnaires fédéraux aux États-Unis – que l’on peut présumer raisonnablement bien payés – qui se montraient, suivant les reportages, à la limite de leur capacité de se maintenir pendant les quelques semaines du shutdown du gouvernement en décembre et janvier derniers. Il était clair – je n’aurais pas dû être surpris – que ces gens vivaient la vie de consommateurs en s’engageant à la limite de leurs chèques de paie, sans épargnes, sans prévisions pour de mauvais moments, sans penser que le système pourrait changer. C’était une autre facette de l’endettement croissant de ces consommateurs pour la partie consommation de leur dépenses, et d’une volonté malsaine de vivre la vie des riches alors que la classe moyenne vit dans des contraintes reconnues par les instances internationales, cela depuis des années.

Il n’est pas évident comment cela pourrait se manifester ici, mais de récents travaux de Nafeez Ahmed, signalés par le réseau de l’économie biophysique, fournit toute une série de lectures qui cherchent à rendre l’inimaginable à cet égard à la portée de nos imaginations. Cela peut débuter avec «Brexit: Stage one in Europe’s slow-burn energy collapse: The Brexit fiasco and French riots are accelerating symptoms of Europe’s earth-system crisis» de décembre dernier, paru dans InsurgeIntelligence, webzine animé par Ahmed.

Ahmed et d’autres nous fournissent des perspectives sur une situation beaucoup plus problématique avec des analyses de la situation au Venezuela. Dans un article du 31 janvier, «Venezuela’s collapse is a window into how the Oil Age will unravel», Ahmed fournit des perspectives beaucoup plus complexes que celles fournies par les médias et remontant assez loin, rejoignant les efforts du FMI d’imposer des approches néolibérales avec leurs ajustements structurels dans les années 1990 et ceux du président Chavez à partir de 2000 pour transformer la situation par une approche socialiste. Le pays, dépendant pour son quotidien presque totalement des revenus de l’exploitation de ses gisements de pétrole, n’avait pas et n’a pas de chance[1].

Perspective de l’économie biophysique

Les interventions d’Ahmed et d’autres cherchent à nous fournir une perspective biophysique sur cet ensemble de problématiques, lié directement à une baisse de l’ÉROI dans les réserves mondiales de pétrole conventionnel, celles du pétrole non conventionnel – sables bitumineux, pétrole lourd du Vénézuela – n’ayant pas d’avenir quand on les regarde de cette façon.

Plus globalement, dans la nouvelle revue de l’économie biophysique, Biophysical Economics and Resource Quality, Michael Dittmar produit deux articles, dont le deuxième en décembre 2017, qui cherchent à prendre en considération l’ensemble des connaissances sur les réserves de pétrole conventionnel ainsi que les tendances dans la production et dans la consommation de ce pétrole, par région et globalement, pour faire des projections.

Le résultat est une nouvelle version du graphique que j’utilise de temps en temps, montrant le déclin inexorable de ce pétrole et cela pendant la prochaine décennie et au-delà.

 Fig. 1 The conventional crude oil production data from 2000 to 2014 (solid lines) were used as the input, in Part I of this analysis, to model future production through the year 2050 (dotted lines) for all major oil producing regions and continents, outside the Middle East. The latest, 2015 and 2016 crude and condensate production data, as reported by the EIA (see footnote 3), are now included in the graph https://link.springer.com/article/10.1007/s41247-017-0032-1

Projections pour le pétrole conventionnel, le                       déclin débutant avant 2020…

L’article termine avec une comparaison des travaux sur ces projections en tenant compte de l’ÉROI et les projections de l’Agence internationale de l’énergie. Comme d’habitude, ces dernières présument le maintien de la croissance économique et trouvent le pétrole nécessaire pour pour la soutenir[2]…

Le tout nous ramène à l’article d’Ahmed sur le Brexit et l’Europe dans un contexte de post-pic du pétrole. Les chantres de la transition énergétique pourraient bien regarder ces articles. Le livre d’Ahmed de 2016, Failing States, Collapsing Systems: Biophysical Triggers of Political Violence, fournit des perspectives plus générales, et matière à réflexion.

Tout cela en pensant au débat (?) mal amorcé sur l’hypothétique troisième lien…

 

[1] À lire: The Impact of the Decline in Oil Prices on the Economics, Politics and Oil Industry of Venezuela, produit par le Center on Global Energy Policy of Columbia University en septembre 2015. En complément, on peut lire «Oil Reserves in Venezuela» pour se trouver en terrain familier: les réserves de pétrole du Vénézuela, les plus importantes au monde, sont un équivalent de nos sables bitumineux et n’ont pas d’avenir…

[2] Le 12 avril, dans son analyse hebdomadaire au Devoir, Éric Desrosiers se penche sur la problématique du pétrole en Alberta, centrale aux débats pendant la campagne électorale en cours. Entre autres, une référence à un article du Narwhal permet d’en voir le grand portrait, à l’effet qu’il y a beaucoup de raisons de croire qu’il n’y a pas d’avenir pour les sables bitumeux, un reflet de la situation au Venezuela… J’y reviendrai sûrement…

 

 

 

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Une version de somnambulisme

J’ai décidé de mettre en ligne le texte de Gilles Gagné comme article plutôt que comme commentaire parce qu’il fournit une réflexion sur les bases mêmes de l’intervention de la société civile dans les efforts de mieux faire le développement. Sauf que le texte ne voit pas ses interventions dans le contexte du long terme qui définit ma réflexion là-dessus.

Bug

Une de nombreuses références dans les commentaires du dernier article. Je suggère qu’il faut comprendre notre situation par la dominance culturelle du mythe de la croissance (Dominique Méda), qui est en voie de nous rendre incapable de percevoir les menaces à notre survie.

