Économie verte, économie sociale et l’avenir

La Maison de développement durable (MDD) à Montréal, où logent plusieurs organismes environnementaux et autres, a lancé le 12 septembre une série de mini-colloques pour l’automne avec un premier sur le thème «L’économie verte et l’économie sociale: une vision d’avenir pour le Québec?». L’événement est maintenant en ligne (durée de deux heures et demie) et je l’ai visionné.

On ne sait pas s'il s'agit d'une aube ou d'un crépuscule, pas plus que le Manifeste Élan global...

Pour le dialogue, on ne sait pas s’il s’agit d’une aube ou d’un crépuscule…

Il s’agissait finalement d’une incarnation du groupement SWITCH, suivant une tradition de recherche de compréhension mutuelle et de compromis entre les différents secteurs de la société espérant réorienter les activités de celle-ci. La société civile est bien habituée à ce type d’activité maintenant, et les représentants du secteur économique, également habitués, étaient présents et capables de s’exprimer bien correctement dans le langage du développement durable plus proche des secteurs environnentaux. Une intervention de Pierre-Alain Cotnoir, dans  l’assistance, après près de deux heures de présentations et d’échanges au panel, soulignait que personne n’avait mentionné le modèle du capitalisme, problème de fond derrière les propos, et suggérait – contrairement à ce qui filtrait des discussions – que l’économie sociale ne va pas vivre à côté du capitalisme dans la nouvelle société que le panel entrevoyait, mais va le remplacer. L’intervention a suscité une série de réponses passant proche de lui donner raison.

Un nouvel échéancier, de nouveaux objectifs – quantifiés

Les participants à la table ronde insistaient sur la nécessité de changer le «modèle» actuel, mais il était bien difficile de voir (i) leur compréhension du modèle qu’il faut changer, finalement le modèle du capitalisme, et (ii) le modèle qu’ils jugaient nécessaire pour répondre aux crises qu’ils reconnaissaient présentes; on doit bien présumer que Yves-Thomas Dorval du Conseil du patronat (et probablement Jacques Létourneau de la CSN) faisaient exception à cette conception de la situation, à travers un langage plutôt consensuel. Par ailleurs, il n’était pas évident dans les interventions de Jean-Martin Aussant, directeur général du Chantier de l’économie sociale, qu’il voyait ce secteur remplacer le capitalisme dans le nouveau modèle. Le même problème s’est manifesté dans Dépossession de l’IRIS l’an dernier.

Karel Mayrand était peut-être le seul à souligner que les scientifiques nous donnent un échéancier de 10 ans – c’est la «décennie zéro» de Naomi Klein – pour effectuer le changement de modèle en cause; il insistait sur les crises en biodiversité, et il aurait été intéressant de voir comment il insère la question des changements climatiques dans son calcul, alors que nous voyons déjà un dérapage du gouvernement canadien dans le dossier (voir mon dernier article), face à l’Accord de Paris. C’est finalement cette question qui marque une nouveauté dans les défis aujourd’hui: le GIÉC nous a donné un objectif en termes d’émissions maximales de GES, et un échéancier qui accompagne les réductions massives qui sont en cause. Des chercheurs québécois nous ont fourni des perspectives quantifiées sur ces calculs du GIÉC.

Nulle part dans la discussion, qui suit une tradition qui remonte aux tables rondes qui ont marqué les suites du rapport Brundtland au Canada pendant les années 1987-2007, les participants n’ont-ils souligné ce qui doit distinguer nos travaux aujourd’hui dans l’idée de changer le modèle dont il est question: les crises ne doivent plus être reconnues comme étant presque éternelles, et nous avons maintenant une assez bonne idée de leurs limites et de l’échéancier qui s’impose. Une telle prise en compte va carrément à l’encontre du maintien du dialogue traditionnel comme celui de la table ronde à la Maison de développement durable. J’ai essayé de nous mettre devant notre inconscience à cet égard dans ma réflexion sur le manifeste Grand bond vers l’avant

Condamnés à la cohérence

François Tanguay, ancien commissaire à la Régie de l’énergie, a commenté le mini-colloque de la MDD par un article dans Le Devoir de samedi le 17 septembre, «Condamnés à la cohérence?». Tanguay prend la surconsommation comme cible principale pour sa réflexion, plutôt que le modèle capitaliste, et se lance dans ce qui semble être une suite aux échanges à la MDD. La réflexion change rapidement, en revenant à la question du type d’économie que nous devons cibler. Et il souligne jusqu’à quel point nous sommes nous-mêmes impliqués profondément dans la surconsommation qui marque le modèle capitaliste et qui nous condamne à des changements dans l’économie actuelle dont n’imaginaient même pas les panelistes du 12 septembre. Tanguay note que Laure Waridel et Karel Mayrand ont souligné l’importance de la surconsommation dans le portrait contemporain, mais ne suggère pas que ceux-ci vont beaucoup plus loin que «nos politiciens ou économistes de haut vol» [qui] ne mentionnent pas nos incohérences. Pour Tanguay, la population qui doit changer pour qu’il y a changement de modèle continue de «vivre dans le confort et l’indifférence», finalement, dans l’inconscience. Le panel a conclu ses échanges en insistant sur la nécessité de maintenir un ton positif, sinon jovialiste, dans les interventions…

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Orientations en matière d’énergie et de transport: échec structurel

Mi-août, Pierre-Olivier Pineau est intervenu pour souligner que les objectifs d’efficacité énergétique fixés par le gouvernement ne seront atteints qu’à un niveau d’environ 40%. Début septembre, Pineau revient avec une collègue des HEC en publiant un rapport formel sur ce qui semble être une incapacité structurelle d’atteindre les objectifs en matière énergétique. En effet, la situation n’est pas nouvelle, remontant aux années 1990. Et clé dans la nouvelle politique énergétique 2016-2030 dévoilée en avril dernier est un (nouvel) objectif d’une amélioration de l’efficacité énergétique de 1% par année pendant cette période.

444. circulation normale, difficile à imaginer si tout le monde était en auto; et à ne pas oublier le stationnement des motos sur les trottoirs et un peu partout

La voiture personnelle n’est pas le seul moyen de transport pour les populations.

Politique énergétique floue

Dans cette politique, on voit la même faiblesse structurelle face aux transports, ciblés à plusieurs égards mais visant – en cherchant avec soin – l’objectif d’un million de voitures hybrides et électriques en 2030 dans une flotte qui aurait augmenté de 4,5 millions de véhicules en 2015 à 5 millions en 2030; l’électrification laissera une flotte de 4 millions de véhicules mus aux combustibles à la fin des 15 ans.[1] Pour regarder de nouveau ce dossier, nous reprenons, trois ans plus tard, des échanges d’octobre 2013 sur l’électrification des transports qui semblent se résumer aujourd’hui au constat que l’absence de tout progrès dans le dossier du coté gouvernemental, jointe à la baisse (finalement dramatique) du prix du pétrole en place depuis deux ans, suggère assez fortement que nous nous approchons du mur.

En dépit d’un discours qui laisse entendre le contraire, la politique énergétique d’avril 2016 se garde soigneusement d’intervenir – sauf quelques exceptions sectorielles – dans les marchés, voire dans le comportement des individus. C’est le modèle socio-économique actuel dans sa forme peut-être la plus pure. Et le ministre des Affaires autochtones Geoffrey Kelley souligne dans sa note à la brochure de présentation que les communautés autochtones manifestent leur intérêt grandissant à prendre part à des projets de développement économique. L’adhésion au modèle serait donc presque unanime, selon les quatre ministres qui fournissent un aperçu au début de la brochure; il est presque définissant que le ministre de l’Environnement (et des Changements climatiques…) n’y figure pas. Finalement, dans ce qui paraît comme une inconscience presque totale, le Premier ministre note qu’il faut «tirer profit de cette situation de transition… La mise en valeur responsable de nos ressources énergétiques est indispensable à la vitalité économique du Québec. … L’énergie des Québécois est une source de croissance».

À travers tout ceci, les groupes environnementaux maintiennent leur volonté de participer à un ensemble de consultations en matière d’énergie marquées sans beaucoup de nuances par le modèle économique qu’il faut rejeter – avant qu’il ne s’effondre de lui-même. Que ce soit devant la Régie de l’énergie ou l’Office national de l’énergie, la mobilisation de la société civile se fait piéger par une inertie sans failles pour le développement économique défini par le modèle dominant. La «transition» exige autre chose, et voilà une source de préoccupation pour le flou dans le discours de la société civile sur cette «transition», auquel nous reviendrons.

Responsabilité du ministère des Transports

Dans un article paru dans Le Devoir du 9 septembre, Karel Mayrand, directeur général de la Fondation Suzuki, intervient face aux dérapages sociétaux en matière de transports, sans montrer beaucoup de reconnaissance de l’histoire du dossier qu’il connaît néanmoins très bien. Mayrand est également identifiée comme membre du comité-conseil sur le climat du gouvernement du Québec, et son intervention veut souligner l’absence d’objectifs adéquats en matière de transports en ce qui a trait aux changements climatiques, une situation qu’il décrit comme «surréaliste». Il souligne l’absence du ministre des Transports lors de l’annonce de la politique énergétique en avril dernier; il aurait pu aouligner aussi son absence dans la brochure de présentation de la politique, alors que quatre autres ministres y participaient à la mise en scène.

Curieusement, Mayrand insiste sur la responsabilité du ministère des Transports (et de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports…) dans les dérapages qu’il détaille: la croissance sans cesse du parc automobile; la dominance finalement acquise par les VUS dans le portrait des ventes; l’augmentation importante de la part des transports dans le budget des ménages; l’augmentation des émissions de GES due aux transports alors qu’il y a eu diminution dans tous les autres secteurs.

Résultat: les ménages paient de plus en plus cher pour produire de plus en plus de pollution dans d’interminables bouchons de circulation. La congestion routière est devenue endémique dans les régions métropolitaines de Montréal et de Québec, générant des coûts économiques de l’ordre de 2 à 3 milliards par an à Montréal seulement. Comment pourrait-il en être autrement alors que le nombre de véhicules croît exponentiellement et que le réseau routier est déjà saturé?

Le reste de l’article de Mayrand porte sur le manque de leadership du MTMDET et l’absence d’un «coup de barre» de sa part pour enfreindre ces tendances surréalistes: «le ministère n’a aucun objectif de réduction des émissions de GES, aucun objectif de diminution de la consommation de pétrole, et aucun objectif visant à contrôler la demande routière. Il se contente de gérer l’offre.» Il faut mettre un plus important accent sur le transport en commun, poursuit Mayrand, même devant l’évidence que les tendances surréalistes rendent cela un vœu pieux.

Contrairement à la plupart des minstères, il faut travailler pour trouver son mandat et son organigramme sur le site du MTMDET, mais ils s’y trouvent. On y découvre que «le Ministère élabore et propose au gouvernement des politiques relatives aux services, aux réseaux et aux systèmes de transport. Ces dernières se concrétisent par les activités suivantes [dont, en premier lieu] la planification, la conception et la réalisation des travaux de construction, d’amélioration, de réfection, d’entretien et d’exploitation du réseau routier et des autres infrastructures de transport qui relèvent de sa responsabilité.»

Rien n’empêche donc le Ministère d’élaborer et de proposer des politiques relatives aux transports et de les proposer au gouvernement, mais c’est le gouvernement qui doit prendre les décisions à cet effet et – le cas échéant – demander au Ministère d’élaborer les politiques qu’il juge manquantes. Ce serait théorique, tellement ce Ministère, comme celui du ministère des Affaires municipales (et de l’Occupation du Territoire…), ont perdu leur expertise interne pour la conception de politiques, cela aussi dans la plus pure forme du modèle socio-économique actuel. Pour Mayrand, ce qu’il faut est de

changer de paradigme et se doter de véritables outils de gestion de la demande. [Le Ministère] doit se doter d’objectifs de transfert modal, de diminution du nombre de véhicules qui circulent sur nos routes et du nombre de kilomètres qu’ils parcourent, favoriser l’achat de véhicules de plus petite taille, favoriser le covoiturage pour augmenter le ratio passager/véhicule, et mieux gérer les pointes par des tarifications intelligentes. Mais plus encore, il doit systématiquement prioriser les transports collectifs pour offrir de véritables solutions, performantes et abordables, aux résidants des zones périurbaines et des régions du Québec qui n’ont pas accès à des transports collectifs dignes de ce nom.

Ouf, rien que cela!

En fait, c’est tellement de la répétition de revendications de longue date qu’il est surprenant que Le Devoir ait choisi de publier le texte. C’est clair, et cela depuis les décennies que de telles propositions sont faites pour les groupes environnementaux aux différentes instances gouvernementales, qu’un changement de paradigme s’impose. Ce qui est tout aussi clair est que ce n’est pas au ministère des Transports de «sortir de son immobilisme pour remettre l’ensemble du Québec en mouvement». Cela est clairement la responsabilité de l’ensemble du gouvernement, et on doit noter à cet égard que le comité-conseil sur le climat ne relève pas du ministère des Transports (et de Mobilité durable et de l’Électrification des transports) mais du petit ministère de l’Environnement (et des Changements climatiques), alors qu’il devrait aussi clairement relever du Conseil exécutif. Depuis l’échec de Paris en décembre dernier, les enjeux touchant l’énergie et les changements climatiques figurent parmi les priorités de tout gouvernement conscient des défis.

Pour le gouvernement Couillard, par contre – et non seulement son MTMDET – , le changement de paradigme doit se faire en ciblant la priorité incontournable de la croissance, comme le souligne le titre de la brochure de la politique énergétique: L’énergie des Québécois: source de croissance. En ce sens, la politique nous ramène à celle implicite dans le document de consultation de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, La réduction des gaz à effet de serre et l’indépendance énergétique du Québec, probablement écrit par les mêmes personnes mais qui cachait moins bien que la récente brochure les grandes orientations gouvernementales qui ont déterminé qui se présente dans la brochure. Il est juste surprenant que le ministre des Finances n’y soit pas…

La population dans tout cela ?

À cela doit s’ajouter un autre constat, totalement absent du texte de Mayrand: le surréalisme dans les transports et en matière de changements climatiques découle dirctement de la volonté de la population d’adhérer au paradigme actuel. Ce n’est pas le gouvernement qui les incite à acheter les VUS, à préférer la congestion au transport en commun, à montrer si peu d’intérêt pour les véhicules électriques. La situation décrite par Mayrand représente le grand succès du paradigme actuel, avec une adhésion de la population et des gouvernements successifs à ses objectifs plutôt qu’à ceux proposés. Que les ménages paient de plus en plus cher pour leurs transports et que les gouvernements n’atteignent pas leurs objectifs, cela fait partie du paradigme actuel.

En 2013, Pierre-Olivier Pineau terminait son texte:

La voiture électrique, plutôt que d’aider à modifier notre rapport à l’auto, continue de nous ancrer dans le paradigme «automobile» qui définit notre société. Or, une telle organisation sociale contribue à réduire notre activité physique en limitant nos déplacements actifs, et n’est pas sans impact sur l’épidémie d’obésité, les maladies cardiovasculaires et les accidents de la route. Dans cette perspective, il serait plus productif de chercher à réduire l’usage de l’auto solo que de simplement changer le carburant.

Enfin, la mobilité individuelle basée sur l’automobile réduit l’accès aux services (magasins, institutions scolaires, établissements de santé, etc.) de ceux qui n’ont pas de véhicule, soit les plus pauvres de la société. Une plus grande équité passerait par une meilleure accessibilité, requérant un urbanisme renouvelé bien plus que des bornes électriques.

L’électrification des transports coûte cher, n’aide en rien à l’atteinte des objectifs de réduction des GES pour 2020, et contribuera autant à la détérioration de la santé de la population et à l’inégalité des chances. Il est temps de court-circuiter ce projet et de se donner vraiment les moyens de réduire la consommation de pétrole, tout en augmentant la mobilité de tous.

Pineau y trace des éléments du portrait d’une nouvelle société, sevrée de l’automobile privée, cela sans même parler des enjeux autrement plus dramatiques qui y sont associés. Est-ce imaginable – comme le souhaite Mayrand dans les implications de ses revendications – que les Québécoises soient prêtes à abandonner leurs automobiles, les Québécois leurs camions légers (ou vice versa)? Notre réponse au défi des changements climatiques exige cet abandon, mais il n’y a aucune raison de penser cela possible. M. Couillard avait une bonne idée de cela en encadrant sa politique énergétique, qui n’intervient pas dans le comportement des individus derrière le surréalisme de ses impacts. Mon rapport de vérification de 2008, «Planification du transport et de l’aménagement dans la région métropolitaine de Montréal», montrait ce qui était déjà connu, l’incapacité structurelle de la société à gérer ce défi.

Mayrand était à Midi-Info de Radio-Canada le 12 septembre en notant que le nouveau gouvernement libéral à Ottawa va maintenir l’objectif du gouvernement Harper décrié comme beaucoup trop limité pour son éventuel plan d’action sur les changements climatiques, et qu’il reste encore un mystère comment le gouvernement du Québec va chercher à atteindre son propre objectif; Mayrand ne manifestait pas une reconnaissance du drame inhérent dans cette situation, également surréaliste dans le cadre laissé par l’échec de Paris.

 

 

[1] Cela fait que 20% de la flotte n’émettra à peu près pas de GES en 2030, laissant 80% posant les mêmes défis qu’aujourd’hui. Cette flotte émet environ le tiers des émissions globales de la province, et le Québec se trouverait donc, à la fin de la période couverte par la politique énergétique, avec le secteur ayant le quart des émissions n’offant que peu de chances de participer aux réductions massives et dramatiques nécessaires pour respecter l’Accord de Paris, ou même celles de l’engagement québécois, soit une réduction de 37,5% d’ici là. Finalement, ceci montre jusqu’à quel point un plan d’action en matière de changements climatiques n’est pas intégré dans la politique énergétique.

 

 

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Économie circulaire: confusion et déni

La liste est longue des expressions signfiant notre espoir et notre volonté de maîtriser les menaces qui risquent de faire sombrer notre civilisation: développement durable (la doyenne), économie verte, société non extractiviste, simplicité volontaire, économie circulaire… Une récente intervention de Christian Arnsperger et Dominique Bourg cherche à distinguer cette dernière expression de la «croissance verte» avec laquelle elle est souvent confondue (selon les auteurs). «Vers une économie authentiquement circulaire : Réflexions sur les fondements d’un indicateur de circularité» consacre une section complète à cet effort de distinguer les deux.

DSC01674.JPG

Rien de plus circulaire qu’un village paysan en Asie…

Le recyclage n’est pas la réponse

«Nos difficultés environnementales actuelles», insiste Bourg et Arnsperger, ne relèvent pas de phénomènes de pollution mais bien plutôt des fondements extractivistes de notre civilisation. Cela nécessite une approche non pas de produire autrement, mais de produire moins. Ils appellent, suivant en apparence Wijkman et Rockström (Bankrupting the Earth), à «une remise en cause fondamentale de la croissance comme principe d’organisation de l’économie et de la société» (94). La question en est une de dégré, disent-ils, pour se distinguer de la croissance verte.

Les auteurs identifient donc de nouveaux paramètres du développement économique et présente à travers leur rejet de ce concept une version réduite de l’économie verte. Le document survole l’ensemble des orientations identifiées depuis longtemps comme nécessaires pour atteindre une certaine «dématérialisation» du développement. Comme Heinberg et Fridley dans le document analysé dans mon dernier article, ils se montrent réticents à affronter les défis d’une décroissance littérale, même s’ils utilisent le terme et aboutissent dans leur analyse à la nécessité d’accepter une telle orientation. Finalement, cette réticence s’insère dans la volonté des auteurs dans leur présentation «à [rester à] un plus grand niveau d’abstraction et de généralité afin de mettre en évidence certains des principaux aspects, enjeux et questionnements» (95). Le thème du livre dans lequel se trouve leur article est l’identification et le développement d’indicateurs pour le développement, mais leur article sert bien plutôt à fournir justement le portrait de l’économie circulaire.

Il faut lire avec attention pour bien saisir la présentation que les auteurs veulent faire, parce que, à travers une multitude de distinctions et en dépit des conclusions auxquelles ils arrivent, ils ne proposent pas, finalement, la décroissance de Wijkman et Rockström, mais plutôt une croissance faible ou, à la limite, une «économie stationnaire» (110). La fin de la citation suivante marque la nécessité de les suivre avec attention.

Le but fondamental de la circularité est double : d’une part, une production sans déchets (donc entièrement recyclable) à niveau donné de consommation finale; d’autre part, une consommation finale évoluant de telle sorte que la somme à travers le temps – ou, mathématiquement, l’intégrale – des augmentations ou diminutions nettes de flux de ressources (à chaque fois, par hypothèse, recyclés entièrement) soit inférieure ou égale au stock total disponible. (108)

Suit une analyse, appuyée sur le travail intéressant de François Grosse (Futuribles, juillet-août 2010; SAPIENS, 2010;  SAPIENS, 2011), qui démontre des erreurs fondamentales dans la volonté de cerner ce «stock total disponible» en ciblant le recyclage de nos déchets pour éviter de subir les conséquences de notre consommation. La mise en scène pour les auteurs est établie plus tôt :

Une bonne performance momentanée en termes de circularité qui laisserait intactes les forces inhérentes poussant à la croissance – ou, pire, se servant de l’efficience énergétique et du recyclage comme moyens de dégager de nouvelles marges de croissance dans un système qui en a besoin – serait trompeuse quant au caractère structurellement et durablement circulaire d’une économie. (107)

Il y a, en effet, deux limites dans la volonté de recourir au recyclage: d’une part, il est impossible de tout récuperer pour ensuite faire le recyclage; d’autre part, une croissance de l’extraction qui dépasse le 1% d’une matière première, selon Grosse, fait évanouir tout bénéfice venant du recyclage, l’effet étant minime, voire infime, dérisoire. Et voilà, l’analyse aboutit à une condition pour une économie «authentiquement circulaire»:

Il n’est donc point d’économie circulaire qui n’inclue un ralentissement de la croissance matérielle et de l’accumulation … plus on se rapproche d’une croissance zéro et de taux de recyclage de 100% pour toutes les matières utilisées, plus on s’approchera de la circularité. (113-114, mes italiques, avec une référence à François Grosse , «Économie circulaire», Dictionnaire de la pensée écologique, p. 349-352)

Bourg et Arnsperger ne sont plus ici dans la décroissance, mais dans le ralentissement de la croissance, cherchant «des augmentations ou diminutions nettes de flux de ressources inférieure ou égale au stock total disponible», et ils semblent y rester… On pourrait penser pourtant qu’une telle conclusion, de telles conditions, signifieraient l’abandon de la recherche d’indicateurs pour la circularité et l’abandon même de l’intérêt pour l’économie circulaire. Il n’en est presque rien, même s’ils concluent que «nous n’aurons, à l’évidence, d’autre choix que celui de décroître avant de tenter de bâtir une économie authentiquement circulaire» (115). Il s’agirait entre autres d’une approche au rationnement des matières premières (113).

Confusion de genres…

Dans la réalité, le défi devant nous est vraiment tout autre que de cibler une telle économie circulaire et les indicateurs qui pourraient nous permettre de savoir jusqu’à quel point nous nous en approchons, c’est-à-dire que nous atteignons une croissance économique entre 0% et 1% et un taux de recyclage qui frôle le 100%. Il n’y a aucune raison de penser que l’humanité, ou quelques sociétés parmi l’ensemble (mais cela ne suffirait pas), pourraient s’imposer une croissance qui reste précisément entre 0% et 1%…

Ce qui manque dans le texte d’Arnsperger et Bourg, comme dans celui de Heinberg et Fridley, est la reconnaissance que leurs propres analyses aboutissent à accepter qu’à un avenir assez proche les sociétés humaines n’auront pas des économies en croissance mais soit en pleine décroissance, soit en effondrement. Il s’agira, cela en suivant les arguments de ceux qui ne semblent pas vouloir y adhérer, cela selon les termes mêmes des économistes qui en font la promotion indéfectible, d’une récession permanente. Une telle reconnaissance est pourtant nécessaire pour commencer la lourde tâche d’aborder les implications de ces arguments: des restrictions majeures dans l’accès à l’énergie; des restrictions majeures dans l’accès à une multitude de ressources matérielles dont l’usage retreint à presque zéro net définit la dématérialisation de la société; bref, la fin de la civilisation thermo-industrielle et la création, presque de toutes pièces, d’une nouvelle société.

Ce qui est presque fascinant est le flottement entre la conclusion d’Arnsperger et Bourg, qu’il faut se résigner à décroître (115), et leur volonté de bâtir ce qui serait une «stationnarisation macro-économique» avec des technologies low-tech (117). Le flottement, et la confusion, finissent par transformer l’économie circulaire en permaculture dans la section 6, où la réflexion passe à une «économie perma-circulaire» et une «sobriété volontaire» à l’échelle planétaire avec «une société humaine soutenable»… Les auteurs ont encore assez de confiance à la fin – ou est-ce de la confusion? – pour proposer (120) un cadre pour des indicateurs de cette économie circulaire – qui prendront évidemment des années à développer, alors qu’une urgence semble être sous-entendue dans le document.

La référence à Brundtland et sa «société soutenable» est pour soulever les questions éthiques dont ils ne font que parler en quelques généralités à la toute fin. Il est difficile à comprendre pourquoi ils y insistent sur la sobriété volontaire, devant l’ampleur des défis, et cela avec des décisions politiques démocratiques, autrement que parce qu’il considère ces éléments de la société importants suivant une certaine idéologie; ils ne se demandent pas si tout ce qu’ils décrivent est possible, voire imaginable dans la pratique allant au-delà de leur imaginaire. Et à noter qu’il déforme trente ou quarante ans de promotion des 3R pour leur enlever le premier R – la réduction – pour qu’elle devienne centrale à leur vision en pensant offrir une certaine nouveauté.

La sobriété et la circularité deviennent volontaires et formalisées dans un appareil politique démocratique, avec éventuellement des mesures de soutien inconditionnel de revenu et des mécanismes de création monétaire qui «épongeront» certains effets de la stationnarité et permettront aux individus de trouver un sens à leur vie ailleurs que dans la production et la course à l’innovation telles que les organise le capitalisme actuel, vert ou non. (122-123)

Tous les termes sont là, et la nouvelle société – parce qu’elle maintient une croissance minime, mais positive? – se fera dans ce qui semblerait être la douceur… Sortir de la lecture de ce document pour écouter les généralités presque banales des participants et des commentateurs du G20 laisse dans une autre sorte de flottement, reconnaissant que la démarche requise a encore moins de prise que ces autres discours devenus pourtant creux…

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Énergies renouvelables 100% et risque d’une «forteresse Canamérica»

Le manuscrit du livre est maintenant déposé chez l’éditeur, et je reprends mes efforts de décortiquer les interventions qui cherchent à préparer, à gérer ou à éviter les crises de notre «développement». Je débute avec un long article qui part avec une esquisse des critères pour la transition souhaitée. Il continue, en mettant un accent sur l’énergie comme fondement de nos activités suivant l’économie biophysique, avec un rappel des travaux de Greenpeace International sur le potentiel pour un avenir 100% renouvelable en énergie et qui négligent le maintien presque intégral des inégalités actuelles comme résultat. Le Deep Decarbonization Pathways Project (DDPP) arrive à des résultats similaires. De récentes interventions de Richard Heinberg permettent de mieux cibler l’ensemble des enjeux dans ce travail pour un avenir renouvelable, concluant que nous allons devoir vivre avec beaucoup moins d’énergie à l’avenir, avec une décroissance qui s’imposera en conséquence. Avec une série de graphiques, l’article conclut en mettant en évidence le soupçon de Jeremy Grantham[1] qu’une insistance sur le maintien de l’économie industrielle nous laissera, dans l’échec, avec une «forteresse Canamérica» où le Canada et les États-Unis essaieront de se mettre à l’abri de l’effondrement.

Dans son scénario avancé de la révolution énergétique permettant une transition vers un avenir fondé sur les énergies renouvelables, A Sustainable World Energy Outlook 2015 – 100% Renewable Energy for All de Greenpeace International, en collaboration avec les associations industrielles de l’énergie éolienne et solaire, projetait en 2015 une demande finale en énergie pour 2050 qui serait de 15% moins qu’aujourd’hui, en contraste avec la projection de son scénario de référence pour une augmentation de 65%. La réduction proviendrait de facteurs inhérentes dans les approches énergétiques et non d’une reconnaissance de contraintes; selon le scénario, pas tout à fait concevable encore, les émissions de GES d’ici 2050 respecteraient en outre le budget carbone du GIÉC.

DSC08665

 Éoliennes et paysannerie

Critères pour une transition 

Globalement, il est essentiel de cibler plus que la survie face aux changements climatiques, et cela exige un cadre pour le travail. En 2009, l’économiste écologique Peter Victor a produit Managing Without Growth, dans lequel il détaille la façon dont il est possible de concevoir, avec un modèle qu’il a créé, un Canada qui maîtrise la croissance, source finalement de l’ensemble des crises, en même temps qu’il permet la réduction des émissions de GES. Victor identifie certaines conditions d’un progrès possible, d’abord en insistant sur des évidences, évidences néanmoins toutes contraires aux objectifs du modèle économique actuel:

  • la stabilisation de la population pour éviter que la «demande» ne s’accroisse;
  • une limitation du «throughput» associé directement à la consommation des ressources – l’extractivisme d’Abraham – qui est à l’origine de la dette écologique;
  • des mesures pour éliminer la pauvreté via une meilleure redistribution de ce qu’on appelle «la richesse»;
  • une semaine de travail réduite pour répondre aux stress imposés par le modèle actuel qui, en visant la productivité, nécessite de nouveaux investissements pour recréer les emplois éliminés par les gains de productivité.

Victor identifie également des contraintes peu reconnues, pour éviter une croissance non souhaitable et pour mieux cibler les objectifs que le modèle actuel ne réussit pas à atteindre :

  • une réduction de l’investissement et une limitation du recours à des innovations technologiques à ce qui est requis pour le maintien des équipements, à part les innovations qui peuvent respecter les quatre évidences;
  • une allocation des gains de productivité au loisir plutôt que vers la recherche de nouveaux investissements et de nouvelles initiatives, qui sont en contradiction avec les quatre évidences;

Le résultat serait une société bien plus «sobre» que celle d’aujourd’hui, avec une diminution radicale de la consommation alors que la relance de cette consommation est la clé de la «reprise» requise par le modèle actuel et souhaitée par presque tous les intervenants gouvernementaux et économiques. Le travail de Victor s’est fait dans un esprit de «transition» mais, même avec la deuxième évidence, ne tient pas complètement compte des contraintes imposées par notre dépassement de la capacité de support indiquée par l’empreinte écologique. Le travail n’intègre pas non plus une prise en compte de la situation mondiale.

Victor travaille sur un modèle qui cherche à régler les défis canadiens. Michel Freitag et Éric Pineault, dans Le monde enchaîné : perspectives sur l’AMI et la capitalisme globalisé (Nota Bene, 1999) fournissent des compléments aux critères en insistant sur une reconnaissance de l’impasse de la globalisation et de l’effort de viser une compétitivité qui rejette les quatre «évidences», cela à l’échelle mondiale. En fait, l’effort de chercher des pistes de sortie des crises qui sévissent peut bien identifier des orientations pour une juridiction quelconque (souvent les États-Unis, le Canada pour Victor), la non prise en compte des énormes inégalités dans le monde actuel et la nécessité de les gérer en même temps que les crises environnementales et économiques nous laissent dans l’impasse.

Comme simple illustration de cette situation, fournie par le graphique de mon article «Quand les crises arriveront»: en partant des données des Nations Unies et du GIÉC, on peut s’attendre à une augmentation de la population dans le Sahel, au sud du Sahara, pour atteindre environ 300 millions de personnes vers 2050, alors que le réchauffement prévu pour cette région la rendra inhabitable. Si l’on pense qu’un million de réfugiés vers l’Europe en 2015 posait problème….

Et si on aborde le défi en ciblant prioritairement l’énergie renouvelable?

Le travail de Greenpeace International était un exercice qui ne ciblait que les enjeux énergétiques et les émissions de GES qui y sont reliées, en maintenant la croissance économique comme hypothèse de base. J’ai pu rendre graphiquement le résultat de cet effort uni-dimensionnel pour voir ce qui arrivait par rapport aux inégalités criantes qui marquent les pays du monde actuellement.

Énergie per capita, 2012 et 2050, selon le scénario de Greenpeace International

Graphique final

Les pays du groupe de «gloutons» qui compteront environ 2 milliards de personnes en 2050 auront réduit de façon importante quand même leur consommation d’énergie per capita par rapport à 2012; les pays de l’Europe de l’Est et de l’Eurasie, comme les pays du Moyen Orient, connaîtront une moins grande réduction, et reste dans le groupe de gloutons en 2050. Dans le deuxième groupe de pays toujours pauvres après presque 40 ans de croissance économique mondiale se trouvent l’Inde et l’Afrique qui, avec les pays de l’Amérique latine et de l’Asie autre, ont une population projetée en 2050 de 6 milliards de personnes. La Chine réussit à se tailler une place entre les deux. La lutte aux changements climatiques à la faveur des énergies renouvelables «réussit» mais laisse près des deux tiers de l’humanité dans la dèche. (divisions de l’auteur)

De récents travaux de Richard Heinberg de PostCarbon Institute nous permettent de regarder d’un autre oeil le potentiel pour cette transition. En particulier, ils permettent de reposer la question quant aux grandes orientations en cause, tenant compte d’un ensemble de facteurs, alors que Greenpeace semblait se satisfaire du maintien du modèle actuel avec une croissance économique importante et une diminution plutôt marginale des inégalités actuelles en termes d’accès à l’énergie.

En juin 2016, Heinberg a publié un article «Our Renewable Future or What I’ve Learned in 12 Years Writing about Energy» pour reprendre le dossier d’une façon moins marquée par les intérêts économiques. Il réfère à une étude par une équipe de Google qui cherchait en 2007 à savoir si il était possible de remplacer l’énergie fossile par les énergies renouvelables sans perturber le système.

The combined quantity and quality issues of our renewable energy future are sufficiently daunting that Google engineers who, in 2007, embarked on an ambitious, well-funded project to solve the world’s climate and energy problems, effectively gave up. It seems that money, brainpower, and a willingness to think outside the box weren’t enough. “We felt that with steady improvements to today’s renewable energy technologies, our society could stave off catastrophic climate change,” write Ross Koningstein and David Fork, key members of the RE<C project team. “We now know that to be a false hope.” … [Le livre n’a pas de pagination.]