L’action en cours depuis un demi-siècle et plus

En fait, son texte porte – en ciblant le défi contemporain – sur les fondements des interventions de la société civile depuis plus d’un démi-siècle et dont je présente l’échec dans les chapitres 2-3-4 de mon livre

Mais le problème avec ces reproches, c’est que le Pacte n’est pas une «solution», ni une feuille de route, ni le programme d’une révolution; c’est un effort de mobilisation démocratique fondé sur la conviction que l’action de l’État doit être repensée à la lumière de la crise environnementale…

Mais cela revient aussi à dire que nous n’avons pas le choix et que nous devons continuer à faire des distinctions avec les instruments mêmes qui tendent à les embrouiller; que nous devons, par exemple, distinguer dans notre avenir ce qui ne peut déjà plus être changé de ce qui pourrait encore l’être et choisir, parmi ce qui reste théoriquement possible, des objectifs réalistes au regard des ressorts pratiques (culturels, moraux, politiques et techniques) de l’action collective…

On croirait presque ici que vous détenez déjà la preuve que le voyage est impossible. Alors que la proposition en question vise essentiellement à nous convaincre de mettre collectivement le pied à l’étrier, on dirait que vous savez déjà que ce brave Don Quichotte, «qui fait abstraction des chiffres», n’ira nulle part sur sa Rossinante approximative…

Le Pacte accorde pourtant à la science toute l’importance qu’il est possible de lui accorder sans la divorcer de l’expérience commune; il souligne de manière raisonnable le consensus des chercheurs et il invoque les faits qui accréditent d’ores et déjà les pronostics antérieurs.

Je reviendrai plus loin sur mon point, mais je l’esquisse ici. L’objectif des «corrections» que je recherche est de montrer qu’il est trop tard pour l’action que Gagné propose, et ces corrections ne nécessitent pas une vision d’ensemble, une compréhension scientifique de l’ensemble. Je propose que de simples calculs faits par Normand Mousseau comme co-président de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec il y a déjà six ou sept ans peuvent être insérés dans les défis définis aujourd’hui par le GIÉC pour bien voir ce qui est en cause si nous voulons être cohérents. Aucun besoin de sortir toute une battérie de recherches et de travaux pour définir l’action qui est requise: le simple regard sur ce que la cohérence nous impose nous montre qu’il est trop tard pour continuer dans l’action qui nous définit depuis des décennies.

C’est par ailleurs cette cohérence qui ancre mes propos, et non la vérité et la certitude quant à ce qui est en cause. Le fait que la société civile n’expose pas cette cohérence lui permet de continuer dans l’action habituelle mais cela dans un contexte où de toutes autres actions s’imposent. Mon objection: les intervenants de la société civile ne manifestent pas une réflexion cohérente et explicite, mais semblent poursuivre par inertie et routine alors que les crises les appellent à intervenir dans ce qui constitue le sommet de leur carrière.

La réflexion qui manque

Depuis le début de mon blogue il y a six ans, avec comme premier article «L’échec du mouvment environnemental», il n’y a pas un seul environnementaliste et ancien collègue qui a pensé qu’une réponse ici et là était méritée. En complément, mes contacts occasionnels avec mes anciens collègues se sont butés, sans exception, à des décisions – concertées ou non je ne sais pas – de ne pas répondre. Le mouvement environnemental (voire le mouvement social) semble se sentir attaqué, repondre sur des bases psycologiques et continuer comme depuis des décennies. Aucune réconnaissance que mon livre, et mon blogue plus généralement, ne représentent l’effort d’un philosophe de formation d’initier et d’encourager un dialogue et un débat.

J’ai eu récemment un contact, un des très rares dans six ans, d’un des leaders du mouvement et – quand j’y étais – un ami. Il réagisssait à l’article de La Presse+, le deuxième identifié par mon récent article de blogue et que Gilles Gagné commente dans ses propos. Ce premier contact était pour demander ce que j’identifiais comme la société civile dans la première phrase de l’article, où je dis qu’elle ne fait pas son travail et ne fournit pas l’heure juste, et je lui ai référé aux chapitres 2, 3 et 4 de mon livre; évidemment, il se sentait visé et voulait confirmer cela.

Dans sa réponse – geste inédit depuis six ans – il a donné de bonnes indications qu’il n’avait pas lu mon livre (j’aurais pensé que mes 45 ans d’activités et de réflexions dans le milieu méritaient cela) et que ma note confirmait que son organisation est bien incluse dans la société civile dont je parle. Il a poursuivi en soulignant les multiples interventions de la société civile qui insistaient sur les défis climatiques et demandait ce que je voulais de plus. La réponse – l’application concrète de ses défis à notre situation – se trouvait dans le reste de l’article, dont il a questionné le premier paragaphe, et a montré qu’il n’avait pas lu l’article pas plus que le livre.

Surtout, il ne montrait pas avoir saisi mon propos de base, l’articulation de ces défis dans les exigences concrètes pour la société, suivant – dans le cas de référence que j’utilise – les calculs de Normand Mousseau. Ces calculs, appliqués à une situation qui exige, non plus une réduction de 25% de nos émissions comme en 2012, mais une réduction de 45% (lui dit même 50%) de nos émissions, cela toujours d’ici 2030. Dans le deuxième article de La Presse+, j’ai souligné qu’une de ces exigences serait le retrait de nos routes de la flotte de véhicules privés, laissant pour plus tard une application des trois autres composantes des calculs de Mousseau.

La naïveté qui cherche à préciser nos buts, nos actions et les «corrections» recherchées

Gilles Gagné semble voir une naïveté dans ce qu’il pense être ma volonté de préciser nos défis. Mais voici l’origine de mon positionnement: les interventions que je dirais traditionnelles du mouvement environnemental (en fait, de la société civile en général) se trouvent face à des perspectives de solution inimaginables une fois qu’elles sont identifiées, même sommairement – ce qu’un suivi des calculs de Mousseau montrerait – en nous vouant toujours à l’échec, devant l’urgence reconnue par le GIÉC et d’autres.

Je ferais la distinction, en répondant à l’analyse de Gagné, entre la science, dont les vérités sont hypothèques, et ses applications technologiques, sociales et commerciales. Je demande que l’on regarde ce qui serait en cause dans la poursuite de ces applications dans la situation actuelle et je conclus que nous sommes en fin de régime à cet égard, sans le réaliser, parce que les interventions se font dans l’inertie et la routine de décennies d’autres interventions.

Gagné semble comprendre que j’ai une confiance dans la capacité des applications de nos connaissances hypothétiques scientifiques à résoudre nos problèmes, alors que mon effort est de suggérer qu’il n’en est rien, que ces applications sont hors d’atteinte devant l’urgence et le caractère des crises qui sévissent (petite exception, avec beaucoup de bémols: les projections de Tony Seba sur le potentiel de la technologie de l’intelligence artificielle et des véhicules électriques autonomes). Celles-ci n’arrêteraient pas l’effondrement, mais rendraient imaginables des éléments de l’adaptation…

Finalement, le chapitre du livre Tout peut changer de Naomi Klein de 2014 qui m’a causé des trépidations (je ne suis pas facile à faire trépider) est celui sur les concepteurs d’interventions hautement technologiques pour régler les problèmes climatiques par des interventions à l’échelle planétaire. Disons que nous sommes à mi-chemin dans la «décennie zéro» à laquelle réfère Klein pour identifier sa vision de l’urgence et qui diminue les trépidations à ce sujet alors que rien ne change à l’égard de son appel  non plus…

Pour revenir au Pacte

Gagné indique que ma critique est fondée sur son refus de «s’engager dans la recherche et l’exposé d’une solution technique globale» et je ne sais pas comment j’ai pu laisser une telle impression. Pour le redire dans quelques mots, qui répètent mes propos dans les deux articles de La Presse+, ma critique est que l’absence de projections insistant sur la cohérence nous laisse justement dans l’espoir des scientifiques citées (en groupe) à l’effet que «la science nous dit qu’il est technologiquement, humainement et économiquement possible de limiter le réchauffement de la planète».

Cela va à l’encontre de ce que je propose dans mon livre, après avoir analysé plusieurs efforts de scientifiques à intervenir,  et joue probablement – pour les prendre au sérieux – sur le mot «limiter» et sur le «possible», qui peuvent dire presque n’importe quoi. L’effort d’identifier clairement les défis en termes concrets nous mettrait devant l’inimaginable plutôt que devant des solutions, et seulement de façon secondaire devant une autre indication de l’imminence de l’effondrement, sur lequel Gagné et l’accent.

Ma reproche – et je puis bien me tromper – est que nous faisons de telles interventions depuis 50 ans (dans mon expérience) et que ces interventions (dans mon expérience maintenant définitive mais toujours possiblement erronée) ont échouées, nous mettant devant des situations pires que celles auxquelles nous nous adressions au début. Nous avons aujourd’hui comme meilleure référence, même si toujours de fondement scientifique (balisé légèrement par un processus d’approbation politique) et hautement hypothétique, les travaux du GIÉC.

Contrairement aux efforts faits au fil des décennies, nous sommes aujourd’hui devant une date 2025 fatidique que j’identifie, que je prends et que je prenais depuis les années 1970 – comme Halte à la croissance – et comportant une certaine marge d’erreur. On ne peut plus se permettre d’agir comme si l’effondrement s’annonce dans l’avenir. Cela fait un demi-siècle que nous sommes dans l’action – ce que Gagné souligne est nécessaire maintenant – , sans succès…

Cela fait plusieurs fois que je souligne que c’était la nécessité de sortir de l’action comme commissaire et vérificateur externe qui m’a donné l’occasion de réfléchir sur mon action, sur nos actions, pour conclure à leur échec. Entretemps, la société civile semble poursuivre presque avec frénésie dans les mêmes ornières et ne prend même pas le temps de lire en-dehors de ses fils de Facebook etc. et d’analyser ce qui a changé.

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Le rôle du Pacte: contribution non sollicité d’un lecteur

Ce long texte réfléchi a été soumis en commentaire sur mon récent article sur mon propos à l’effet qu’il y a nécessité de préciser ce qui est impliqué dans l’espoir de pouvoir «gérer» le défi des changements climatique. Il couvre tellement de sujets pertinents au débat que je pense qu’il mérite place ici comme un article à part, plutôt comme commentaire. L’auteur est Gilles Gagné, professeur de sociologie à l’Université Laval. J’y reviendrai avec mes propres réflexions sur le texte d’ici quelques jours.

Cher Harvey Mead,

Je voudrais faire une observation en passant sur le jugement suivant qui se trouve au début de votre texte «A corriger : l’absence d’un portrait face aux défis définis par le GIÉC».

Vous dites ce qui suit :

La mobilisation récente autour du Pacte de Dominique Champagne et de la Déclaration d’urgence climatique (DUC) se fait presque en abstraction des chiffres définissant les défis. C’est certainement le cas pour le Pacte, et le projet de loi conçu et diffusé dans les derniers mois par deux avocats de la société civile, une sorte de concrétisation du Pacte, propose d’encadrer des gestes du gouvernement en partant des engagements de ce dernier, beaucoup trop faibles pour répondre à presque quoi que ce soit.