Heinberg propose que Koningstein and Fork auraient pu plus utilement poser deux autres questions: «What kind of society can up-to-date renewable energy sources power? The second, which is just as important: How do we go about becoming that sort of society?»

Ce sont finalement les questions suivies par Heinberg et David Fridley dans un livre qui est sorti en même temps que l’article. Our Renewable Future : Laying the Path for One Hundred Percent Clean Energy (PostCarbon Institute, 2016) couvre l’ensemble du dossier. Les auteurs concluent: «While renewable energy can indeed power industrial societies [réponse à la première question], there is probably no credible future scenario in which humanity will maintain current levels of energy use (on either a per capita or total basis) [ce qui soulève une troisième question].» Le survol des sept premiers chapitres de ce nouveau livre, résultat d’une recherche intensive, présente une réalité qui est presque une évidence, cette nécessité de nous préparer pour une société où il y aura (beaucoup) moins d’énergie. Le constat n’est pas celui de Greenpeace International, où l’atteinte de 100% d’énergie renouvelable ne comporterait pas de bouleversements dans le système. Les analyses de Heinberg et Fridley aboutissent à la reconnaissance d’une série de contraintes importantes qui rendront impossible le maintien de la activité dépendant d’énergie qui est connue aujourd’hui; une partie de ces contraintes provient de ce qui est négligé dans le rapport de Greenpeace International, soit une prise en compte de l’énergie et des ressources requises par la transition. Par ailleurs, le sixième chapitre insiste sur la difficulté de savoir combien d’énergie il y aura en moins.

La fin de la croissance (encore)

Le deuxième élément de la conclusion de Heinberg et Fridley, l’inéluctable baisse de l’usage d’énergie à l’avenir, fournit le défi pour travailler sur la deuxième question. C’est le sujet de la deuxième moitié du livre. Le chapitre 8 aborde en effet les enjeux qui ne sont pas traités par Greenpeace International dans ses rapports, dont les inégalités dans le monde actuel en matière d’énergie mais également en matière de niveau de vie plus généralement. Heinberg avait déjà publié en 2011 The End of Growth : Adapting to our New Economic Reality, et le thème de ce livre revient dans le nouveau mais sans répondre à la troisième question: Quelle est la société qui pourrait résulter de la «transition» et la baisse importante de l’énergie disponible? Il y aura nécessairement un recours à 100% d’énergies renouvelables dans cette société, avec la disparition des énergies fossiles du portrait, mais celles-là ne remplaceront pas celles-ci.

Le livre ne semble pas apercevoir une société dont il importe de décrire le caractère: elle ne sera pas essentiellement différente de la civilisation industrielle d’aujourd’hui. On voit l’hypothèse de base de tout le livre dans le chapitre 10, «What We the People Can Do», où les auteurs, avec la réponse fournie à la première question à l’effet que les énergies renouvelables peuvent maintenir une société industrielle, mettent la table pour les interventions qui chercheraient à répondre à la deuxième question, comment on se prépare pour cette nouvelle société.

Sound national and international climate policies are crucial: without them, it will be impossible to organize a transition away from fossil fuels and toward renewable energy that is [i] orderly enough to maintain industrial civilization, while [ii] speedy enough to avert catastrophic ecosystem collapse.

L’implicite devient explicite : le livre est finalement un autre plaidoyer pour une économie verte et le maintien de notre civilisation industrielle, mais en y apportant une distinction importante: nous ne pouvons pas compter sur une capacité de maintenir un accès à autant d’énergie effective qu’aujourd’hui et la transition ne pourra être envisagée en pensant à des approches technologiques.

The fossil fuel era has produced great wealth, and some have partaken of that wealth far more than others. However, as we will discuss in more detail in chapter 8, “Energy and Justice,” the end of the fossil fuel era does not necessarily imply the end of energy inequality. Solar panels and wind turbines require investment and produce benefits; in the renewable era ahead, it is certainly possible to imagine scenarios in which only some can afford the needed investment and can therefore enjoy the benefits. The degree to which energy inequality is either reduced or cemented into place will depend on how the transition is planned and implemented.

Comme Victor, Heinberg et Fridley se penchent surtout sur leur pays et montrent de la difficulté à aborder la question quant à une redistribution équitable de l’énergie qui sera disponible à l’avenir à travers toutes les sociétés humaines, même s’il reconnaît que l’énergie est la source du bien-être et du pouvoir des sociétés. La figure 2.4 de leur livre fournit matière pour la réflexion sur leur position, sur l’ampleur du défi pour les pays riches comme le Canada et les États-Unis.

Heinberg fig 2 Figure 2.4. Human Development Index (2014) and per capita energy consumption (2012) for various countries. (Source: World Bank, World Development Indicators, and United Nations Development Program.)

    Indice de développement humain et consommation d’énergie

Ces deux pays auront un défi beaucoup plus grand que d’autres pays en raison de leur énorme consommation d’énergie per capita actuellement, alors que d’autres pays avec le même niveau d’IDH (le Human Development Indicator des Nations Unies) en consomment beaucoup moins. Le graphique rappelle dramatiquement un autre, où l’IDH est placé en juxtaposition avec l’empreinte écologique:

Empreinte IDH 2005 Source: WWF International, Zoological Society of London, Global Footprint Network (2006), Living Planet Report, p.19. . La mise à jour en 2010 ne change rien dans le portrait : Planète vivante 2010, tome ii, p.73

Indice de développement humain et empreinte écologique

Heinberg et Fridley font intervenir la question de l’empreinte écologique dans leur réflexion mais ne cherchent pas, en réponse à leur deuxième question, la résolution de l’ensemble des inégalités que l’empreinte démontre. Encore une fois, le Canada, et les États-Unis davantage, se montrent en dépassement sérieux.

En effet, les efforts de maintenir la croissance économique en même temps que de réduire dramatiquement les émissions de GES aboutissent, pour Greenpeace International autant que pour le  DDPP, à un maintien des inégalités et il y a toute raison de croire que cela résulte du modèle socio-économique actuel. Je me permets un rappel des résultats des travaux du DDPP.

PIB per capita pour 16 pays, 2012 et 2050, selon les travaux du DDPP

Dans ce graphique (divisions de l'auteur), 10 des 11 pays de l’OCDE se trouvent dans le groupe à gauche; il faudrait y ajouter une vingtaine d’autres pays pour compléter le portrait. Au centre on trouve ce que l’on appelle aujourd’hui les BRICS, qui restent justement en 2050 des pays «en voie de développement». Seul le Mexique parmi les pays de l’OCDE analysés par le DDPP se trouve ailleurs, dans le groupe de pays pauvres à droite; s’y trouvent aussi l’Inde et l’Afrique du Sud, membres du BRICS. Pour le reste, pour compléter le portrait, il faudrait ajouter quelque 150 pays pauvres dans le groupe de droite; le DDPP ne les a pas analysé parce qu’ils ne sont pas d’importants émetteurs de GES. En 2050, comme aujourd’hui, nous verrons environ un milliard de l’humanité dans les pays riches, et peut-être 8 milliards dans les pays pauvres, avec les quelques exceptions comme la Chine qui n’aura pas réussi son objectif de sortir du piège du revenu moyen.

Dans ce graphique (divisions de l’auteur), 10 des 11 pays de l’OCDE se trouvent dans le groupe à gauche; il faudrait y ajouter une vingtaine d’autres pays pour compléter le portrait. Au centre on trouve ce que l’on appelle aujourd’hui les BRICS, qui restent justement en 2050 des pays «en voie de développement». Seul le Mexique parmi les pays de l’OCDE analysés par le DDPP se trouve ailleurs, dans le groupe de pays pauvres à droite; s’y trouvent aussi l’Inde et l’Afrique du Sud, membres du BRICS. Pour le reste, pour compléter le portrait, il faudrait ajouter quelque 150 pays pauvres dans le groupe de droite; le DDPP ne les a pas analysé parce qu’ils ne sont pas d’importants émetteurs de GES. En 2050, comme aujourd’hui, nous verrons environ un milliard de l’humanité dans les pays riches, et peut-être 8 milliards dans les pays pauvres, avec les quelques exceptions comme la Chine qui n’aura pas réussi son objectif de sortir du piège du revenu moyen. Tous les pays auront connu une amélioration sensible de leur PIB per capita en termes absolus – pour ce que cela peut indiquer.

On ne peut pas s’attendre à une «croissance équitable» comme souhaitée par des leaders dans le mouvement social, à une «croissance durable» comme souhaitée par les leaders du mouvement environnemental, en ciblant les facteurs technologiques; finalement, il y a lieu de penser qu’on ne peut pas s’attendre au maintien de la croissance.

Énergie et éthique: finalement, pour plus tard

Comme Heinberg et Fridley soulignent, «The degree to which energy inequality is either reduced or cemented into place will depend on how the transition is planned and implemented», cela en autant que la gestion des crises permette une telle planification et mise en oeuvre. La situation est claire, et le DDPP nous fournit directement un dernier graphique qui continue à cerner les enjeux, cette fois en fonction de la croissance du PIB et les émissions de GES; il permet de placer graphiquement le Canada et les États-Unis, encore une fois.

Pathways to Deep Decarbonization 2015 Report, p.6 http://deepdecarbonization.org/wp-content/uploads/2015/12/DDPP_2015_REPORT.pdf

Portrait en termes de PIB et émissions de GES, 2010 et 2050

Alors que les sept premiers chapitres fournissent l’analyse nécessaire pour comprendre que les énergies renouvelables ne pourront pas répondre à l’attente qu’elles remplacent les énergies fossiles, c’est seulement à la lecture de la deuxième moitié du livre que l’on réalise que les auteurs font partie de ce grand ensemble qui adhère à l’économie verte. Les chapitres proposent une longue série de mesures qui, si mis en œuvre et selon l’échéancier requis, pourraient effectivement contribuer à une transition presque en douceur – sauf que nous reconnaissons la plupart de ces mesures et leurs variantes, dans le portrait depuis des décennies. Heinberg et Fridley ne donnent aucune indication quant à leur confiance dans ces mesures, sans lesquelles nous nous trouverons confrontés à des catastrophes, et ne donnent aucune indication quant à ce qui a changé pour permettre de penser qu’elles pourraient être adoptées.

Bref, Our Renewable Future représente une nouvelle intervention dans l’économie verte, mais en soulignant qu’elle comporte des réductions importantes dans notre accès à l’énergie. Devant l’ampleur des défis, pour ne prendre que le Canada et les États-Unis, nous sommes finalement amenés à penser plutôt dans les termes de Jeremy Grantham dans un texte, «The Real American Exceptionalism», de la fin de 2015 (GMO 4Q2015). Grantham y parle de la «forteresse Canamérica» en reconnaissant l’énorme avantage que possède l’Amérique du Nord face à l’effondrement qui s’annonce comme une alternative à la résolution des problèmes actuels; la série de graphiques montre jusqu’à quel point le défi pour l’Amérique du Nord est important, rendant la «résolution» du défi plutôt inatteignable. C’est un risque important comme aboutissement de la pensée de l’économie verte qui, plutôt que de travailler pour nous préparer pour l’effondrement, maintient des approches montrées inefficaces depuis des décennies.

La situation insiste pour une meilleure prise en compte des résultats des efforts de chercher une réponse à la troisième question, mais Heinberg et Fridley laissent dans le flou les caractéristiques de la nouvelle société, tout en citant le GIÉC selon qui, suivant la consommation actuelle, il ne nous reste qu’environ 19 ans avant de traverser la ligne rouge climatique.

A point we have raised repeatedly is that possibly the most challenging aspect of this transition is its implication for economic growth: whereas the cheap, abundant energy of fossil fuels enabled the development of a consumption-oriented growth economy, renewable energy will likely be unable to sustain such an economy. Rather than planning for continued, unending expansion, policy makers must begin to imagine what a functional postgrowth economy could look like.

Tout suggère qu’elle ne sera pas une société, une civilisation, une économie industrielle. Dans ses deux livres, il est difficile à suivre Heinberg dans son effort d’esquisser les grands traits de cette nouvelle économie, qu’il juge inévitable et qui sera marquée par une décroissance importante. Nous n’avons pas une analyse par Heinberg du fonctionnement d’une économie sans croissance (il faut que je relise The End of Growth...), il ne donne pas d’indications quant à une reconnaissance des critères élaborés par Victor dans une telle perspective. Mais il parle d’une économie, et non d’une société. Toute notre réflexion nous porte à croire en une société qui ne ressemblera pas à la nôtre et où l’économie n’y ressemblera pas non plus.

Donald Trump propose de renforcer le mur qui protège actuellement «forteresse Canamérica» – le terme de Grantham – des hordes venant du sud de la frontière. L’Europe nous montre les difficultés qui pourraient survenir pour une forteresse Europe face aux centaines de millions de réfugiés cherchant une terre habitable qui vont vraisemblablement se manifester dans les prochaines décennies. Même si la forteresse Canamérica aurait peut-être de meilleures chances, il est surprenant que des gens plus raisonnables que Trump, comme Heinberg et Fridley, ne regardent pas la situation une deuxième fois, pour voir l’effondrement de notre système qui s’annonce, et commencer à nous préparer. On veut certainement éviter les catastrophes climatiques, mais il n’est pas clair pourquoi nous voulons à tout prix – et les prix sont énormes – essayer d’«organiser une transition des énergies fossiles vers les énergies renouvelables qui serait suffisamment maîtrisée pour maintenir la civilisation industrielle», le vœu de Heinberg et Fridley. On pourrait leur suggérer la lecture de Comment tout peut s’effondrer : Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes de Pablo Servigne et Raphaël Stevens (Seuil 2015). Ceux-ci notent qu’«un nombre croissant d’auteurs, de scientifiques et d’institutions annoncent la fin de la civilisation industrielle telle qu’elle s’est constituée depuis plus de deux siècles».

[1] Grantham est une source importante pour le premier article du blogue de janvier 2013 sur l’échec du mouvement environnemental.

 

MISE À JOUR

Le 31 août, Gail Tverberg signe un article sur son blogue sur un ensemble de risques occasionnés par les énergies renouvelables «intermittentes» (solaire et éolienne). L’article est écrit dans son style habituel, utilisant un langage qui ne se distingue pas de celui des analystes qui interviennent courramment dans les reportages. Bref, il faut se rendre à ses derniers paragraphes pour comprendre qu’elle a une vision plus globale des défis où elle voit d’importants risques pour la «transition» actuelle qui cherche à sortir des énergies fossiles.

Il vaut la peine de lire plus que sa conclusion, soit une série d’analyses qui suggèrent que, dans le système actuel, les énergies renouvelables s’insèrent difficilement dans le portrait de la production et de la consommation d’électricité au-delà d’un certain seuil qui semblerait être autour de 15%. L’argument rappelle ceux utilisés par Hydro-Québec il y a 15 ans quant aux limites de l’intégration de la production de l’énergie éolienne dans son système en fonction de la capacité d’en constituer une sorte de réserve. (La génération de surplus a éliminé les discussions sur la question…)

Ce que l’on peut retenir des analyses de Tverberg, finalement des précisions sur plusieurs des analyses de Heinberg et Fridley dans leur récent livre, est que les complications associées aux subventions (c’est surtout cela, semble-t-il) comporte des obstacles pour le fonctionnement du système actuel (sa dernière phrase, où cela inclut la recherche de la croissance) et donc pour la « transition» plutôt graduelle et sans perturbations recherchée par plusieurs. Dans le scénario selon lequel nous sortirions du pétrole au Québec, l’analyse suggère que cela ne se ferait pas en remplaçant le pétrole par les énergies renouvelables mais en étant obligé de diminuer de façon importante notre consommation globale d’énergie.

 

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Le « vieillissement » des populations

Le dernier article de mon blogue comportait un graphique découvert lors d’un atelier sur les questions démographiques à la conférence des économistes écologiques et biophysiques en juin. C’est un thème qui me traque depuis des décennies et qui a trouvé une place sur le blogue dès le troisième article. Je faisais partie de Zero Population Growth dans les années 1970 dans la foulée de la publication de The Population Bomb de Paul Ehrlich en 1968 et, comme dans beaucoup de domaines, nous pensions qu’il y avait possibilité d’influer sur les tendances lourdes de la civilisation.

Aujourd’hui, les problématiques associées au thème sont bien différentes de celles de cette autre époque. Parmi celles qui retiennent l’attention actuellement, on trouve celle de la stablisation et le «déclin» des populations des pays riches et celle du maintien de la croissance démographique dans de nombreux pays pauvres. C’est probablement la Chine qui a attiré le plus d’attention au fil des années, avec sa politique d’un seul enfant par femme et la stabilisation prochaine de sa population qui en est résultée.

On appelle la transition à la stabilisation le « vieillissement » de la population, période pendant laquelle – pour ce qui concerne l’ensemble des pays, qui ont vu leurs populations doubler, tripler, voire quadrupler depuis la Deuxième Guerre mondiale – le bas taux de fertilité fait qu’il y a moins de jeunes en comparaison avec l’expérience récente et – en raison des « baby boom » connus par l’ensemble des pays – une cohorte de personnes âgées plus importante en proportion de la population. Seules des personnes qui pensent que la population humaine pourra continuer à croître sans limites critiquent cette tendance vers la stablisation et, nécessairement comme étape, le viellissement – sauf que ces personnes semblent représenter la vaste majorité.