Bien que j’aie le plus grand respect pour vos travaux, que je sois un lecteur assidu de vos chroniques et que j’incline à penser que vous avez raison sur pratiquement toute la ligne, je suis déçu (mais je peux comprendre) que vous n’ayez pas compris la dimension rhétorique du «Pacte de Dominic Champagne» et que vous lui appliquiez le coup de pied de l’âne après que tous les négationnistes de la province du «troisième lien» l’aient dénoncé au prétexte qu’il y avait dans les signataires une demie douzaine de personnes qui gagnaient plus qu’eux-mêmes.

LtG Turner

La question fondamentale semble être de savoir si les projections des informaticiens de Halte à la croissance (la figure), comme celles des scientifiques (et autres) du GIÉC, identifient bien l’échéance, aux alentours de 2025…

Les anciens tenaient la rhétorique pour le plus grand de tous les arts, celui qui fédère la logique, la grammaire, l’image, le nombre, la beauté et l’éloquence, et ils la respectaient parce qu’ils tenaient l’effort de convaincre ses concitoyens comme une alternative honorable à la guerre civile. Or, c’est bien de cela qu’il s’agit, la guerre civile, celle qui se prépare dans le refus catégorique de préparer par des mesures systématiques de justice sociale les effondrements qui s’en viennent. Je suis signataire du Pacte mais je vous rassure: je n’irai pas déposer les trois quarts de mes revenus dans la boite postale du ministère pour qu’il les redistribue aux moins fortunés et finance ainsi la réduction des écarts de consommation que nous devrons organiser pour rester civilisés. D’ailleurs personne ne le fera, je peux vous le garantir. Nous n’avons, pour faire face à ce qui nous tombera dessus et pour mettre en place les partages qui seront la seule alternative aux violences, qu’un seul instrument et c’est celui qui oblige, qui interdit, qui permet ou qui garantit – en bref: la loi. Et bien que cet instrument s’épuise à chaque jour qui passe à promettre la lune à tout le monde (tout en mettant de l’argent dans la poche des Québécois), il restera en état de fonctionner raisonnablement tant que nous serons assez nombreux à croire en lui.

Or, le Pacte est justement une demande collective adressée à l’État par plus de 260 000 citoyens et citoyennes afin qu’il place la question écologique au principe de son action. L’engagement à faire des efforts individuels spontanés se présente dans ce Pacte comme la justification de la demande d’action législative, et comme indication de la «disposition subjective» à s’y astreindre, nullement comme la pièce maîtresse de notre avenir. Cet appel à la «moralité objective» et au débat législatif, exceptionnel à notre époque de scepticisme généralisé à l’endroit des efforts de définir le bien commun, se réclame lui-même du fait que le problème fondamental posé par toute prise en compte de la dégradation environnementale est un problème de justice sociale. Toute réduction du niveau global de la consommation qui viendrait simplement de la rareté et des prix serait traduite presqu’automatiquement par le marché en un accroissement des inégalités, un accroissement qui peut rapidement tourner à la catastrophe, comme on en a vu l’amorce en France, si l’État lui-même entreprend d’appuyer par des taxes régressives la pression des prix sur les bas revenus.  D’où la rhétorique «contractuelle» du Pacte qui met dans la bouche des signataires un engagement «à faire leur part», mais en contrepartie d’un engagement structurant de l’État à assurer la progressivité des efforts collectifs et le caractère systématique de ceux-ci.

Certes, on peut déplorer que le Pacte ne mette pas en lumière le fait que le capitalisme est incompatible avec toute forme de décroissance, qu’il ne donne pas de mesures chiffrées des défis ou des objectifs, qu’il fasse miroiter la possibilité d’une «transition durable» qui ne changerait rien ou qu’il en appelle à des «élus» dont la réélection est le seul horizon. On peut encore déplorer qu’il fasse focus sur le pétrole pendant que le glyphosate nous assassine. Et ainsi de suite. Mais le problème avec ces reproches c’est que le Pacte n’est pas une «solution», ni une feuille de route, ni le programme d’une révolution; c’est un effort de mobilisation démocratique fondé sur la conviction que l’action de l’État doit être repensée à la lumière de la crise environnementale.

Rien que ça, mais déjà ça. La croissance a été depuis deux siècles à la base de l’acceptabilité sociale des inégalités sociales parce qu’elle a rendu possible le relèvement, en valeurs absolues, du niveau de vie des plus pauvres. La fin de la croissance, qui viendra par des catastrophes ou par des décisions, poussera les sociétés capitalistes à refaire ce chemin dans le sens inverse et à réduire d’abord le niveau de consommation de ceux qui sont au bas de l’échelle. Et cette pression «marchande» aura des effets aussi bien à l’échelle des conflictualités globales qu’à celle des solidarités locales, accroissant les unes et réduisant les autres. Ni le marché, ni la charité, ni la technique, ni les religions, ni la science ne seront en mesure d’obvier par elles-mêmes à cette destruction du monde humain par les «dispositifs» qui nous gouvernent et c’est sur ce fait que prend appui le plaidoyer en faveur d’un reformatage du politique par les enjeux environnementaux.

Il y a dans votre appel à corriger le Pacte par des indications chiffrées concernant les menaces et les défis environnementaux une sorte de naïveté qui ne laisse rien à désirer à celle que vous reprochez vous-même au Pacte. Cette situation illustre bien le fait que nous nous débattons au milieu de contractions qui rendent réversibles la plupart de nos arguments, la lucidité de l’un devenant la naïveté de l’autre, et vice versa. Depuis que la science a entrepris de nous convaincre de la réalité du changement climatique par des données probantes, le scepticisme populaire à l’endroit des conséquences qu’elle en tire et des solutions qu’elle propose s’est accru plutôt que l’inverse. Cela tient en partie au fait que les effets inéluctables des dégradations environnementales accumulées, dont l’essentiel est à venir, ont le défaut, au présent, de tomber sur «d’autres» quand ils sont catastrophiques ou d’êtres tolérables quand ils tombent sur «nous». Mais, plus fondamentalement, ce scepticisme croissant tient au fait que la science parle maintenant des deux côtés de la bouche et qu’elle promet simultanément des miracles et des hécatombes. Car songez-y: comment faire oublier que c’est la «science» elle-même qui nous a mené là où nous sommes, d’abord en nous transportant du «monde clos vers l’univers infini», ensuite en enseignant que la puissance technique de l’humanité était, par définition, la solution aux problèmes qu’elle engendre. Quand vous parlez graphiques, équations, statistiques et indicateurs, toutes choses précieuses et nécessaires il va sans dire, vous parlez forcément comme si «la crise des sciences européennes» (Husserl) n’avait pas eu lieu et comme si tout le 20e siècle épistémologique n’avait pas été une longue réflexion critique sur la nature de cette science moderne qui promettait de nous faire maîtres et possesseurs de la nature. A tel point que l’idée de la vérité scientifique, accueillie d’abord comme forme universalisable du rapport au monde, nous est apparue récemment comme un archipel d’éclaircies locales rendues possibles par une civilisation plus prompte à plier le monde à ses besoins qu’à y trouver une raison de les limiter. La valeur contemplative de la connaissance scientifique moderne (l’Harmonices Mundi de Kepler), de même que son aptitude présumée à rassembler les esprits dans la vérité, ont été dénoncées par le tribunal de la puissance opératoire du 20e siècle comme étant des aspirations infantiles de la civilisation scientifique, si bien que c’est maintenant la simple capacité d’intervenir dans le monde d’une manière efficace qui sert de critère pour arbitrer la compétition des paradigmes qui s’arrachent les fonds de recherche.

Or, c’est précisément cette forme délirante – technoscientifique – de la science qui fait obstacle aux efforts de connaissance qui sont les vôtres. Pendant que l’on assomme le public avec les miracles inimaginables qu’il faudrait attendre du génie-génétique, de l’intelligence artificielle, des nanotechnologies et du numérique sous toutes ses formes, pendant que l’on presse les citoyens à faire confiance une fois de plus (et peut-être une fois de trop) à la capacité scientifique d’arracher à la planète, à la nature, au travail, à l’univers ou à l’esprit lui-même de quoi satisfaire tous les fantasmes, vous postulez de votre côté qu’une description scientifique plus précise de la fin de ce monde serait mieux en mesure d’en faire comprendre l’imminence! Comme si la science pouvait en même temps promettre le paradis sur terre et décrire avec précision l’enfer qui s’en vient pour appeler les damnés au repentir? Honnêtement, je suis prêt à espérer que vous avez raison mais je crains que nous n’en soyons plus là. De part et d’autre, c’est la science qui se dit et se dédit du même souffle, qui montre la corne d’abondance au bout de la prochaine innovation puis qui prouve que l’enfer se tient juste derrière la somme des gadgets. La technoscience est l’allié principal du capitalisme d’innovation et il est devenu grâce à cette alliance le parrain de nos institutions universitaires. Même les départements de «sciences» religieuses veulent leur part du financement destiné aux pratiques innovantes alors que la «science» économique veut mettre un prix sur la biodiversité, sans doute pour envoyer la facture aux chasseurs d’aurochs de la fin du Moyen-Âge. Voilà pourquoi, cher Harvey Mead, on distribue des prix scientifiques dans l’indifférence générale et voilà pourquoi le cynisme qui accueille l’attribution du Nobel de la paix à des va-t’en-guerre montre son nez quand on couronne de la même manière (c’est-à-dire avec l’argent d’un fabriquant d’armes) la chimie des plastiques, le génie génétique ou la rationalité économique de l’esclavage. L’épuisement de la croyance à l’égard des révélations scientifiques est une forme de désertification des esprits qui résulte de la surexploitation de la confiance du public; et la formation d’une planète du scepticisme (ou de la damnation assumée) fait partie de la crise écologique.

Tout cela revient à dire que la crise écologique, qui n’est pas tombée du ciel, jette une lumière accablante sur l’ensemble de notre civilisation, en commençant par le système économique qui en est devenu le moteur. Mais cela revient aussi à dire que nous n’avons pas le choix et que nous devons continuer à faire des distinctions avec les instruments mêmes qui tendent à les embrouiller; que nous devons, par exemple, distinguer dans notre avenir ce qui ne peut déjà plus être changé de ce qui pourrait encore l’être et choisir, parmi ce qui reste théoriquement possible, des objectifs réalistes au regard des ressorts pratiques (culturels, moraux, politiques et techniques) de l’action collective. Or, tout le problème se tient exactement là: qui peut prévoir de quoi il sera capable avant même de sortir de son ordinaire pour s’engager dans une entreprise inédite? La jeune femme qui a traversé l’Atlantique à la rame a commencé par «croire» que la chose lui était possible et c’est avec ce fragile appareillage «moral» qu’elle s’est jetée à la mer pour réapparaître, transformée par l’expérience, quatre mois plus tard à Lorient. Le passage à l’acte de ce qui est en puissance n’est pas une partie de Tic-Tac-Toe vouée à la nulle; et le possible reste une simple «possibilité» tant qu’une subjectivité ne s’y est pas investie. Voilà qui me ramène à votre jugement sur le Pacte: vous dites que la mesure législative qu’il propose est dérisoire et qu’elle serait «presque» parfaitement sans effet. On croirait presque ici que vous détenez déjà la preuve que le voyage est impossible. Alors que la proposition en question vise essentiellement à nous convaincre de mettre collectivement le pied à l’étrier, on dirait que vous savez déjà que ce brave Don Quichotte, «qui fait abstraction des chiffres», n’ira nulle part sur sa Rossinante approximative.