J’étais quand même presque surpris de voir un segment de l’émission « PBS Newshour » porter, le 1er août 2016, sur « The Unprecedented Aging Crisis That’s About to Hit China ». La situation est en effet «sans précédent», une croissance démographique sans retenue ayant marqué l’expérience de vie de presque tout le monde vivant sur la planète aujourd’hui. PBS y interviewait Howard French, jusqu’à récemment chef de bureau à Shanghai du New York Times et auteur d’un article dans le numéro actuel du magazine The Atlantic[1]  (juin 2016). En effet, « China’s Twilight Years » reprend les propos de l’entrevue, signalant le drame auquel la Chine fait face devant la stabilisation prévisible de sa population et le vieillissement conséquent en cours.

C’est clair qu’il y a drame, mais ce qui l’est moins est l’inconscience de French et de nombreux commentateurs face aux enjeux en cause qui n’y voient qu’un déclin, une crépuscule pour le pays… Principal défi : la Chine ne pourra pas trouver les travailleurs nécessaires pour mainteninr la croissance économique dans les prochaines années avec le déclin du nombre de personnes en âge de travailler, et il faudrait avoir recours soit à des robots, soit à une immigration importante. Et devant les nombres importants, comme pour tout ce qui touche la Chine, où vit 20 % de la population humaine mais probablement 300-400 millions de moins de personnes que s’il n’y avait pas eu la loi d’un seule enfant, French souligne la difficulté à imaginer d’où viendraient les centaines de millions de travailleurs manquants…

C’est une sorte d’échec et mat. Nulle part dans les propos de French trouve-t-on une reconnaissance que la Chine figure parmi les pays du monde ayant le moins de terres arables et le moins d’eau potable disponible. Numériser 4Le livre que j’ai déjà commenté à au moins deux reprisesIn Line Behind a Billion People : How Scarcity Will Define China’s Ascent in the Next Decade, fournit, en ligne avec le sous-titre, des perspectives sur les défis devant la Chine (tout comme pour un ensemble de pays face au même phénomène) qui n’existent pas dans la pensée de French. Elles rendent sa préoccupation, celle de la pensée économique, une lubie presque plus inquiétante que le drame lui-même.

En termes simples, un nombre important de pays, surtout mais non exclusivement les riches, vont se confronter à la stabilisation de leurs populations pendant les décennies qui viennent; le taux de fertilité dans ces pays a baissé à un point où il y a moins de naissances que de morts (et en raison de la structure d’âge des populations, ce taux est bien inférieur à ce que nous entendons souvent identifié comme le taux de remplacement des générations, un taux de fertilité d’environ 2). Ces pays devront s’adapter à cette situation, qui bouleverse toute la pensée économique des dernères décennies.

French possède apparemment une grande expérience de l’Afrique sub-saharienne, mais encore là, on doit bien présumer qu’il n’est pas encore rendu à réfléchir sur les projections fournies par le graphique de mon dernier article. Il serait intéressant de voir ce que French fait avec les projections pour une population dans le Sahel qui suggèrent des tendances lourdes vers une population de plus de 300 millions de personnes «vivant» dans une région du continent inhabitable en raison des changements climatiques et la hausse de température qu’ils vont apporter…

La population de l’Afrique est censée doubler (en ajoutant environ un milliard de personnes à la population actuelle) d’ici 2050, et l’Inde se situe dans la même tendance, sa population projetée à dépasser celle de la Chine d’ici quelques années. La pauvreté importante de ces pays – et la croissance démographique viendra dans les couches pauvres de leurs sociétés – représente un drame probablement bien plus important même que celui du vieillissement; que les analystes comme French n’y pensent même pas retarde d’autant une prise en compte du phénomène. Et on pense que l’Europe a du mal à gérer l’arrivée d’un million de réfugiés et de migrants actuellement

 

[1] French ne représente pas, heureusement, une orientation profonde du magazine. Voir « The Most Important Film I’ve Seen in Years: ‘Last Train Home' » de James Fallows (juillet 2012) pour des perspectives autres de la Chine.

 

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

« Quand les crises arriveront »

Ceci est mon premier article pour le blogue depuis deux mois. Fin avril, après publication de l’article «… livre manquant», j’ai décidé d’écrire un livre pour essayer de pousser nos échanges plus loin. Ceux actuels ne réussissent pas à nous sortir de l’inertie marquant des décennies d’efforts de la société civile cherchant à modifier le système socio-économique dominant. Le titre provisoire du livre, Trop tard, indique mon positionnement, et le livre lui-même réunira un ensemble de mes écrits des dernières années. J’ai découvert que, une fois le plan du livre établi, ces écrits représentent ce que je voudrais écrire en partant de zéro, et le livre a bien avancé. Le manuscrit est actuellement en train d’être lu par deux amis pour confirmer (ou non) mon sens qu’il vaudrait la peine pour moi d’intervenir ainsi. Entretemps, je me suis permis une participation à une rencontre de la Société pour une économie biophysique à Washington, D.C.

Lors d’une plénière de la conférence sur la décroissance tenue sur cinq campus universitaires à Montréal en 2012, un homme qui semblait relativement jeune s’est présenté au micro de l’autre coté de la salle pour se plaindre que les échanges qu’il entendait restaient dans la lignée de ceux en cours depuis des décennies. Il avait raison, et un peu plus tard je l’ai rencontré alors qu’il faisait une présentation où il critiquait l’économie écologique parce qu’elle était restée trop dans la lignée de l’économie qu’elle critiquait, l’économie néo-classique. Là aussi, il avait raison. L’homme était Charlie Hall, pas si jeune que cela, à la veille de la retraite et en train de faire la promotion d’une économie biophysique qui, il espérait, pourrait nous aider à sortir de l’inertie.

La rencontre à Washington, D.C. en était une des deux sociétés, de l’économie écologique et de l’économie biophysique, comme on en a eu plusieurs depuis quelques années, la dernière à Vancouver en 2015. Deux conférences tenues à Burlington au Vermont en 2012 et 2013 m’ont fourni l’occasion de revenir sur les propos de Hall quant à l’inertie qui marque les mouvements de la société civile et constater l’échec du mouvement environnemental dans une série d’articles pour GaïaPresse. Cela a son tour m’a poussé à lancer mon blogue en janvier 2013, avec un premier article sur ce thème.

Projections pour des changements de population et de température dans le Sahel

Projections pour des changements de population et de température dans le Sahel

Changer de tactique

J’ai déjà présenté une série d’articles sur l’économie écologique au Québec, un premier pour souligner l’absence de ses orientations au sein des gouvernements, un deuxième pour souligner que l’économie néoclassique ne tient pas compte du cadre pour la vie humaine  fournie par la planète, et un troisième montrant finalement le rêve que constitue l’économie écologique et celle biophysique devant l’omniprésence de l’économie néoclassique et de sa variante contemporaine l’économie verte. Un des ateliers de la conférence à Washington avait comme thème «Pourquoi et comment l’économie écologique doit changer ses tactiques» et réunissait des leaders du mouvement aux États-Unis, avec une base à l’Institut Gund pour l’économie écologique de l’University of Vermont à Burlington.

Mon portrait ne diminuait pas les failles institutionnelles suggérées explicitement par Hall et implicitement par le thème de l’atelier cette année. C’était presque étonnant d’y voir les participants assez bien cerner les défis (et les faiblesses) de l’économie écologique mais reporter des réponses à la question posée, jusqu’à ce que l’animateur, Peter Brown de McGill University, insiste que l’objectif était de savoir ce qu’il faut faire. Jon Erickson a insisté dans sa présentation – nous étions 4 ans après la conférence de Montréal, où il participait aussi – sur le fait que l’économie écologique a déraillé au fil des ans en essayant de ne pas trop d’éloigner de l’économie néoclassique, et indiquait finalement que les orientations de l’économie biophysique s’imposaient pour redresser la situation. Josh Farley proposait que le paradigme du modèle actuel avec la compétition doit être remplacé par un paradigme ciblant la coopération. Ces deux, avec une troisième, soulignaient qu’une «révolution» est nécessaire.

Les réponses à la question de base étaient laissées finalement pour des résumés de 30 secondes lors d’un dernier tour de table. Je n’avais pas choisi l’atelier pour revoir les fondements de l’économie biophysique et la critique de l’économie écologique, mais pour voir comment ces leaders voyaient la nécessité et la nature du changement dans l’action. C’était, de nouveau, étonnant. Erickson a proposé qu’il faut un changement radical dans l’enseignement de l’économie; celle-ci doit être vu comme une science de la vie (dans ses fondements ainsi depuis toujours, pour l’économie écologique) et cela comporterait une révision radicale du cours d’économie 101. Farley l’a suivi en insistant lui aussi sur un changement dans l’enseignement comme l’action prioritaire, notant en passant que cela nous aiderait «quand les crises viendront», alors qu’il sait qu’elles se présentent déjà. L’enseignement représente une action avec des objectifs dans le long terme, et le cibler pour s’attaquer aux crises actuelles ne répond pas à un effort de gestion de celles-ci; les deux profs, comme les autres participants, étaient bien conscients de cela, et l’atelier finissait en queue de poisson. Je me trouvais comme Charlie en 2012 (et en 2016!), impatient, voire consterné de voir l’incohérence dans les interventions de ces acteurs importants.

Lors d’une plénière de la dernière journée, un autre universitaire qui est militant depuis encore plus longtemps que moi est intervenu. Gar Alperovitz était conseiller en 1970 du sénateur Gaylord Nelson, responsable du lancement du Jour de la terre et le voilà, 46 ans plus tard, en train de montrer que les universitaires (lui l’avait été) sont capables de sortir de leur bulle pour essayer de cibler l’action. J’avais lu récemment son livre What Then Must We Do? (2013), qui manquait quand même quelque chose, tout comme le livre de son collègue Gus Speth America the Possible : Manifesto for a New Economy. Ce livre ne semble pas tenir suffisamment compte des crises dont Speth est quand même très conscient, mais qui au moins, par une sorte de clarification par le titre, définit une cible, le capitalisme mentionné dans son livre précédent, The Bridge At the Edge of the World : Capitalism, the Environment and Crossing from Crisis to Sustainability (2008).

L’économie écologique reste toujours dans les limbes

On peut avoir une idée de ce qui manque dans l’ensemble en visitant le site thenextsystemproject.org, dont Alperovitz et Speth sont les co-responsables. Leur travail cible explicitement et directement les failles dans le système actuel et la nécessité urgente de transformer ce système, de le reconstruire en construisant un nouveau système, qui remplacera l’économie néoclassique qui domine actuellement.

We believe that it is now imperative to stimulate a broad national debate about how best to conceive possible alternative models of a very different system capable of delivering genuine democracy and economic equality, individual liberty, ecological sustainability, a peaceful global foreign policy, and a thoroughgoing culture of cooperative community based on non-violence and respect for differences of race, gender, and sexual preference. p.4

La reconnaissance de la présence de crises dont il faut tenir compte en cherchant cette transformation distingue l’effort de The Next System Project de ceux qui cherchent à faire ceci en maintenant l’économie néoclassique (les économistes hétérodoxes, entre autres) tout comme de ceux qui cherchent à régler les crises sans chercher une transformation économique et sociétale (les environnementalistes, entre autres). Pour Alperovitz et Speth, profondément impliqués depuis des décennies, ces efforts se montrent des «dead ends», mais eux-mêmes ne semblent pas voir l’importance des fondements «économiques» dans le portrait des crises auxquelles ils s’attaquent.

Parmi les critiques fondamentales élaborées par le Next System Project se trouvent, sur un autre site marquant leur intervention, une série de propositions visant la propriété privée du capital, la propriété collective des entreprises par les travailleurs et un changement dans la propriété des banques. Implicite dans les interventions est une reconnaissance d’une multiplicité de crises qui ne peuvent être solutionnées, voire attaquées, par le système actuel qui les cause. On y voit des initiatives qui rejoignent les propositions d’Yves-Marie Abraham que j’ai déjà commentées, où il espère «voir la fin du capitalisme avant la fin du monde».

L’économie biophysique insiste sur l’importance de l’énergie dans tout effort de s’attaquer aux crises, mais l’énergie et les limites qu’elle impose ne trouvent tout simplement pas de place dans l’effort de Speth et Alperovitz. Ils cherchent à caractériser le nouveau système recherché et proposent des actions pour le favoriser; ils insistent sur leur optimisme et leur espoir, mettent presque de coté les limites cernées par l’économie biophysique dans le temps et dans l’espace.

Le document de base d’Alperovitz et Speth, New Political-Economic Possibilities For the 21st Century, insiste sur l’optimisme et l’espoir. Je n’arrive pas à comprendre l’idéologie qui prétend qu’il est impossible à intervenir dans les débats actuels à moins de manifester un optimisme et un espoir qui ne sont vraiment pas fondés. Cet «optimisme» représente un paradoxe, et semble loin de «l’optimisme opérationnel» de Maurice Strong dont j’ai parlé à plusieurs reprises. Ce dernier «optimisme» constitue ma façon d’expliquer pourquoi je reste dans la lutte en dépit de ce que nous connaissons des crises (le graphique en donne une indication: 300 millions de migrants potentiels dans le Sahel dans les prochaines décennies).

Un état l’équivalent de la guerre

C’était ce qui caractérisait le retour des participants à la COP21, un échec transformé en espoir. Cette insistence témoigne d’un manque sérieux de compréhension des fondements de l’économie écologique et biophysique. Ce qui s’impose – il me paraît une évidence – est une attitude qui est l’équivalent de celle de la guerre : les menaces que nous pouvons identifier avec précision représentent l’équivalent d’une attaque militaire capable de nous annihiler; les préparatifs pour la COP21 ont montré qu’il y a un ennemi, le refus de confronter les changements climatiques par des transformations de nos économies qui réduiraient nos émissions à l’échelle planétaire à un niveau nous donnant une chance sur deux (seulement) d’éviter la cuisson. La guerre était enclenchée par les résultats obtenus, des orientations dans les pays du monde entier qui nous dirigent vers une hausse de la température du globe de l’ordre de 3°C, soit la cuisson.

Après les efforts déployés, il n’y a aucun fondement pour l’optimisme et l’espoir dans la guerre enclenchée. Cela ne nous empêche pas d’intervenir, de chercher à nous armer pour une guerre, à mobiliser les intervenants pour une guerre. Cela exige pourtant un changement radical de tactique par rapport aux interventions précédant la déclaration de guerre, mais il n’en est strictement rien dans les propos des combattants revenant de Paris. « Il faut continuer à travailler fort, avec plus d’ardeur » est à peu près ce que l’on entend.

C’était à peu près cela qui marquait un autre atelier à Washington, dont le thème était «Après Paris». Les participants, des professeurs au Global Development and Environment Institute de Tufts University à Boston, soulignaient dans leurs présentations leur état de quasi dépression devant les défis définis par l’échec de Paris; la dernière terminait en insisant sur le besoin d’une révolution, clairement pas en préparation à Tufts, pas plus qu’à Gund.

Il est évident que le public n’est pas conscient de l’état de guerre dans lequel nous nous trouvons, pas plus que nos dirigeants. Pourtant, continuer avec le discours lénifiant d’optimisme et d’espoir nous rend un mauvais service à l’ensemble. En intervenant manu militari: on doit se battre pour la survie, sachant que la guerre pourra changer considérablement la vie que nous connaissons. Dans une guerre, si nous ne pensons pas avoir une chance de réussir, il est difficile de nous mobiliser pour le combat. Par contre, rien ne nous oblige – sauf le déni, dans de nombreuses circonstances – de nier la possibilité d’une certaine défaite, la reconnaissance que l’ennemi est peut-être assez fort pour faire des ravages. Penser autrement, agir autrement, nous expose à une confiance qui diminue fort probablement la vigueur de notre intervention.

Ce qui se passe actuellement

Le site de Gail Tverberg est sur la courte liste de sites d’intérêt que je mentionne. Tverberg était à la conférence de Washington, où sa présentation cherchait à utiliser les informations qui circulent pour dresser un portrait de la situation actuelle. Elle vient de publier un article où elle esquisse sa réflexion sur la situation, à partir de sa présentation. Cela n’est pas toujours explicite, mais Tverberg ne partage pas l’optimisme de trop des acteurs. Sans le dire constamment, ses textes fournissent les éléments d’une interprétation qui nous voit dans l’approche à l’effondrement projeté par Limits to Growth.

Un des participants de l’Institut Gund m’a fourni la réflexion suivante pour expliquer la difficulté de cerner les actions nécessaires:

Concerning crises, if I didn’t actively study ecological-economic problems and as a result was unaware that we are drawing down our capital stocks, I would be largely unaware that any problems exist.  For me and most people I know intimately, life is great, local ecosystems appear healthy, violence is dropping precipitously (over the scale of centuries), human rights (gays, women, etc.) are improving, poor (at least in the US, and even to some extent in Brazil) people drive cars and have cell phones, etc. etc.  Due to long ecological time lags, most people will remain largely unaware of ecological crisis until it is nearly irreversible.

Le « nearly » n’est pas nécessaire, et Tverberg termine son récent article avec certaines implications de la situation actuelle.

A major impediment to getting a rational discussion of the issues is the inability of a large share of the population to deal with what appears to be a potentially dire outcome. Textbook and journal editors recognize this issue, and gear their editorial guidelines accordingly. I was reminded of this again, when the question came up (again) of whether I would consider writing a book for a particular academic book publisher. The main thing I would need to do to make the book acceptable would be to find a way of sidestepping any unpleasant outcome–or, better yet, I should come up with a “happily ever after” ending.