Le Pacte accorde pourtant à la science toute l’importance qu’il est possible de lui accorder sans la divorcer de l’expérience commune; il souligne de manière raisonnable le consensus des chercheurs et il invoque les faits qui accréditent d’ores et déjà les pronostics antérieurs. Maintenant que le commun des mortels peut lui-même faire l’expérience pratique des transformations que la théorie lui annonce depuis plusieurs décennies, le Pacte prend appui sur cette convergence entre les vérifications communes, d’une part, et l’échec des efforts de falsification des négationnistes, de l’autre, pour rappeler que le changement climatique (commençons par là) n’est plus une hypothèse et que le caractère dramatique de ses effets est avéré. Mais il refuse, et j’ai le sentiment que c’est ce que vous lui reprochez, de s’engager dans la recherche et l’exposé d’une solution technique globale. Il est clair, en effet, que le Pacte évite de s’engager vraiment sur la question de savoir si la fin est commencée, si le point de bascule est atteint, si les feedback galopants sont enclenchés, tout comme il est clair qu’il s’interdit d’en déduire les cheminements critiques, les calculs de tonnage, les échéanciers d’étape, les mesures de mitigation, le décompte des années, les innovations techniques et les changements de régime (alimentaires et politiques) qui devraient faire partie du méga-programme d’atténuation;  il se contente de conforter l’un par l’autre les mesures factuelles les plus robustes et l’expérience communes et il évite de soulever contre lui l’alliance désastreuse du scepticisme scientifique ordinaire («toute proposition sur l’avenir a la forme d’une hypothèse, falsifiable mais non démontrable») et du fatalisme post-humain («la nature s’arrangera mieux sans êtres humains»). La crise écologique n’est pas un problème local dont les variables chiffrées pourraient être isolées par quelques majestueux ceteris paribus et rendu possible d’une solution qui aurait la forme d’une sorte de Gossplan soviétique. Elle est le fait d’un système (non-linéaire) dont l’évolution est déterminée mais non prévisible. Dans ce contexte de calculabilité limitée, nous devons certes garder l’œil sur toutes les choses incertaines qui ne deviennent certaines qu’avec le passage du temps, nous devons aussi éviter de placer dans les chiffres tous nos efforts de connaissance. L’action pratique est la mère de toutes les formes de l’apprentissage, la seule que la réflexion théorique puisse inspirer en en faisant la critique. Si nous voulons apprendre, et ne pas simplement être exposés à des enseignements qui se contredisent, il nous faut entrer dans l’action. Maintenant. Et cesser d’espérer qu’un gouvernement, un comité, une conférence, une organisation, une agence ou une révolution nous fournisse bientôt une vision cohérente de la société de l’avenir, accompagnée du plan d’ensemble des mesures à prendre au fil du prochain demie siècle pour mitiger les catastrophes.

Les auteurs du Pacte postulent que la seule manière de se mettre en route quand la destination est incertaine et que le chemin n’est pas tracé est de s’en remettre à chaque embranchement à une préférence systématique pour la branche qui nous éloigne des causes du problème. Il n’est pas nécessaire de savoir où mettre la main pour l’éloigner du feu. Il faut rapporter sur chaque carrefour et sur chaque décision, grande ou petite, privée ou publique, la distinction entre ce qui nous enferme dans le pétrole (et dans la pollution et la surconsommation) et ce qui nous en éloigne, et il faut faire descendre les grands arbitrages globaux, qui ne savent ni quels buts viser ni comment les viser, dans toutes les inflexions de la pratique où les choses bien concrètes qu’il faut éviter comme la peste se désignent à l’évidence. Un peu comme c’est le cas pour la puissance du « négatif » dans la dialectique du discours (mille occurrences positives ne prouvent pas l’hypothèse générale qui les attend, une seule occurrence négative la réfute), il est plus facile de s’entendre sur les choses particulières qu’il faut éviter que sur la constitution d’ensemble du monde dont on voudrait. De tels arbitrages négatifs, qui formeraient dans l’ensemble un processus itératif et réflexif, déboucheraient tout naturellement sur des hiérarchies pratiques et sur des choix de grande portée: on peut, sans contradiction, préférer qu’une mesure (une loi, une invention, une infrastructure, une campagne d’éducation, etc.) pousse la consommation vers A plutôt que vers B (vers une forme d’énergie plutôt que vers l’autre, disons), en adopter une autre qui favorise la réduction globale de ce type de consommation plutôt  que de l’accroître et une autre encore qui redistribue fiscalement les coûts des changements sur les diverses catégories de revenus.

Les accords portant sur les choses à éviter ayant valeur en eux-mêmes, ils ne dépendraient que marginalement les uns des autres et absolument pas d’un plan d’ensemble. On pourrait y entrer en désordre ou en mosaïque et profiter des effets de combinaison inopinés. Cependant, aucun arbitrage sociétal de ce type ne pourrait être possible sans avoir force de loi et sans que ses conséquences sur l’inégalité sociale ne soit prises en charge par l’État. Quand vous dites que l’engagement d’un gouvernement à soumettre ses lois et ses décisions à ce double examen (écologique et fiscal) serait presque sans effet, je redoute que vous ne teniez pas compte de l’engagement lui-même, des attentes et des mobilisations qu’il susciterait et des effets d’apprentissage qu’il rendrait possible. A mesure que l’on s’engage plus profondément dans un cours d’action, on découvre simultanément les limites de cette action et la nature véritable de la «réalité» qui lui fait échec. Mais on découvre aussi les possibilités et les alternatives que cet engagement à ouvert, de même que la porte étroite vers où il faut faire porter ses espérances. Les mesures proposées par le Pacte seraient certes «insuffisantes» mais c’est précisément cette insuffisance qui nous ferait découvrir l’ampleur du problème.

C’est précisément là ce que vous essayez vous-même de nous faire comprendre, d’une manière admirable, avec acharnement et sans illusion, et il me semble que vous ne devriez pas négligez l’aide des signataires du Pacte.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

«Le monde avance en somnambule vers la catastrophe»

Voilà la récapitulation d’Alison Martin, directrice des risques à la compagnie d’assurance Zurich Insurance Group, commentant les travaux de son groupe pour le Forum économique mondial…

Je dois bien avouer que j’ai de plus en plus de difficulté à lire les innombrables documents qui prônent ou présument, comme si rien n’était, la poursuite de la croissance à l’échelle planétaire – et toujours dans son pays à soi en priorité. Récemment, j’ai eu l’occasion de lire le 14e dans la série d’analyses de risques produits par Le Forum économique mondial de Davos; j’en ai déjà lus et commentés plusieurs des autres (dont celui-ci de 2015 et cet autre de 2018).

«Un monde en mal de solutions collectives»

Le portrait de la situation (voir les figures I et II) – et c’est un effort de faire un portrait de toute notre civilisation, de l’ensemble des risques qui la menaçent – se ramène, plus ou moins explicitement, à la globalisation, dont quelques brefs passages suggèrent que les auteurs sont conscients de quelques défaillances. Il y a beaucoup de références à la Quatrième Révolution industrielle, le tout suivant finalement l’effort de constater les tendances lourdes de nos systèmes économiques, sociaux et écologiques.

Davos 2019 fig I

Fait notable: le document souligne l’échec de la COP21 et de l’Accord de Paris, dont le respect, loin de se concrétiser, nous mettrait face à des catastrophes climatiques, alors que les tendances nous mènent vers un dépassement d’une hausse de température de 2°C.

Finalement, ce qui caaractérise ces rapports (peut-être les meilleurs que je connais), dont celui de cette année, est la vue globale qu’ils offrent, couvrant non seulement les risques et tendances économiques, mais également ceux sociaux et environnementaux. Dans le rapport lui-même, un accent est mis sur les interractions entre l’ensemble des menaces, et il faut bien reconnaître que notre fixation sur les changements climatiques (et les GES dont il faut réduire dramatiquement les émissions) oublie de se situer dans l’ensemble.

Les risques environnementaux ne représentent pas ce à quoi les participants à Davos portent naturellement le plus d’attention, mais cela fait plusieurs années qu’ils représentent, presque en dépit de leur vision, la menace dominante. Pour 2019, les risques environnementaux représentent trois (sur cinq) des risques les plus probables et trois (sur cinq) des risques les plus importants en termes d’impacts, ce qui fait un portrait fort en vert… (voir la figure I ici et la figure IV dans le document). Reste que le document de Davos insère tout dans un complexe d’interactions (voir le figure III dans le document) qu’il ne faut pas perdre de vue.

Davos 2019 fig II

Le document souligne en même temps l’absence de toute indication d’un renversement des tendances, cela dans un contexte qui présente cet ensemble de risques comme comportant même des tendances lourdes qui vont dans de mauvaises directions. Le 17 janvier dernier, Éric Desrosiers a consacré son analyse hebdomadaire dans Le Devoir à «un monde en mal de solutions collectives». Suivant dans la même veine plusieurs interventions depuis maintenant plusieurs années, dont les miennes, il cite la directrice des risques à la compagnie d’assurance Zurich Insurance Group en commentant le travail: «Le monde avance en somnambule vers la catastrophe» et poursuit:

«Nous nous enfonçons plus profondément encore dans des problèmes mondiaux dont nous aurons bien du mal à nous extraire». Nourrie, entre autres, par le fossé grandissant entre riches et pauvres, la polarisation du débat politique, l’impact des transformations économiques et technologiques et un mal-être croissant, cette tendance au repli sur soi, aux guerres commerciales et au rejet des règles internationales risque même de s’aggraver avec le ralentissement économique qui se dessine dans le monde.

Desrosiers est frappé par ailleurs par la nouvelle section portant sur ce que le rapport appelle les Future Shocks:

Nous vivons dans un monde où un problème peut rapidement en entraîner un autre de façon imprévisible et incontrôlable, préviennent les auteurs du rapport. «La complexité et l’interconnexion croissantes des systèmes mondiaux peuvent entraîner des boucles de rétroaction, des effets de seuil et des perturbations en cascade.»

Il s’agit d’un des sept stress tectoniques de Homer-Dixon dans The Upside of Down de 2006.

Il n’y a plus de héros pour l’élite globale de plutocrates

Ce n’est pas seulement un journal comme Le Devoir qui reconnaît des problèmes grandissants avec les risques, et avec les efforts de Davos de promouvoir un avenir tenant compte de ces risques à travers le maintien de la globalisation et le modèle économique fondé sur la croissance. Le Financial Times y est allé avec une chronique de Gideon Rachman le 28 janvier intitulée «No more heroes for the global elite»

For the past 30 years, Davos has been the best place to monitor the ideas and crazes that were exciting the rich and powerful [des plutocrats, indique Rachman]. It is the place where elite consensus was both formed and promoted…

La chronique passe en revue plus d’une dizaine d’années de reconnaissances par le Forum de leaders politiques, d’innovations technologiques, de perspectives économiques, pour insister qu’il n’y en a aucune qui a résisté à l’épreuve du temps, même assez court.