On verra si je trouve un éditeur pour mon livre…

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

La transition énergétique: chapitre(s) (ou livre) manquant(s)

Éric Pineault est une référence pour nous dans la compréhension de plusieurs phénomènes affectant/définissant notre système économique. Son intervention la semaine dernière avec d’autres par une déclaration contre Énergie Est était presque préoccupante tellement l’analyse économique restait floue et secondaire face aux impératifs de l’opposition militante. L’intervention annonçait aussi la sortie d’un livre de Pineault, Le piège Énergie Est: Sortir de l’impasse des sables bitumineux, que je viens de lire pour voir s’il fournit la vision d’ensemble qui manque dans la déclaration. Même si ce n’est la pas première fois que Pineault intervient dans ce dossier, il est un peu curieux de le voir y consacrer un livre, qui résume bien le positionnement de l’opposition à Énergie Est, mais qui aurait pu être fait par d’autres militants laissant à lui ce que d’autres ne peuvent pas faire.

Un caractère propre au dossier est que l’arrêt de l’expansion de l’exploitation des sables bitumineux ne permettrait d’aucune façon de réduire les émissions de GES qui s’imposent. On peut bien travailler pour empêcher une exploitation qui rendrait presque futile un tel effort de réduction, reste qu’il faut cerner et travailler sur des pistes pour la réduction, et cela nécessite un ensemble de compétences et de connaissances auxquelles Pineault pourra contribuer. Finalement, après une multitude de références à «la transition énergétique» sans développement, la Conclusion du livre réunit plusieurs pistes fournissant une esquisse de cette transition, mais sans le type d’analyse qui marque le chapitre 2 du livre portant sur les enjeux de l’exploitation des sables bitumineux; c’est la conclusion et la récapitulation du livre et non le ou les chapitres manquants…

http://www.mineralinfo.fr/ecomine/chute-prix-minerai-fer-surproduction-affaiblissement-demande-chinoise-en-acier

Une transition énergétique?

Pineault est motivé dans ces interventions par une volonté de réagir aux défis du changement climatique et d’associer cela à une critique en profondeur de l’extractivisme. L’analyse du deuxième chapitre du livre présente la structure et le fonctionnement des secteurs industriels dominants dans le dossier des sables bitumineux (exploration, exploitation, transport), décrivant «la pression capitaliste à extraire comme moteur»; il y souligne la nécessité d’une croissance pour ces acteurs et la difficulté donc pour eux de se soumettre à une sorte d’équilibre dans la production d’énergie qui pourrait être fourni par un recours à des énergies renouvelables. On soupçonne la recherche d’un tel équilibre entre l’exploitation actuelle et de nouvelles énergies à travers les références non développées à la «transition énergétique». Clé pour la transition serait une distinction entre le pétrole extrême (non conventionnel, comme celui extrait des sables bitumineux) et le pétrole conventionnel (193).

La Conclusion fournit plusieurs éléments d’une vision plus globale, ce que je trouvais manquante dans la déclaration, et que j’essaie d’esquisser ici à partir des notes de Pineault; celles-ci restent finalement très incomplètes et militent pour un deuxième livre de l’auteur, maintenant que sa crédibilité auprès des militants est bien établie. En fait, cela passerait proche de ce que j’espérais d’une collaboration de sa part pour le livre Les indignés sans projets? et de la présentation de «l’économie ordinaire et vernaculaire» dont il parle depuis maintenant quelques années.

J’ai esquissé mes attentes actuelles dans une mise à jour de mon dernier article. Elles restent presque entières après lecture du livre de Pineault: Il faut élargir nos interventions dans le sens de ce dernier article et de celui sur Énergie Est, qui prétend qu’un complément nécessaire – c’est presque un premier pas – au rejet de l’expansion des sables bitumineux est une diminution dramatique des émissions venant de nos transports. L’opposition à l’exploitation des sables bitumineux nécessite à toutes fins pratiques et en même temps des interventions pour l’abandon de l’automobile privée dans nos vies quotidiennes, puisque celle-ci représente notre principale utilisation de pétrole (et d’émission de GES) au Québec; comme le montre Schepper dans son récent article pour l’IRIS, la voiture électrique est un leurre que Pineault suggère ne vise qu’à sauver «la voiture personnelle elle-même». L’abandon de toute expansion de l’exploitation des sables bitumineux et l’abandon de l’automobile privée dans nos vies comportent (pour le premier) un risque pour l’économie canadienne que nous devons assumer et (pour le deuxième) un bouleversement de notre société et de nos vies individuelles et organisationnelles que nous devons également assumer.

C’est dans l’insistance sur un tel «changement de trajectoire» que l’analyse de Pineault frappe par son absence. Pour les transports, il propose de nouvelles perspectives pour nous aligner avec les limites écologiques en freinant une extraction toujours croissante, soulignant que «nos besoins en mobilité ne sont pas immuables, [qu’]il serait possible d’habiter autrement le territoire» (195). Il suggère même que «sortir du pétrole est un projet collectif [et que] … nous avons des outils collectifs à portée de main pour initier cette sortie, tandis que d’autres outils sont à développer» (197). Cela va aboutir à un «renouvellement politique» (197).

Pour une partie de sa vision, il réfère à Dépossession[1], qui manque justement, comme le livre, la vision de l’avenir à rechercher. Probablement avec raison, Pineault se réfère par défaut aux experts pour la descente énergétique, et propose de nous inspirer de Dialogues, mais voilà, il faut insister sur les chiffres et l’échéancier du GIÉC qui font défaut à cette source d’expertise. Pineault poursuit en référant au Front commun pour la transition énergétique qui regroupe justement les intervenants qui n’aboutissent pas à constater l’énormité du problème, se fiant généralement à l’économie verte comme porte de sortie.

Le DDPC n’est pas une orientation

La figure 8 du DDPC représente l’effort de foncer avec une croissance maintenue et une application de toutes les technologies imaginables, contraire donc à ce que Pineault, comme moi, prônons; clé de son intérêt, tout le projet insiste sur le respect du budget carbone du GIÉC. On peut donc regarder le DDPC pour obtenir quelques pistes pour le travail (en reconnaissant qu’il peut y avoir une multitude de variantes). La moitié des réductions recherchées se trouverait en suivant trois pistes parmi les tendances actuelles: la décarbonisation de l’électricité, incluant le développement des énergies renouvelables; l’amélioration de l’efficacité et de la productivité énergétique; la réduction et l’utilisation des émissions non énergétiques. L’autre moitié comporte trois pistes, dont deux de caractère «next-gen»: l’adoption dans les transports des carburants à émission zéro; la décarbonisation des procédés industriels. La sixième piste du DDPC est fonction de la structure de l’économie canadienne, et suit l’évolution de l’exploitation des sables bitumineux. J’ai déjà utilisé leur graphique qui présente ces six pistes.Figure 9 DDPC

On voit par le graphique que les énergies renouvelables représente le potentiel le plus important, suivi de près par les interventions touchant les transports. Les sables bitumineux («structural economic change») représente le facteur le moins important, cela parce que le DDPC assume le recours au CCS, ce que Pineault, avec beaucoup de fondement, rejette.

Finalement, l’intérêt du DDPP en général et du DDPC en particulier est de montrer par défaut la nécessité d’abandonner les illusions de la croissance verte et de procéder à ce que Pineault appelle la descente énergétique. La moitié des émissions actuelles au Canada viennent à part égale de l’exploitation des sables bitumineux et des transports. L’exploitation actuelle va se poursuivre, de l’avis de presque tout le monde, les énormes investissements en cause ne pouvant être ignorés; ils servent néanmoins de prémonition de la menace d’«actifs échoués», terme qui risque de décrire de nouveaux investissements dans l’énergie fossile.

Pour le reste du Canada, les défis prioritaires sont la décarbonisation de l’électricité et celle des transports. Pour le Québec, la première est déjà acquise, et on est de retour donc aux paramètres de mon dernier article et la nécessité au Québec de regarder aux transports, en priorité, pour tout effort de répondre aux attentes de l’Accord de Paris (et beaucoup plus…). Voilà un chapitre qui manque dans le livre de Pineault. Pour éviter une perte de perspective que je pense essentielle, il aurait pu fournir une analyse de l’industrie de l’automobile, suivant le modèle de celle de l’industrie de l’énergie fossile constituant le chapitre 2 du livre; il y montre ses connaissances en la matière et met en pratique les motivations de son intervention, qui vise l’extractivisme. L’analyse de l’industrie du pétrole ne se limite pas au pétrole non-conventionnel (ou extrême) et à plusieurs égards l’analyse de l’industrie de l’automobile a les mêmes caractéristiques de base. Elle porterait sur la nécessaire croissance de la production pour les investisseurs, et donc de celle de la production en amont des carburants/sources de motricité requis pour le fonctionnement des autos, un peu comme les pétrolières s’intéressent à l’industrie du transport. Nous sommes donc devant un plus grand ensemble d’activités extractives. L’industrie de l’énergie fossile est directement extractive; l’industrie de l’automobile l’est indirectement.

Tout en nous fournissant d’énormes bénéfices, l’extraction et l’utilisation d’énergie fossile ont scrappé notre atmosphère planétaire, sans négliger leurs impacts à un moindre degré au niveau de l’activité minière en cause. De son coté, tout en étant «une fabuleuse invention», l’automobile a scrappé le reste, les milieux terrestres habités par l’humanité dans ses communautés conçues et construites en fonction de l’auto. En complémentarité à ces impacts directs, l’industrie de l’auto, à son tour, nécessite une industrie extractive en amont qui est également énorme. Dans la liste de la Fortune 500, il y a 5 compagnies pétrolières et 2 compagnies de l’automobile parmi les 10 premières au monde; pour les États-Unis, General Motors et Ford, avec trois pétrolières, se classent parmi les 10 premières.

À la limite, les pétrolières, suivant l’analyse de Pineault, intègrent la nécessité de la demande créée par l’industrie de l’automobile dans leur conception du développement et s’orientent en fonction des différentes perspectives plausibles, toutes exigeant une importante croissance des activités d’extraction. À l’inverse, l’industrie automobile ne peut se construire sans un œil permanent sur l’approvisionnement pour ses produits, en métaux et autres matières premières pour les produits eux-mêmes, en énergie pour permettre leur utilisation. Le graphique plus bas fournit une certaine perspective; la production mondiale de minerai de fer a atteint 3320 millions de tonnes en 2015, alors qu’elle était environ 1325 millions de tonnes selon les données de mon livre, pour 2005.

«L’économie vernaculaire et ordinaire (non monétaire) de production»

C’est ainsi que Pineault identifie dans d’autres écrits le nouveau modèle économique que nous sommes en train de rechercher à travers nos interventions. Il n’en parle pas dans la Conclusion de son récent livre, où il cible plutôt «une économie compatible avec l’avenir écologique de la planète», ce dernier étant descriptif, le premier fournissant quelques pistes en parlant d’une économie non monétaire ou d’une «économie de la limite» incluant sûrement – comme Abraham rend explicite dans la Conclusion de son propre livre – une réduction du temps de travail et de l’emploi, un changement en ce qui concerne la propriété privée, une valorisation du travail non rémunéré (composante la plus importante dans mon calcul de l’IPV du Québec), des changements majeurs dans nos modes de consommation et de production, des limites drastiques dans les activités des multinationales de l’extractivisme, voire du capitalisme lui-même.

http://www.societechimiquedefrance.fr/extras/donnees/metaux/fe/texfe.htm

Évolution de la production mondiale d’acier

Les interventions récentes ciblent l’extractivisme comme l’approche de notre économie qu’il faut transformer, puisqu’elle caractérise l’ensemble des activités qui génèrent les crises, dont celle des changements climatiques. «Sortir du pétrole» est devenu l’expression qui décrit le plus souvent ce qu’il faut faire; nous ne pourrons pas éviter la hausse de la température sans aller dans cette orientation. En parallèle, les conséquences de la progression du nombre d’automobiles sont peut-être moins directes et moins visibles, mais la volonté de pays comme la Chine et l’Inde d’urbaniser leurs centaines de millions de paysans pendant les prochaines décennies suggère le défi, et probablement la piste à éviter.

Les investissements déjà faits dans les sables bitumineux font que nous ne verrons pas la fin de leur extraction tant que les gisements actuellement exploités ne seront pas épuisés. Par ailleurs, un effort de remplacer le pétrole (disons conventionnel) que nous consommons par des énergies renouvelables représenterait d’emblée une nouvelle forme d’extractivisme extrême, la recherche des ressources non renouvelables requises pour la fabrication des équipements d’énergie solaire et éolienne. Les quantités nécessaires sont estimées justement par Jacobson et Delucchi dans leur effort de viser un tel remplacement, clé pour le Grand bond vers l’avant.

Y penser nous amène assez directement à l’exploitation minière (de fer, de lithium, d’une multitude de métaux dont on peut trouver une présentation dans différents textes récents de Philippe Bihouilx) déjà impliquée à fond dans le maintien de l’industrie automobile. Ici aussi, nous sommes devant des investissements massifs, mais ailleurs, soit du coté des mines d’extraction de ces ressources, soit du coté des usines de fabrication de l’ensemble des équipements qui rentrent dans la fabrication automobile, soit dans celles de la fabrication elle-même.

Contrairement à d’autres sociétés où la production automobile est au cœur de l’activité économique, ce n’est pas le cas pour le Québec. Pineault vise une économie post-capitaliste dont quasiment tout reste à dessiner. Le défi qu’il faut associer à la transition énergétique ou, plus généralement, à la transition écologique et sociétale, est donc à relever directement et immédiatement pour ce qui est des transports; c’est prioritaire, et il n’y a pas d’investissements à ne pas échouer, comme c’est le cas pour les sables bitumineux. À cet égard, Pineault semble bien trop doux à l’endroit du plan d’action du Québec…

Il y a des chercheurs qui essaient d’imaginer un monde avec un milliard (voire deux) d’automobiles électriques et de calculer les quantités de lithium et de cobalt (entre autres) nécessaires seulement pour construire les composantes électroniques, sans même parler des quantités requises de fer pour le reste (même si les réserves sont probablement suffisantes!). Le refus de l’extractivisme mène assez rapidement à un refus de tels calculs dans leurs efforts de voir l’humanité entière équipée d’automobiles privées: «ils» ne «nous» rejoindront pas dans le taux de possession d’automobiles; «nous» devons plutôt «les» rejoindre, selon des façons qui restent à concevoir. Pineault aborde brièvement le travail de Schepper que j’ai commenté dans mon dernirer article, mais se limite finalement à penser à un «vaste plan de transport collectif» en ciblant la transition énergétique pour les fins de son livre, mais sachant qu’il nous faut, en même temps, une transition plus globale.

Urgence ne décrit pas seulement Énergie Est

Il est fort possible que nous soyons déjà dans le processus d’effondrement de notre système économique tel que projeté par Halte à la croissance. Il est tout simplement une évidence que nous sommes devant le processus de dérapage dans les efforts de l’humanité à réduire dramatiquement les émissions de GES pour éviter l’emballement du climat. La question n’est pas l’ouverture de la société aux mesures requises pour éviter l’effondrement: il faut bien admettre que l’ouverture n’est pas là. La question est plutôt une pour les acteurs de la société civile de bien présenter la situation, nos options, quitte à reconnaître que ce deuxième effondrement, aussi difficile à pressentir que le premier, est également en cours. Il nous manque un livre pour mieux nous focaliser sur de tels enjeux. Je vais probablement m’y mettre.

[1] Voir mes quatre articles sur les travaux de ce livre de l’IRIS, encadré par le constat du coordonnateur que le Québec possède «des ressources immenses». Finalement, tout en appréciant l’analyse historique fournie par le livre, il faut reconnaître qu’il n’aborde qu’à peine même une esquisse de l’avenir dont parle Pineault aussi sans précisions.

 

MISE À JOUR

J’avais pu voir une version préliminaire d’un texte de Pineault intitulé «Ce que décroiître veut dire» destiné à la revue Relations. Je n’ai pas vu la version publiée et je ne l’ai donc pas utilisée dans cet article. Il a paru dans Relations n.765 en juin 2013, et se trouve en accès libre via Érudit. Pineault y aborde quelques thèmes de la Conclusion de son livre. On peut également consulter «Vers un post-capitalisme» de Pineault, paru en 2010 dans Relations, pour d’autres pistes. Finalement, une entrevue avec le Journal des Alternatives en 2011 (partie 1, partie 2) a esquissé certaines grandes lignes de sa pensée pour le post-capitalisme et fournit du matériel pour les chapitres qui manquent.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

Un Plan B pour le manifeste Grand bond vers l’avant

Le transport en commun comme solution à la relance économique et à la crise environnementale au Québec: le titre de la note de recherche de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) laisse craindre des dérapages, une volonté de reprendre le bâton de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) et foncer sur la nécessité de relancer la croissance économique avec une approche industrielle nouveau genre. Finalement, la note, publiée en janvier, n’y va pas, et propose plutôt pour le Québec ce que l’abandon des sables bitumineux représente(rait) pour les provinces de l’Ouest, un bouleversement.

En effet, parmi les principales sources d’émissions de GES au Canada figurent l’industrie d’extraction d’énergie fossile pour le quart et nos systèmes de transport pour un autre quart; quant aux sources de la croissance de ces émissions depuis 1990, les deux y sont pour presque 100%. Le manifeste Grand bond vers l’avant cible la moitié du défi, celle de l’industrie de l’énergie fossile. Actuellement en déprime, le déclin (temporaire, peut-être, peut-être pas) du secteur suite à la baisse dramatique du prix du pétrole montre assez clairement son rôle dans l’économie canadienne, également face à un ralentissement sérieux. Et voilà une source des émotions lors de la convention du NPD il y a deux semaines.

DSC00536

Il y en a qui ont leur Audi

Les transports un élément clé

Le manifeste n’aborde tout simplement pas le défi associé à nos transports alors que déjà il a suscité les émotions et les oppositions. Le principal but de mes deux articles sur le sujet, le premier sur le positionnement du manifeste, le deuxième sur ses faiblesses, était de faire ressortir l’importance des propositions du manifeste pour la structure de notre société, et de son économie, lorsque l’on regarde d’un peu plus près leurs vraies implications. Brasser dans les grands secteurs de l’énergie et de l’agriculture n’est pas une mince affaire, surtout dans l’urgence, et cela est compliqué grandement par tout effort de chercher à identifier le financement d’une société ainsi transformée.

L’effort du DDPC pour esquisser un scénario traçant une voie possible pour relever le défi d’éviter un réchauffement de plus de 2°C semble aller presque dans le sens contraire. Du moins, il semble suggérer que nous pouvons mettre nos efforts ailleurs que dans le secteur de l’énergie fossile; pour ce dernier, le DDPC fournit le portrait d’un Canada avec ce secteur fort, ou faible, et les implications de ces portraits pour certaines provinces. Ce qui se passera dans ce secteur n’aura presque rien à voir avec l’ensemble des autres mesures ciblant la décarbonisation, et le scénario présenté (avec comme hypothèses le maintien de la croissance économique (verte?) et un prix de pétrole qui reste bas et mortel pour l’exploitation des sables bitumineux) insiste que ces autres mesures, qui doivent être entreprises immédiatement, représente déjà un défi suffisant pour nous ébranler.

Suivant des travaux de Renaud Gignac et Damon Matthews, j’ai essayé d’insérer dans la réflexion la question de l’allocation équitable de budget carbone de l’humanité, tel que calculé par le GIÉC. Je ne vois presque nulle part de discussion sur cet aspect du défi des changements climatiques, mais nous voyons déjà une indication que l’allocation du fardeau va peser dans les négociations entre les différentes juridictions canadiennes en vue de la formulation d’un plan d’action national. La difficulté d’imaginer un tel plan d’action pour le Québec est presque indépendante du débat sur les sables bitumineux, ceux-ci n’ayant pas d’impact sur le bilan des émissions du Québec. Le débat sur Énergie Est est ailleurs.

Les transports représentent plus de 40% des émissions québécoises et tout effort de les gérer aboutit rapidement à l’automobile. On peut voir une première indication de ceci dans le travail du DDPC, qui cible finalement de faibles changements dans le secteur à l’échelle canadienne (31); devant l’importance des véhicules privés, il prévoit une baisse de ce moyen de transport (figure 30), mais seulement d’environ 7% (interurbain) à 17% (urbain). L’électrification du transport privé, du fret léger et du rail représente un objectif incontournable pour leur scénario, complété par la transformation des fuels restants par une dilution de 90% par des biocarburants. Mais à travers les moyennes se cache un défi pour le Québec, qui de toute évidence doit s’attaquer en priorité à ce phénomène des transports, en croissance chez les Québécois comme le veulent les Albertains l’exploitation des sables bitumineux.

Le Québec et l’automobile, des enjeux économiques aussi bien qu’environnementaux 

Grand bond vers l’avant change de titre dans la version française, y ajoutant «et le Québec». On peut soupçonner que cela est une reconnaissance du fait que le manifeste a été conçu par le ROC et que ses impacts se font sentir surtout dans le ROC. Pour que le Québec y soit vraiment impliqué, il faudrait plus qu’une opposition au pipeline Énergie Est. Il faut que le Québec s’attaque à l’énorme défi que représente son secteur des transports, dont les émissions sont en croissance constante.

Bertrand Schepper, auteur de la note de l’IRIS mentionnée, est conscient de ces enjeux et aborde la question des transports par une analyse qui est finalement économique, environnementale et sociale. Schepper propose (i) que la voiture électrique est presque sans intérêt, voire négative, comme piste de solution, (ii) que le transport en commun représente clairement la voie de l’avenir et (iii) qu’il faut chercher à concevoir un Québec (et un Canada, ajoutons-le) où l’automobile privée prendra la voie de sortie. Et on pense que les sables bitumineux constituent un défi!

Sources GES

La note débute avec une première section sur le Québec dopé à l’automobile, suivie d’une autre sur la voiture électrique, pour éliminer rapidement celle-ci, et passe ensuite à souligner qu’il est «temps de remettre en question l’hégémonie de l’automobile au Québec» pour mettre l’accent sur le transport en commun.

Pour Schepper, «d’un point de vue environnemental, l’agrandissement des réseaux de transport en commun dans les centres urbains, y compris l’agrandissement du métro de Montréal, constitue une meilleure option que l’augmentation du parc automobile sur le même territoire» (5). On pourrait ajouter à cette idée d’allonger le métro le projet d’un réseau de trains électriques annoncé par le CDPQ récemment, comme celui du monorail mis de l’avant par l’IRÉC et celui du TGV dans l’air depuis longtemps.

Tous ces projets en sont de «transport en commun», mais ce qui est intéressant dans la note de recherche est que c’est finalement l’autobus qui reçoit l’attention de Schepper. Il descend donc d’un cran des envolées technologiques: «Comme le Québec possède une industrie florissante de transport en commun et que les autobus consomment moins d’énergie par utilisateur que la voiture, les effets économiques d’un virage vers le transport en commun seraient bien plus importants que le choix de s’en tenir à une électrification des automobiles» (p.6).

Schepper résume son analyse avec une proposition d’investissement pour les projets d’infrastructures déjà prévus par le Québec :

Balance des paiements«Quant à la balance commerciale du Québec, on peut supposer que des investissements de 9,03 G$ en transport en commun auront un effet marquant. En effet, cet investissement en capital permettrait l’achat de plus de 20 000 autobus standard construits au Québec. Cela réduirait nos importations de voitures de près de 1 090 000 unités, qui ne seront pas remplacées. En s’en tenant à notre évaluation prudente de 21 000 $ par voiture neuve, il s’agirait d’une baisse moyenne annuelle de plus de 2,4 G$ pour la balance commerciale, soit un total de 24,6 G$ sur 10 ans. D’autre part, en prenant pour repère un prix relativement bas du baril de pétrole à 52,38 $, on peut envisager une baisse de nos importations de pétrole de 4,4 G$ sur 10 ans. Cela représenterait un effet de 440 M$ par année sur la balance commerciale… En ce sens, sur 10 ans, on peut estimer que l’investissement proposé de 9,03 G$ aura un effet positif de 29 G$ sur la balance commerciale du Québec.» (p.9, mes italiques)

La proposition : investir dans la construction, au Québec, d’une nouvelle flotte d’autobus («standards» électriques, à présumer) pour ensuite générer de l’activité économique dans l’opération et l’entretien du réseau, qui serait implanté partout dans la province, contrairement aux grands projets technologiques. Alors que l’IRÉC rêve de voir le Québec développer une infrastructure industrielle pour la fabrication du monorail pour implantation ici (ce qui n’a pas de bon sens en termes coûts/bénéfices) mais surtout pour exportation, cela sur le long terme, Schepper cible le court terme (10 ans), le temps nécessaire pour équiper le Québec d’un réseau modeste en termes technologiques mais efficace et accessible à toute la population. Et, ajouterait Schepper, Bombardier et d’autres pourraient les construire, en refusant la volonté d’une concurrence de la part de Michael Sabia de la CDPQ pour le réseau de trains électriques, cela se situant dans un tout autre modèle que celle d’une transition.

Une approche à la transition

En fait, le titre de la note de recherche, ainsi que le langage de sa conclusion, semblent vouloir voir la mise en place d’une infrastructure industrielle pour le long terme, mais cela ne découle pas de la présentation et nous mettrait par ailleurs devant l’ensemble des défis associés à la volonté de maintenir la croissance économique. Comme Schepper dit, l’opération et l’entretien sont plus intéressants sur le plan économique et social que la fabrication, et la présentation met l’accent sur ces autres activités. Fascinante, cette note se limite à une intervention qui cible une vraie transition, d’assez court terme et cohérente avec la nécessité radicale de réduire l’empreinte écologique du Québec, ce à quoi les économistes ne pensent pas.

Implicite dans la proposition de l’IRIS est une intervention politique qui soutient l’idée de ne pas remplacer le million de véhicules rendus non nécessaires en raison de l’implantation du réseau d’autobus (que Schepper insiste à appeler génériquement un réseau de transport en commun, comme s’il est conscient que son analyse ne sera pas très populaire dans ses implications pour les automobilistes). Il s’agirait du cinquième environ de la flotte de véhicules privés éliminés d’ici 2025. Le défi reste pour le 80% de la flotte qui, rendu en 2030, aurait atteint la fin de sa vie; comme Schepper dit, sa proposition n’est pas exclusive au 20%, à l’image de la proposition de Stephen Lewis pour les emplois qui seraient perdus si le Canada annulait les contrats d’équipement militaire avec l’Arabie saoudite… «Pour répondre à l’urgence écologique et permettre une relance économique du Québec, il semble opportun de faire du transport en commun une véritable politique industrielle» (p.7-8). La relance serait temporaire, et tant mieux.

Schepper inclut dans son analyse les coûts pour les individus de maintenir une automobile privée, très importants (deuxièmes après la maison, pour les ménages). Il ne le mentionne pas, mais une reconnaissance du fait que ces véhicules sont utilisés environ 3% du temps fournit ce qui est nécessaire pour compléter l’argument visant à éliminer plus ou moins complètement la flotte de véhicules privés. Schepper termine en soulignant que l’on «peut alors calculer qu’en 2025, le potentiel de réduction des émissions de GES de cet investissement sera de 2,2 Gteq CO , soit l’équivalent de près de 8,5 % des objectifs québécois visés pour 2030» (p.9). Il resterait donc pas mal de chemin à faire…       

Le contraste de cette approche avec celle du Conference Board dans son rapport de l’an dernier est frappant. Sa liste de recommandations à la fin du document commence avec une sur le maintien des mesures d’amélioration continue et technologiques esquissées dans ses deux scénarios, mais celles-ci sont suivies par trois qui ressortent: Sortir les gens de leurs autos (121); Mettre un accent sur le transport des marchandises (122); Réduire la demande pour le transport (123). Devant cette approche (in)imaginable pour le Conférence Board, la série de recommandations termine avec la volonté qui risque d’être celle de l’échec de la COP21 : Rechercher l’équilibre (123)…

Dialogues pour un Canada vert aborde dans la section 2.4 (p.35-37) la question des transports, avec sa cinquième orientation stratégique, «Adopter rapidement des stratégies de transport à faibles émissions de GES dans l’ensemble du Canada». L’orientation semble compromise dès la première phrase de la section, qui propose que ces interventions soient «évaluées de manière approfondie»; une telle évaluation ne pourra se faire rapidement. Et elle n’est pas nécessaire devant l’urgence et des connaissances déjà acquises. Le document propose comme première mesure, à l’image du Conference Board, que les normes d’émissions soient rehaussées (y compris pour les VUS qui devraient plutôt être éliminés…). La deuxième mesure, pour le moyen et le long termes, est l’électrification du transport routier; non seulement ceci n’est pas pour le court terme, mais l’analyse de l’IRIS suggère qu’elle va dans la mauvaise direction[1];on peut voir le défi avec l’analyse du DDPC: en 2030, il faudrait que 70% des ventes d’autos soient électriques (comm. pers). La dernière mesure identifiée est une amélioration du transport ferroviaire et intermodal, le «Mettre un accent sur le transport des marchandises» du Conference Board.

Le fondement de l’orientation semble presque réchappé par la troisième mesure, pour le court et le moyen termes, soit de soutenir de nouveaux modèles de transport «comme solutions de rechange aux autombiles de propriété privée». Dialogues part du fait (p.22) que les émissions venant des transports sont finalement équivalentes à celles venant des industries d’extraction fossile, mais ne fait aucun effort d’insérer sa présentation dans le cadre du budget carbone. Voyant la façon explicite et directe dont Grand bond vers l’avant aborde la question de l’extraction de l’énergie fossile (on la laisse en l’état actuel, sans expansion), et voyant que le manifeste n’aborde même pas la question des transports, il semble raisonnable de penser que, pour compléter Grand bond vers l’avant, une façon explicite et directe serait appropriée aussi pour les transports, en ciblant le transport privé par automobile (environ les trois quarts des émissions du secteur).

Le Plan B et le problème…

Quand j’écrivais le chapitre sur l’énergie pour le livre Les indignés sans projet?, je faisais en même temps un apprentissage qui m’arrive – qui nous arrive – régulièrement tellement nous sommes leurrés par l’espoir technologique, tellement nous ne sommes pas habitués à penser en termes de gestion de crises. J’ai commencé avec le surplus d’électricité au Québec, j’ai passé à la voiture électrique comme approche à privilégier, pour terminer avec la disparition de la flotte d’automobiles privées comme piste raisonnable pour faire face aux défis… La véritable situation, les besoins réels, ressortent dès que l’on s’arrête un peu. Schepper le fait, et le défi est de compléter le portait qu’il présente en esquissant un Plan B pour Grand bond vers l’avant.

 d'autres leur Ford ou Chevrolet

d’autres leur Ford ou Chevrolet

Un réseau d’autobus électriques de différentes tailles, selon les besoins de différents quartiers des villes de Montréal de Québec, selon les besoins d’un nombre important de villes moyennes et petites, devient un axe important pour les transports. Par contre, plutôt que d’essayer de couvrir l’ensemble des besoins des communautés avec un tel réseau, un deuxième réseau de taxi-bus se présente rapidement comme un complément moins lourd; Dialogues nous envoie à l’expérience de Victoriaville avec un tel système, justement au niveau de l’automobile privée que la réflexion arrive à presque supprimer. Et à un niveau au-dessus de celui des autobus, on trouve le métro à Montréal, déjà surchargé, et le besoin de quelque chose d’autre, de complémentaire, le service rapide par bus ou le tramway. La Ville de Québec a déjà esquissé sérieusement un tel projet intermédiaire.

Il s’agit, finalement, de nous référer à un ensemble de connaissances acquises depuis assez longtemps. Luc Gagnon, avec qui j’ai collaboré pendant des années, est maintenant président d’Option transport durable et est intervenu récemment et à deux reprises lors d’articles par Florence Sara G. Ferraris dans Le Devoir, en même temps que Christian Savard de Vivre en ville, de Franck Scherrer de l’Université de Montréal, de Jean-François Lefebvre de l’UQAM et de Réjean Benoît, également d’Option transport durable. Dans un premier article, Ferraris étale les options en matière de transport en ciblant ces intervenants qui cherchent depuis longtemps à définir ces options sans s’orienter d’office vers la haute technologie; dans le deuxième article, une entrevue avec Luc Gagnon et Réjean Benoît présente les détails du réseau du tramway qu’ils proposent pour l’est de Montréal. Le travail de ce dernier groupe a également été couvert par le journal Métro.

Le site web de l’organisme ouvre avec le constat: «L’automobile est une fabuleuse invention». Il part de là pour aller ailleurs. Grand bond vers l’avant s’attaque de front à l’industrie fossile. Pour le transport dont il ne parle pas, on aboutit par Dialogues à cette piste décrite mais presque noyée dans un ensemble d’options pour le court, le moyen et le long termes, soit le remplacement de l’automobile privée. Schepper arrive directement à fournir une approche qui frappe au coeur de la problématique et du défi, l’automobile privée utilisée pour environ 3% du temps, mais présente dans le coeur des propriétaires près de 100% du temps.

En effet, alors que l’arrêt de l’expansion de l’exploitation des sables bitumineux frappe au coeur de l’économie de l’Alberta, l’élimination de l’automobile privée serait bénéfique pour l’économie du Québec, mais frapperait au coeur de ses propriétaires. Elle ne joue pas le rôle d’un équipement nécessaire, mais d’un symbole définissant la place que l’on occupe dans la société, chacune pour sa place, chacun ayant une place – à part les plus démunis de la société. Pour le Québec, et contrairement à celles visant les sables bitumineux, les propositions esquissées ici ne touchent même pas au système économique en place: le pétrole, tout comme les automobiles, sont 100% importés et représentent un poids pour la balance des paiements de la province (voir le graphique 1 ci-haut).

On parle souvent du manque de volonté politique. Ce qui est presque fascinant, dans le cas présent, est que ceci représente une façon d’attribuer à autrui, aux politiciens, ce que nous avons dans nos coeurs, une volonté de maintenir à tout prix notre romance avec notre jouet favori. Les gens ne prendront pas le transport en commun si celui-ci n’est pas disponible mais, plus important, le transport en commun ne sera pas utilisé si l’automobile privée n’est pas éliminée. La volonté politique en cause est en fait une volonté citoyenne d’abandonner (ou non) le rêve de l’économie verte pour revenir à la terre, une terre meurtrie et menacée mais peut-être capable de nous accompagner dans une transition vers un avenir plus modeste. Cela prendra une révision du Grand bond vers l’avant et sa promotion par un ensemble d’acteurs de la société civile et, éventuellement, de la société elle-même.

 

[1] Le texte indique que le transport est responsable de 78,4% des émissions de GES. Ceci est proche du bon chiffre, si l’on ne pense qu’aux combustibles fossiles, mais sa référence 90 fournit le bon chiffre, 42,5%.

 

MISE À JOUR

Le même jour que j’ai publié cet article un groupe est intervenu en opposition au projet Énergie Est, soulignant qu’il s’agit «un piège écologique, économique et social qui nous enfermerait pour plusieurs décennies dans la dépendance à une croissance dopée aux hydrocarbures extrêmes. Autoriser Énergie Est, c’est s’exposer à des risques majeurs pour des retombées qui affaibliraient à terme notre économie». J’appuie totalement l’opposition au pipeline (je n’étais pas invité à signé cette nouvelle déclaration…) mais je reste toujours plus que préoccupé par plusieurs aspects de l’opposition qui n’arrivent pas à une clarté quant à ses fondements et à ses implications.

La déclaration du 27 avril constate que le pipeline représente une infrastructure qui nous lieraient à un développement pétrolier à long terme (ou à la faillite des propriétaires du pipeline, une alternative possible) et insiste que «l’histoire exige de nous un avenir où d’autres formes d’énergie, d’autres logiques de production et de consommation prédomineront.» Cela comporte «l’impératif d’une transition énergétique immédiate. C’est là que nous devons investir nos énergies et canaliser notre inventivité». Ceci semble être explicité un peu avec les propos suivants:

[Le pipeline] nous rend complices du programme économique de quelques grandes entreprises détenant des droits d’extraire et dont l’intention se résume à l’expansion de leurs profits… Autoriser Énergie Est, c’est s’exposer à des risques majeurs pour des retombées qui affaibliraient à terme notre économie… En un mot, Énergie Est symbolise notre enfermement collectif dans un modèle de société qui nie les dangers que représentent les changements climatiques.

J’aimerais voir les signataires (et d’autres) élargir leurs interventions dans le sens de cet article et de celui sur Énergie Est qui prétendent qu’un complément nécessaire au rejet de l’expansion des sables bitumineux est une diminution dramatique des émissions venant de nos transports. Cela implique :

  • une reconnaissance du fait que nous laissons à d’autres les risques et les dégâts associés à notre usage de pétrole, à moins de compléter le sens de l’intervention et reconnaître que l’opposition à l’exploitation des sables bitumineux comporte à toutes fins pratiques l’abandon de l’automobile privée dans nos vies quotidiennes, puisque celle-ci représente notre principale utilisation de pétrole (et d’émission de GES);
  • une reconnaissance que l’abandon de toute expansion de l’exploitation des sables bitumineux et l’abandon de l’automobile privée dans nos vies comportent (pour le premier) un risque pour l’économie canadienne que nous assumons et (pour le deuxième) un bouleversement de notre société et de nos vies que nous devons promouvoir avec autant d’insistance;
  • la nécessité d’efforts pour bien cerner la société et l’économie qui sont l’objet de nos revendications et une acceptation de ce que cela comporte, presque sûrement, soit ce que Tim Morgan appelle une «récession permanente», à laquelle nous devons nous préparer.

Cela à moins de poursuivre dans le déni que représente l’adhésion à l’idée de l’économie verte avec son leurre technologique, ensemble qui devient de plus en plus clairement un rêve sans fondement dans la réalité… La déclaration sort en même temps que le livre Le piège Énergie Est. Sortir de l’impasse des sables bitumineux (Écosociété) signé par Éric Pineault (apparemment seul). Pineault est bien capable de faire la part des choses et élaborer sur les implications sociales et économiques en cause et j’espère qu’il l’a fait. J’ai un livre à lire.

 

 

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

… comme une hache fend le bois – partie 2, la réalité à cibler

Le manifeste Grand bond vers l’avant cible en priorité un ensemble d’injustices et de crises dans la société contemporaine: respect des droits des autochtones, internationalisme, droits humains, diversité et développement durable. La pauvreté et les inégalités arrivent dès la deuxième phrase. Reconnaissant le rôle fondamental que joue l’énergie dans toute société, il souhaite «des sources d’énergie qui ne s’épuiseront jamais, pas plus qu’elles n’empoisonneront la terre».

 La décennie zéro de Klein: un peu de clarté au loin avant l'orage

La décennie zéro de Klein: un peu de clarté au loin avant l’orage

Le manifeste suggère que «les avancées technologiques ont mis ce rêve à notre portée» et semble proposer, suivant la réflexion de Stephen Lewis, une transition vers une nouvelle société en utilisant de grands chantiers de construction d’énergies renouvelables pour compenser les pertes d’emplois dans le secteur de l’énergie fossile – et la perte de cette énergie même. Il n’est pas clair que la compensation puisse être complète, face à d’autres priorités comme une prise en compte de la situation des autochtones et la remise en état de nos infrastructures existantes «qui tombent en ruines». En outre, le manifeste demande de mettre un frein aux accords commerciaux, dont celui avec l’Europe et celui «trans-pacifique». Devant de tels enjeux, il serait probablement prudent de prévoir que la transition soit plus cahoteuse que prévue.

 Transformations ou transition?

Le manifeste Grand bond vers l’avant propose des transformations en profondeur du système canadien, dans l’important secteur de l’énergie, dans l’agriculture qui domine le paysage dans plusieurs provinces, dans les fondements fiscaux de son budget. En fait, le manifeste semble dessiner d’importants éléments de la «transition», et si ces éléments exigent plus que le manifeste laisse entendre, nous sommes en mesure de croire que cela ne changera pas la conviction de ses initiateurs que ces éléments s’imposent[1].

Auparavant, des propositions analogues cherchaient à s’insérer dans une transition progressive. Un leitmotif du manifeste, un leitmotif du scénario du DDPC, un leitmotif de Tout peut changer de Naomi Klein, une des initiatrices du manifeste – nous sommes dans la décennie zéro de Klein d’après son jugement de 2013… -, est l’urgence.  Le terme est omniprésent depuis longtemps, mais ces récentes interventions semblent davantage ciblées en ce sens. Pour la partie du manifeste touchant l’énergie, nous sommes devant des propositions qui transformeraient radicalement et rapidement l’économie canadienne en apportant des changments importants sur le plan social, en termes d’emplois et leur emplacement aussi bien qu’en termes des types d’emplois, finalement, dans la structure même de ce secteur de l’économie et de la société.

Le manifeste Grand bond vers l’avant ne fournit aucune indication pour soutenir le propos à l’effet que la nouvelle économie ainsi créée constituerait une amélioration par rapport à l’actuelle, ni une idée des transformations profondes et perturbatrices qui seraient en cause. Mon analyse des interventions de Greenpeace Internationaldu DDPP et du DDPC indique le maintien sur le long terme des inégalités dénoncées par le manifeste et fournit un contexte pour les «avancées technologiques»: elles sont limitées et comportent le maintien des inégalités à l’échelle planétaire. Aussi important – et c’était déjà reconnu dans le discours de Stephen Lewis à la convention du NPD –, il n’y a aucune raison de croire que les transformations proposées vont se réaliser, et certainement pas dans le court terme. Déjà, le nouveau gouvernement canadien a clairement indiqué sa volonté de poursuivre l’expansion de l’exploitation des sables bitumineux et la construction d’oléoducs pour le permettre. Peu importe que la situation mondiale actuelle aille dans le sens contraire, l’espoir des promoteurs est que cette situation soit temporaire. Cela est même un élément du manifeste Grand bond vers l’avant qui termine en soulignant que «cette pause dans la folie de l’expansion ne devrait pas être perçue comme une crise, mais bien comme un cadeau».

Et la vision d’une autre société?

Dans sa présentation de ses dix grandes orientations, Dialogues pour un Canada vert met en priorité et comme action immédiate l’établissement d’un prix pour le carbone. Le problème avec cette approche, qu’on aboutisse ou non à en mettre en place, est que le niveau du prix est établi politiquement[2]. Nous voyons l’importance, plus généralement, d’interventions pouvant toucher, et perturber, des groupes entiers de la société.

Ce document d’appui au manifeste aborde différents éléments de l’Indice de progrès véritable (IPV), dont la question des redevances provenant de l’exploitation des ressources non renouvelables, soit les mines, incluant l’extraction d’énergie fossile. Dans le secteur des mines métallifères, l’approche généralisée au Canada, et incluant le Québec, est désastreuse, contraire aux principes de base de l’économie écologique; une application de ces principes, à toutes fins pratiques la nationalisation, aurait comme résultat très souvent une incapacité de procéder sur le plan économique, tellement le prix requis ne rencontrerait pas celui des marchés mondiaux. Il ne faudrait pas compter trop sur les redevances comme source de revenus pour un État qui cible les services.

Les tout récents budgets de l’Alberta et de Terre-Neuve et Labrador fournissent une indication indirecte de l’erreur de cette approche, qui ne reconnaît pas ces principes de l’économie écologique détaillés dans le chapitre de mon livre sur l’activité minière. Par leur nature même, l’exploitation de telles ressources ne peut continuer indéfiniment, et les revenus qui peuvent être générés (avec des redevances sans comparaison plus importantes que celles recherchées habituellement par les provinces) doivent être utilisés, non pas pour les besoins courants, mais pour établir des sources de revenus permanents pouvant être mises en place. Les problèmes actuels de l’Alberta et de Terre-Neuve et Labrador proviennent de la baisse du prix du pétrole et d’autres minérales, mais indirectement on peut croire que cette baisse est liée à une situation où les ressources minérales en générales deviennent de plus en plus difficiles à trouver et, par la suite, coûteuses à extraire. L’intérêt dans l’immédiat, à juger par les décisions politiques à leur égard, est de créer des emplois, mais voilà, cette approche est de court terme.

Une prise en compte de l’IPV est déjà implicite dans la proposition d’abandonner les énergies fossiles, avec comme modèle la Norvège. Plus généralement, les coûts associés aux externalités environnementales et sociales sont tels qu’ils définissent presque la nécessité de la décarbonisation; les coûts des changements climatiques sont la plus importante soustraction dans le calcul de l’IPV, qui réduit le PIB des trois quarts. Le CCPA ne propose dans la liste fournie dans mon premier article sur Grand bond vers l’avant que de couper les subventions à l’exploitation de l’énergie fossile, mais le manifeste cible clairement l’exploitation elle-même.

En fait, comme le DDPC montre, le défi principal serait de réussir dans les cinq autres composantes du scénario de décarbonisation. Si cela est réussi, les changements dans l’économie canadienne (l’Alberta ou le Québec bénéficiant des conditions établies par les marchés mondiaux, mais pas les deux) seraient finalement politiques, comme nous voyons avec les débats internes au sein du NPD.

Devant un choix que l’on ne veut pas confronter

L’intervention associée au Nouveau parti démocratique signale une situation assez dramatique, et non seulement pour les politiciens qui militent en son sein. Elle représente une intention, qui semble être claire, de reconnaître «ce que nous sommes et de décider de changer» – du moins, dans nos gestes à nous. Le manifeste fournit plusieurs pistes pour un mouvement qui agirait en fonction de l’échec de ses volontés.

Le manifeste aborde en effet vers la fin une autre façon de concevoir la nouvelle société voulue par beaucoup d’entre nous. Il s’agit de mettre un accent sur une économie de services plutôt que sur une économie fondée sur l’extractivisme.

La transition vers une économie qui tient compte des limites de notre terre requiert aussi de développer les secteurs de notre économie qui sont déjà sobres en carbone : ceux des soins, de l’éducation, du travail social, des arts et des services de communications d’intérêt public. Un service de garde universel comme celui du Québec devrait d’ailleurs avoir été implanté dans tout le Canada, il y a longtemps. Tout ce travail, dont une grande partie est accomplie par des femmes, est le ciment qui permet aux communautés humaines et résiliantes de tenir, et nous aurons besoin que nos communautés soient le plus solide possible, face au cahoteux futur qui nous attend.

DSC01674

Le texte laisse à d’autres économies, à d’autres sociétés, l’exploitation des ressources nécessaire pour produire nos biens matériels et cible une résilience chez nous. Par contre, le type de développement décrit ne comporte pas la création de bénéfices monétaires importants et ne semble pas définir la résilience en termes économiques; au contraire, il comporte normalement des coûts. Les auteurs du manifeste semblent vouloir diminuer l’importance de la question des revenus qui seraient requis par l’État dans ce nouvel arrangement et suggèrent la litanie de changements proposés par le CCPA comme réponse. Ceux-ci méritent une analyse plus approfondie quant à ses implications pour l’économie d’où ils proviendraient.

DSC01673

Plus directement, il est temps de voir l’ensemble des acteurs associés aux démarches qui cherchent à nous sortir des crises reconnaître ce qui devient encore plus clair avec la démarche du NPD. Nous sommes devant une impasse économique et politique en dépit de l’urgence reconnue. Stephen Lewis nous a fourni une vision qui semble être écartée par les options politiques réalistes (comme Thomas Mulcair cherchait). Grand bond vers l’avant fournit plusieurs pistes permettant de décrire la nouvelle société qui se trouve «en avant», mais elle est drôlement plus contrainte que le manifeste indique.

Cette société n’est pas celle de l’économie et de la croissance vertes dans laquelle la «transition» se ferait sans heurts. Elle pourrait bien être une société centrée sur les services, mais avec des moyens moins importants que rêvés. Elle semble être beaucoup plus celle projetée par Halte à la croissance il y a près de 45 ans, une société qui doit composer avec un effondrement du système économique responsable, de toute façon et en grande partie, des crises qui sévissent. Ce serait une société sans les revenus de la croissance calculés par le CCPA et où il y aurait un accent sur les services, voire sur la coopération, sur la collaboration, sur le bénévolat, mais où l’accent sur ces services marquerait la vie quotidienne à la place de la recherche de plus en plus de bien matériels.

 

 

 

 

[1]  On constate d’emblée que le manifeste a été initié par le ROC, mais avec plusieurs signataires initiateurs québécois dans les arts (Denis Villeneuve, Dominic Champagne, Xavier Dolan. Leonard Cohen, Naomi Klein, Yann Martel), mais en termes d’organisations, seulement la Fondation David Suzuki et Greenpeace, par leurs organisations canadiennes, avec Coule pas chez nous. Une deuxième étape y mettait Éric Pineault et Gabriel Nadeau-Dubois comme signataires et, parmi les organisations, Le monde à bicyclette. Les informations terminent avec les endorsements/appuis: Amis de la terre de Québec; ATTAC-Québec; Cercle des Premières nations de l’UQAM; Chorale du peuple (Occupons Montréal); Climate Action Network; Divest Concordia; Parti vert du Canada et du Québec; Québec solidaire. Voir le site du manifeste pour l’ensemble des signataires. Dialogues, référence pour le manifeste, met en évidence plusieurs auteurs et participantes québécois (dont Catherine Potvin, Louis Fortier, Normand Mousseau, Pierre-Olivier Pineau, Christian Messier, d’autres). Le manifeste Élan global représente une initiative québécoise avec plusieurs éléments correspondants.

[2] Dans Le Devoir du 12 avril il y a un court article sur la perte possible de l’industrie de l’acier long en Allemagne et peut-être en Europe qui souligne jusqu’à quel point cet aspect de la problématique peut être important. Un des facteurs dans la crise de l’acier en Europe: le prix du carbone déjà en place…

Ces annonces sont survenues alors que 45 000 salariés allemands de la sidérurgie manifestaient lundi à travers l’Allemagne à l’appel du syndicat IG Metall pour clamer leur inquiétude. « Il faut combattre les importations à bas prix en provenance de Chine et empêcher le renchérissement des certificats de CO2 », a plaidé IG Metall en référence à une réforme proposée par Bruxelles du système de négoce de certificats d’émissions de CO2, qui pénaliserait davantage les industries

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite

… comme une hache fend le bois – partie 1, la complexité de l’espoir

Je suis plutôt convaincu que Halte à la croissance dessine notre avenir à assez court terme, un avenir compliqué par d’autres aspects de la crise sociale, mais personne ne semble vouloir agir en ce sens. Dans une sorte de position de repli, je regarde les propositions touchant l’économie verte, justement fondées sur le rejet de Halte et sur l’idée que les énergies renouvelables nous permettront de maintenir notre système économique tout en protégeant nos écosystèmes planétaires; le travail de Greenpeace International avec des partenaires industriels des secteurs de l’éolien et du solaire semble assez clairement montrer qu’un effort à l’échelle mondiale en ce sens ne réglera pas nos problèmes, mais encore, cela ne semble rien changer dans les positions. Finalement, en abandonnant même l’idée qu’il nous faut mieux reconnaître les inégalités dans le monde, j’ai décidé de regarder de nouveau le manifeste Grand bond vers l’avant, où nous n’aurons qu’à nous occuper de nos propres affaires, laissant à d’autres celles des autres.

Stephen LewisJ’y étais amené en écoutant l’impressionnant discours de Stephen Lewis devant la convention du NPD le 9 avril dernier. Lewis y était aussi émouvant et impressionnant que d’habitude alors que le journaliste de CBC News Neil Macdonald le décrit comme quelqu’un qui «présente la vérité comme une hache fend le bois». (Thomas Mulcair, qui manifeste une certaine jalousie envers sa liberté d’expression et une hâte d’être rendu là, aura beaucoup à faire pour en avoir le charisme…)

Lewis a donné le ton en proposant de renoncer au contrat d’équipement militaire à l’Arabie saoudite en orientant des investissements promis pour les infrastructures pour compenser la perte de quelque 3000 emplois qui serait en cause. Face aux enjeux touchant l’exploitation des sables bitumineux, il était moins direct, mais s’est référé au manifeste Leap – Grand bond vers l’avant[1]. Ce manifeste esquisse les grandes lignes d’un programme qui s’offre comme réponse au défi des changements climatiques – et beaucoup plus. Le manifeste est peint en rose; Avi Lewis, fils de Stephen et un des initiateurs, le décrit comme signalant «un profond espoir». De mon coté, je voudrais le présenter en mettant en évidence les transformations sociales et économiques profondes qu’il propose. Je n’aborderai pour ce faire que les parties «techniques» touchant l’énergie, l’agriculture et le financement.

Les enjeux touchant l’énergie

Le manifeste se fonde sur plusieurs travaux formels. Tout d’abord, il se réfère à Dialogues pour un Canada vert, que j’ai déjà analyse dans ce blogue, qui suggère qu’il est possible pour le Canada d’éviter le réchauffement extrême; Dialogues se fie à une collaboration d’Ouranos pour deux simulations, dont une pour le RCP4.5 du GIÉC qui donne de l’espoir. Comme point de départ pour ce qui serait nécessaire, il propose que toute l’électricité canadienne soit produite à partir de sources renouvelables (ou du moins, basses en carbone) d’ici deux décennies. Il s’agit du seul objectif chiffré dans tout le document[2].

En complément à cette première composante du portrait, le manifeste est clair qu’il faut éviter toute construction de nouvelles infrastructures énergétiques pour l’exploitation des ressources fossiles, celles-ci compromettant les interventions pour des décennies; entre autres, il n’y aurait donc pas de nouveaux oléoducs et il n’y aurait pas d’expansion dans l’exploitation des sables bitumineux. Le manifeste a la grande qualité de mettre au clair ce qui est sous-entendu dans les débats à travers le Canada concernant ces infrastructures.

Face à la perte à moyen terme de peut-être 45000 (ou est-ce 25000?) emplois dans le secteur de l’exploitation des énergies fossiles (surtout en Alberta et en Saskatchewan), Lewis a noté que le secteur des énergies renouvelables est très créateur d’emplois et a suggéré implicitement qu’il faut faire une partie importante du «grand bond vers l’avant» dans ces provinces. Voilà une autre composante pour les travaux d’infrastructure prévus par le gouvernement canadien, soit la construction d’installations solaires et éoliennes en quantités massives permettant progressivement le remplacement des emplois actuels dans l’industrie de l’énergie fossile avec de nouveaux et différents. Pourquoi pas?

Si l’objectif du manifeste est de chercher à compenser des pertes d’emplois en présumant d’une croissance continue du secteur de l’énergie, typique des adhérents à l’économie verte, nous sommes devant un tout autre défi, alors que ceux déjà engagés sont majeurs. Par ailleurs, le secteur est actuellement en déclin en réaction au prix mondial du pétrole et le DDPC postule qu’il est possible que cela soit une situation permanente – sans impacts désastreux sur la situation au Canada, mais nécessairement sur l’Alberta, s’il n’y a pas d’approche compensatoire. En outre, le manifeste insiste sur la priorité à accorder aux autochtones pour les projets visant le développement de ces énergies propres, ce qui implique d’importantes conciliations face aux précédents engagements implicites.

Pour l’ensemble du défi énergétique d’ici 2050, le manifeste se fie à Jacobson et Delucchi, «Providing all global energy with wind, water, and solar power, Part I: Technologies, energy resources, quantities and areas of infrastructure, and materials et Part II: Reliability, system and transmission costs, and policies (2011). Ces auteurs proposent que toute l’énergie du monde pourrait être fournie par le vent, le solaire et l’hydroélectricité (wind, water and sunlight – WWS) d’ici 2050[3]; le travail représente une alternative aux propositions de Greenpeace International, qui ne cite pas ces travaux.

Le résume de la Partie I:

Climate change, pollution, and energy insecurity are among the greatest problems of our time. Addressing them requires major changes in our energy infrastructure. Here, we analyze the feasibility of providing worldwide energy for all purposes (electric power, transportation, heating/cooling, etc.) from wind, water, and sunlight (WWS). In Part I, we discuss WWS energy system characteristics, current and future energy demand, availability of WWS resources, numbers of WWS devices, and area and material requirements. In Part II, we address variability, economics, and policy of WWS energy. We estimate that 3,800,000 5 MW wind turbines, 49,000 300 MW concentrated solar plants, 40,000 300 MW solar PV power plants, 1.7 billion 3 kW rooftop PV systems, 5350 100 MW geothermal power plants, 270 new 1300 MW hydroelectric power plants, 720,000 0.75 MW wave devices, and 490,000 1 MW tidal turbines can power a 2030 WWS world that uses electricity and electrolytic hydrogen for all purposes. Such a WWS infrastructure reduces world power demand by 30% and requires only 0.41% and 0.59% more of the world’s land for footprint and spacing, respectively. We suggest producing all new energy with WWS by 2030 and replacing the pre-existing energy by 2050. Barriers to the plan are primarily social and political, not technological or economic. The energy cost in a WWS world should be similar to that today.

Le résume de la Partie II :

Here, we discuss methods of addressing the variability of WWS energy to ensure that power supply reliably matches demand (including interconnecting geographically dispersed resources, using hydroelectricity, using demand-response management, storing electric power on site, over-sizing peak generation capacity and producing hydrogen with the excess, storing electric power in vehicle batteries, and forecasting weather to project energy supplies), the economics of WWS generation and transmission, the economics of WWS use in transportation, and policy measures needed to enhance the viability of a WWS system. We find that the cost of energy in a 100% WWS will be similar to the cost today. We conclude that barriers to a 100% conversion to WWS power worldwide are primarily social and political, not technological or even economic.

Leur tableau 4 (1160) fournit le calcul mondial pour l’offre en 2030, mais ils ne fournissent pas explicitement les bases du calcul. Il s’agit de projections de l’EIA (Energy Information Administration) des États-Unis pour les besoins (tableau 2), et d’analyses des potentiels des différentes technologies pour l’offre, suivant le tableau 3 (1159). Il faudrait passer par plusieurs démarches pour obtenir la demande canadienne en 2030, mais on peut présumer que ce serait majeur. Le travail présume comme Greenpeace International le maintien des tendances actuelles et maintiendrait ainsi les inégalités en termes d’accès à l’énergie; à titre d’exemple, les États-Unis utiliseraient entre 16% et 18% de toute la production mondiale en 2030.

Jacobson et Delucchi calculent la superficie terrestre nécessaire pour les emplacements pour ces équipements, et insistent qu’ils ont adopté une approche qui prend en compte un ensemble d’impacts environnementaux avec l’objectif de les minimiser en fonction des technologies en cause (1155). Ils abordent explicitement et en détail – l’absence de ceci était un défaut fondamental du travail de Greenpeace International – la question des ressources requises pour leur fabrication dans la section 5 de la partie I.

L’agriculture au Canada

Le manifeste aborde également la question de l’agriculture et semble suggèrer de la transformer en agriculture paysanne.

Le passage à un système agricole beaucoup plus local et axé sur des impératifs écologiques réduirait notre dépendance aux carburants fossiles, favoriserait la capture du carbone dans le sol, et aiderait à traverser les moments difficiles dans l’approvisionnement mondial, en plus de produire une nourriture plus saine et abordable pour tout le monde.

Il s’agit d’un élément de plateforme obligatoire, même si, dans ce cas, il n’y a pas de références fournies et l’intervention semble cibler surtout le défi climatique; comme pour l’énergie, il y a une multitude de sources pour une telle approche. Un ensemble de réflexions sur les perturbations sociales occasionnées par l’agriculture industrielle depuis des décennies y va directement.

Par ailleurs, ce qui est en cause est un élément assez important de la correction du PIB fourni par l’IPV: les externalités environnementales et sociales de notre forme d’agriculture sont telles qu’il est assez convaincant que la meilleure approche est justement son abandon. Les propos du manifeste restent néanmoins beaucoup trop limités pour en saisir les implications, et celles-ci pourraient être énormes. Il s’agit assez clairement du rejet de l’agriculture industrielle à grand déploiement pour favoriser une agriculture paysanne. À l’échelle des prairies, ou de l’Ontario, une telle proposition comporterait une transformation radicale de l’économie et de la société, avec des conséquences plutôt difficiles à évaluer. La proposition vise néanmoins clairement des actions en ce sens.

Le manifeste fait intervenir aussi des ajustements pour les individus. Prétendre que les aliments seraient plus abordables dans un tel système, par exemple, est probablement lié à l’idée, entre autres, que nous allons arrêter les importations d’aliments exotiques. Cela représenterait un changement de comportement très important et aurait des impacts sur le secteur agroalimentaire tout comme sur la population.

Au Québec, la proposition revient assez directement aux efforts de l’Union paysanne de concurrencer et, finalement, remplacer, l’UPA. Encore une fois, cela représente une transformation profonde du paysage, littéralement et figurativement, en ciblant la production porcine et les cultures de maïs et de soya, et probablement la production laitière. Il s’agit d’interventions touchant une majorité des activités agricoles dans la province.

Et le financement de tout cela

Le manifeste Grand bond vers l’avant nous réfère, pour soutenir sa faisabilité, à un document du Canadian Center for Policy Alternatives (CCPA) écrit par Bruce Campbell, Seth Klein et Marc Lee. Les principaux éléments sont assez bien connus, et reviennent régulièrement:

  • Mettre fin aux subventions versées à l’industrie des combustibles fossiles permettrait au gouvernement fédéral de récupérer environ 350 millions de dollars par année (et plus encore si les gouvernements provinciaux emboîtaient le pas).
  • Créer une taxe nationale sur les transactions financières pourrait générer 5 milliards de dollars par année.
  • Mettre fin au traitement fiscal spécial pour le revenu tiré de gains en capital permettrait de récupérer 7,5 milliards de dollars par année (et plus pour les gouvernements provinciaux).
  • Rétablir le taux d’imposition des sociétés au niveau de 2006 pourrait générer 6 milliards de dollars par année.
  • S’attaquer aux paradis fiscaux permettrait de récupérer 2 milliards de dollars par année
  • Établir une nouvelle fourchette d’imposition de revenu fédérale aux ménages à revenu plus élevé que 250 000 $ pourrait générer environ 3,5 milliards de dollars par année.
  • Réduire les dépenses militaires au niveau d’avant le 11 septembre permettrait d’épargner entre 1 et 1,5 milliard de dollars par année.
  • Éliminer la nouvelle mesure de fractionnement du revenu et les autres réductions d’impôt pour les familles ayant des enfants permettrait de récupérer 7 milliards de dollars par année.
  • Établir une taxe nationale sur le carbone d’à peine 30 $/tonne (même niveau que la taxe sur le carbone actuelle de la C.-B.) permettrait de générer 16 milliards de dollars par année.

Un des auteurs du document, Marc Lee, dans son rapport “Fair and Effective Carbon Pricing”, a quantifié la dernière proposition et aboutit à une taxe sur le carbone pour la Colombie Britannique qui monte à $200 la tonne.

D’autres documents produits par le CCPA peuvent être consultés dans le cadre de son initiative sur la justice climatique. Le manifeste implique une source dans le budget alternatif du CCPA pour cet ensemble de propositions; ce budget est produit chaque année mais est fondé sur une économie en croissance à l’image de celle critiquée. Le manifeste reste ainsi dans le portrait peint en rose, avec l’hypothèse de base du CCPA que les importantes interventions dans l’économie et dans la structure financière gouvernementale ne comportent pas une mise en cause de celles-ci.

Tout ce qui en découle présume donc d’une conviction que l’économie verte est possible, et qu’elle est en effet une croissance verte. Je suggère des problèmes avec cette conviction depuis longtemps maintenant, et je n’ai pas encore vu un semblant de réponse à mes différentes interventions, dont celles sur mon blogue. Le calcul de l’IPV pour le Québec suggère que le PIB surévalue l’activité économique par les trois quarts lorsque l’on en soustrait les coûts de ses externalités. Cela plombe en principe les projections de croissance, et assez rapidement aboutit aux constats de crises dans différents secteurs de la société, si non de l’économie.Couverture Monitor

The Monitor, le bulletin bi-mensuel du CCPA, n’adhère pas toujours et traditionnellement à ses hypothèses de l’organisme parent, et fournit souvent d’intéressantes perspectives complémentaires.  Dans le numéro de janvier-février 2016, l’éditorial “Not Working” passe proche de la déprime en soulignant la difficulté de voir l’alternative à l’économie actuelle et en voyant les tendances qui minent l’ensemble des hypothèses du manifeste, y compris un constat d’échec (ou presque) de la COP21. S’y trouve spécifiquement sur ce sujet un article de Marc Lee.

Jacobson et Delucchi suggère dans la partie II de leur travail que les coûts projetés des nouvelles énergies, y compris pour leurs besoins en entreposage et en réseautage, sembleraient moindres que ceux des projections pour les énergies fossiles. Il est toutefois impossible de calculer les coûts de l’ensemble des transformations proposées par le manifeste Grand bond vers l’avant, de ces bouleversement, et il est donc plutôt difficile de voir comment les nouveaux revenus gouvernementaux proposés pourraient servir.

Retour à Stephen Lewis

Le manifeste était conçu pour influencer la campagne électorale de l’automne dernier et ensuite le positionnement du Canada à la COP221. Il n’a pas influencé la campagne, et les constats de Stephen Lewis lors de la convention du NPD étaient à l’effet que la COP21 était un échec sérieux, même si le manifeste Grand bond vers l’avant représentait toujours de l’espoir. Pour Lewis (comme pour moi), nous devons justement aller plus loin (et immédiatement, pour suivre le manifeste et le DDPC). Lewis prétend pourtant que les travaux pour un plan d’action canadien dans le respect de l’Accord de Paris ne seront qu’«une charade». Cette série d’échecs – le dernier à confirmer d’ici quelques mois – implique qu’il faut un Plan B pour le manifeste, et cela ne s’intègre pas très bien dans le ton peint en rose qui le caractérise.

À suivre dans le prochain article.

 

 

[1] On doit noter que la version française ajoute à la référence au Canada dans le sous-titre de la version anglaise «et le Québec» – assez curieux.

[2] Dialogues ne présente en fait qu’une synthèse intéressante et englobante d’un ensemble de connaissances qui existent depuis des années, voire des décennies, en lien avec des objectifs d’une société soutenable et plus égalitaire. L’initiative regroupe 70 checheurs universitaires qui ont contribué à la rédaction ou à la révision du document, mais il ne semble pas y avoir aucune recherche nouvelle. Il est particulièrement déroutant de n’y trouver pas de données pouvant indiquer, par exemple, ce qui serait nécessaire comme actions concrètes. Une référence pour l’objectif en matière d’électricité mentionne le travail du DDPC, mais non pas pour l’ensemble de celui-ci.

Dialogues propose une série de dix grandes orientations dont le traitement reste presque toujours dans le flou, l’initiative ayant vraisemblablement l’objectif principal de pousser le gouvernement canadien à faire les calculs qui s’imposent, et ensuite à prendre les décisions qui en découlent:

1: établir un prix sur le carbone; 2: Inclure des objectifs audacieux de production d’électricité à faibles émissions de GES dans les plans d’actions climatiques du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux; 3: Intégrer le secteur de la production pétrolière et gazière dans les politiques climatiques; 4: Adopter une politique énergétique à multiples niveaux ayant comme éléments centraux l’efficacité énergétique et la coopération en matière d’électrification; 5: Adopter rapidement des stratégies de transport à faibles émissions de GES dans l            ’ensemble du Canada; 6: Intégrer l’aménagement du paysage dans les politiques de planification des             infrastructures, d’utilisation des terres, de transport et d’énergie; 7: Soutenir la transformation du secteur du bâtiment en un secteur neutre en carbone ou même au bilan carbone positif; 8: Protéger la biodiversité et la qualité de l’eau durant la transition vers une société viable et sobre en carbone, tout en visant une approche nette positive; 9: Soutenir les pratiques viables de pêches, de foresterie et d’agriculture la réduction des émissions de GES, la séquestration du carbone, la protection de la diversité biologique et de la qualité de l’eau; 10: Faciliter la transition vers une société viable et sobre en carbone par l’établissement des institutions adéquates ouvertes à la participation citoyenne. 

[3] Cette référence reste donc à un niveau très général, et le document ne cherche pas à calculer ce qui serait requis au Canada pour réaliser ce qui serait en cause. Jacobson et Delucchi proposent que toute la nouvelle énergie requise d’ici 2030 pourra être produite par WWS (wind, water, sunshine) en éliminant le charbon, même avec CCS, et (comme Greenpeace International) le nucléaire; ils présument une importante croissance démographique et économique sur le long terme mais proposent (leur Table 2 dans la partie I) que la demande finale en énergie venant du WWS serait réduite du tiers (ils disent 30%) par rapport aux projections pour l’énergie (surtout) fossile en 2030; ce serait encore une augmentation en termes absolus, mais les chiffres de départ ne sont pas fournis. Leur Table 3 indiquent une capacité de production de WWS beaucoup supérieure à la demande prévue.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather Lire la suite
Translate »