In the past, when politicians have seemed particularly hopeless, Davosites have turned to industry for inspiration. But the tech groups are mired in controversy and the future they represent looks increasingly dystopian. Davos is also the place where legacy industries rebrand themselves as futuristic. Oil companies talk about renewables and car companies show off their electric vehicles. But this year, the oil companies are reeling from shareholder divestment drives and the German car companies are still struggling with the aftermath of the diesel scandals. So there was no cheer to be found there. It seems as if the world has disappointed Davos. But, then again, maybe Davos has disappointed the world.

C’est un portrait tout à fait en ligne avec le rapport sur les risques. On constate que la paralysie qui semble dominer les différents gouvernements et sociétés de la planète face aux risques esquissés caractérise assez bien ces mêmes institutions réunies de par leurs élites au Forum de Davos.

Une autre version de l’effondrement qui s’approche?

Il est presque aussi déstabilisant de chercher toutes ces pistes situant l’effondrement possible qu’il est de suivre l’élite ploutocrate dans ses efforts de stimuler la croissance, dont à prime abord ceux de tous les intervenants économiques pour qui c’est l’object primordial, inscrit dans leurs travaux qui n’ont souvent rien à voir explicitement avec cela mais qui en dépendent de façon inéluctable. Les carences de plus en plus graves du modèle économique (néoclassique, et non seulement néolibéral) se trouvent plus ou moins clairement dans presque tous les risques présentés.

Je n’ai pas suivi avec soin les reportages nous faisant part des activités de l’élite pendant la rencontre même de Davos, marquée cette année par l’absence de plusieurs leaders politiques retenus chez eux par des perturbations sociales de différentes sortes. Même si celles-ci semblent spécifiques à chaque situation, détaillées par Rachman, tout – comme l’élection de Trump – semble souligner des failles dans les sociétés plutôt que le choix d’un véritable leader. L’ensemble des situations rentrent presque directement dans l’instabilité et les menaces détaillées par le rapport sur les risques, plutôt que des indications de poussées vers des solutions.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

À corriger: l’absence d’un portrait face aux défis définis par le GIÉC

En décembre dernier, Le Soleil et La Presse+ ont publié mon texte «Changements climatiques et inégalités: La paralysie de la société s’expliquer par l’inimaginable», un article où j’esquissais, partant des analyses de mon livre, les énormes défis devant nous et qui ne seront pas relevés tellement les exigences seront grandes et allant dans le sens contraire à des décennies de comportement dans nos sociétés riches. Finalement, nous ne sommes même pas capables d’imaginer ce qui s’en vient.

Le 17 février, La Presse+ a publié «Le troisième lien et l’avenir de l’auto», un deuxième article constituant un effort de rendre imaginable  – mais à peine – la situation qui se présente au Québec face aux défis chiffrés par le GIÉC pour respecter au moins notre part dans l’effort d’y répondre.

La mobilisation récente autour du Pacte de Dominique Champagne et de la Déclaration d’urgence climatique (DUC) se fait presque en abstraction des chiffres définissant les défis. C’est certainement le cas pour le Pacte, et le projet de loi conçu et diffusé dans les derniers mois par deux avocats de la société civile, une sorte de concrétisation du Pacte, propose d’encadrer des gestes du gouvernement en partant des engagements de ce dernier, beaucoup trop faibles pour répondre à presque quoi que ce soit. La DUC fournit une référence en bas de la dernière page à l’ouvrage récent de Paul Hawken, Drawdown, qui quantifie un ensemble de mesures proposées, en bonne partie, depuis des années, mais se situe directement dans le grand effort en place depuis ces années à effectuer les changements (énormes) requis. Je présente dans mon livre mes raisons pour croire que cet effort a échoué.

Ce deuxième article part donc avec la seule analyse que je connais des implications d’un respect des objectifs établis par le GIÉC et inscrits dans ceux du gouvernement de l’époque. Assez simplement, le Québec devrait planifier la disparition de son parc de véhicules privés d’ici environ 2030. Il s’agit d’un résultat impliqué dans les projections de Tony Seba, suivant l’arrivée de la technologie perturbatrice du véhicule électrique autonome, mais, presque peu importe la justesse de ces projections, d’autres phénomènes dont je parlais dans le premier article et dans mon livre risquent d’imposer ce résultat en dépit des résistances fortes de la population.

En vérifiant les données sur la production du pétrole pour mes travaux, je suis retombé sur le graphique clé de mon livre et qui présente la portrait venant de l’Agence internationale de l’énergie de l’OCDE quant à la production – disons la disponibilité – d’un pétrole capable de répondre à nos besoins, cela d’ici 2030. Pas surprenant, il ne s’y trouve pas beaucoup de nouvelles pour les projections venant de 2014 par rapport au graphique partant des données de 2008 que j’ai utilisé…

https://www.planetoscope.com/petrole/559-production-mondiale-de-petrole.html

Sources de la production de pétrole pour pouvoir en 2030 répondre aux besoins tels que projetés. L’auteur du graphique ajoute: «Pour compenser le déclin des zones de producion de pétrole traditionnelles en décln, il faudrait creuser assez de puits pour fournir l’équivalent de deux fois la production de pétrole de l’Arabie saoudite, soit 20 mb/j !

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »